Les Genevois devraient voter sur la Sablière du Cannelet

AvusyLes opposants au déclassement d’une partie de la zone agricole ont obtenu 6500 signatures en moins de deux semaines.

Image: Pierre Abensur (archives)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le référendum lancé contre le déclassement de 2,5 hectares de terrains agricoles en zone industrielle sur le territoire d’Avusy a abouti. Les Genevois devraient donc être appelés à se positionner sur ce déclassement voté le 2 novembre dernier par le Grand Conseil.

En se prononçant sur ce sujet, les citoyens auront la lourde tâche de trancher dans un conflit qui oppose depuis plus de vingt ans la Sablière du Cannelet SA (spécialisée dans le recyclage de déchets de chantier) et la commue d’Avusy.

Pour comprendre les racines de ce désaccord, il faut remonter en 1958. Cette année-là, l’entreprise s’installe à Avusy pour exploiter un silo à sable. Elle est ensuite rachetée par le transporteur Maury qui opère une reconversion vers le recyclage de déchets de chantier. Seulement, le terrain est en zone agricole et ne peut donc pas abriter une activité de recyclage.

Les autorités de la commune d’Avusy, irritées par l’augmentation des va-et-vient de camions chargés de gravats décident de se battre contre cette activité illégale. S’ensuivent des années de conflit et de nombreux recours auprès des tribunaux. Sommé par la justice de régler cette situation, le Conseil d’État propose au Grand Conseil de déclasser une partie des terrains concernés en zone industrielle, arguant un réel besoin en matière de recyclage de déchets de chantier.

Le vote de ce déclassement a provoqué la colère des communes d’Avusy, Chancy, Soral, Cartigny et Laconnex, ainsi que Pro Natura, AgriGenève et l’association intercommunale du Grain de Sable de la Champagne qui ont lancé ce référendum.

Ces derniers estiment que le vote du parlement genevois, correspond à un mitage de la campagne non conforme à la loi sur l’aménagement du territoire. Ils déplorent que ce changement d’affectation ait pour unique but de pérenniser l’implantation illégale de la Sablière du Cannelet SA et craignent avant tout que ce déclassement ne crée un dangereux précédent.

À ce stade, le comité référendaire affirme avoir déjà obtenu plus de 6500 signatures alors que seules 5227 étaient nécessaires. Il espère en déposer 7000 mercredi après-midi à la chancellerie. «Nous sommes très heureux d’avoir réussi à réunir autant de signatures en une douzaine de jours seulement, se réjouit le président, Christian Étienne. J’espère que ça fera réfléchir les partis politiques et qu’ils remettront en cause leur position.»

Le service des votations devra analyser la validité des signatures avant de fixer la date du scrutin. Ce dernier pourrait se dérouler au plus tôt au mois de mai.

Créé: 17.12.2018, 12h26

Articles en relation

Déchets de chantier: Avusy perd une manche contre l’État

Environnement Un jugement de deuxième instance réhabilite le site de la Sablière du Cannelet. Le dernier mot pourrait revenir au Tribunal fédéral. Plus...

Les députés face au dilemme de la Sablière du Cannelet

Aménagement Le site recycle des gravats de chantier depuis vingt ans sans autorisation. L’Etat propose une solution sur mesure, Avusy enrage. Plus...

Cinq communes contre la sablière du Cannelet

Aménagement Avusy a reçu le soutien de Cartigny, Chancy, Laconnex et Soral pour lutter contre le déclassement de terrains agricoles Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...