Les bas salaires genevois sous la loupe

Fact checkingL'initiative pour un salaire minimum ayant abouti, la question des bas revenus risque d'occuper les débats. Éclairage sur les chiffres.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ces prochains mois, la question des bas salaires à Genève risque fort d’occuper le débat public. C’est que les syndicats genevois sont parvenus à récolter le nombre de signatures nécessaire pour déposer leur initiative «23 fr. c’est un minimum». En somme, ils visent l’instauration d’un salaire minimum à 4086 francs mensuels dans le canton, quel que soit le secteur d’activité (hormis les personnes en formation).

En attendant que le débat s’anime et que la population aille aux urnes, il est un chiffre que les syndicats brandissent pour justifier leur démarche. À Genève, 10% des employés gagneraient moins de 23 francs de l’heure.

Pour vérifier ce chiffre, il faut se plonger dans les tableaux produits par l’Office cantonal de la statistique (Ocstat). Il se trouve que les statisticiens disposent de données denses portant sur environ 100 000 salaires à Genève (données de 2014). En revanche, le calcul de la rémunération horaire de travail ne figure nulle part. «C’est une donnée difficile à obtenir de manière précise compte tenu principalement des congés payés variables», éclaire Matti Langel, responsable du domaine Travail et rémunération à l’Ocstat.

C’est donc la rémunération mensuelle, et non horaire, qui permet de classer les niveaux de salaire dans les statistiques officielles à Genève. Il n’empêche, elle offre une vue précise sur les revenus les plus bas. On apprend que le premier décile, à savoir 10% des salaires bruts, se situe en dessous de 4342 francs.

Les statisticiens ayant établi une base de 40 heures par semaine et 4,33 semaines travaillées dans le mois (hors vacances et jours fériés), une simple opération permet d’affirmer que ces 10% de travailleurs gagnent moins de 25.06 francs de l’heure. C’est légèrement supérieur aux 23 francs retenus – 4086 francs par mois – pour un temps plein par les initiants.

En réalité, les statistiques officielles mettent en évidence que 7,5% des salaires à Genève sont inférieurs à 4000 francs brut par mois; 2,8% ne dépassent pas 3500 francs et 0,8% des salariés doivent s’en sortir avec moins de 3000 francs. Les données étant standardisées (ramenées à une semaine «normale» de travail à plein-temps), le fait d’être employé à temps partiel ne fait pas basculer un salarié dans la catégorie des bas salaires.

La comparaison entre les données des syndicats et celles des statisticiens révèle une autre difficulté: l’initiative lancée par les premiers retient 41 heures de travail hebdomadaire, contre 40 pour l’Ocstat. Dans les faits, le temps de travail varie selon les secteurs d’activité, les conventions collectives, les entreprises, etc.

Reste que ce montant de 23 francs de l’heure n’a pas été déterminé par les données statistiques sur les salaires. «Il s’agit d’un calcul intégrant les besoins vitaux, les loyers, les primes d’assurance et les cotisations sociales. Nous nous sommes basés sur les montants retenus pour les prestations complémentaires fédérales à l’AVS et à l’AI. Celles-ci prenant en compte des situations concrètes», détaille Audrey Schmid, du syndicat Unia. Pour parvenir à ce montant, les Genevois ont emprunté la formule en vigueur à Neuchâtel, où un salaire minimum de 20 francs de l’heure a été voté par la population en 2011 et entériné en 2017. Le différentiel entre les deux cantons tient dans le coût de la vie.

(TDG)

Créé: 20.06.2018, 20h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone
Plus...