Le vice-président d’Exit est attaqué pénalement

Suicide assistéPierre Beck a-t-il tenu des propos qui ont incité un membre d’Exit au suicide?

Pierre Bck: «Lorsque j’ai déclaré dans la presse qu’il allait se suicider (...), c’est parce que je savais que sa décision de mourir était tellement solide que rien ne l’empêcherait de partir.»

Pierre Bck: «Lorsque j’ai déclaré dans la presse qu’il allait se suicider (...), c’est parce que je savais que sa décision de mourir était tellement solide que rien ne l’empêcherait de partir.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le drame a été révélé à la mi-octobre par la Tribune de Genève: inconsolable après le décès de sa compagne, l’aîné d’une fratrie, 82 ans, souhaitait mourir en se faisant assister par l’association d’aide au suicide Exit. Mais, opposés à cette décision, ses deux frères ont saisi la justice qui, avant de statuer sur le fond, a interdit à Exit de lui prescrire la potion létale.

Vaine interdiction. Dans la nuit du 10 au 11 novembre, l’octogénaire a mis fin à ses jours. Et ses frères ont maintenu leur plainte contre Exit, après le décès, pour «omission de prêter secours» (notre édition du 12 novembre).

On apprend à présent dans Le Matin dimanche «qu’ils ont déposé un complément de plainte pénale à l’encontre du vice-président de l’association, Pierre Beck, pour incitation au suicide». Dans une interview parue le 2 novembre dans L’Illustré, ce médecin déclarait ainsi être «sûr» que l’octogénaire «va se suicider ces prochains jours si la justice genevoise ne va pas un peu plus vite» pour décider s’il a le droit ou non de partir avec Exit.

Le vice-président de cette association conteste toute incitation: «Lorsque j’ai déclaré dans la presse qu’il allait se suicider si la justice n’allait pas un peu plus vite pour statuer sur son cas sur le fond, c’est parce que je savais que sa décision de mourir était tellement solide que rien ne l’empêcherait de partir.»

(TDG)

Créé: 21.11.2016, 12h19

Articles en relation

Privé de l'assistance d'Exit, il met fin à ses jours seul

Genève Les frères du défunt avaient obtenu en justice la suspension de la procédure de suicide assisté. Il a fait sans. Plus...

Samia Hurst: «Tous ces avis sont certainement sincères»

Exit Pour la bioéthicienne genevoise, le cas du suicide assisté en sursis pose la question de l’acharnement thérapeutique. Plus...

Deux frères contre Exit: la justice prend son temps

Fin de vie Le suicide d’un Genevois de 83 ans reste interdit suite à la plainte de ses deux frères. Le Tribunal civil reporte son verdict. Plus...

Deux Genevois traînent Exit en justice: suicide suspendu

Fin de vie Des frères dénoncent les dérives d’Exit face à un homme à leur avis «en parfaite santé». Le tribunal tranchera. Plus...

Exit plaide pour plus de clarté juridique en matière d'aide au suicide

Fin de vie Selon un sondage, 55% des Suisses souhaiteraient que leur médecin leur prescrive la substance létale nécessaire en cas de situation désespérée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Merkel échoue à former une coalition
Plus...