Le tueur a frappé à deux pas de son lieu de travail

Crime de CheyresLa police confirme: l’auteur présumé du meurtre de Samantha a avoué. Au Lignon, quartier d’origine des deux jeunes gens, comme à Cheyres, l’incompréhension est totale.

Le Genevois qui a avoué avoir tué Samantha travaillait à La Lagune à Cheyres. Jusqu’à il y a quelques mois, il habitait au Lignon (ici en photo).

Le Genevois qui a avoué avoir tué Samantha travaillait à La Lagune à Cheyres. Jusqu’à il y a quelques mois, il habitait au Lignon (ici en photo). Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après l’avocat de la famille de la victime, la Police fribourgeoise a confirmé jeudi les aveux du Genevois de 21 ans interpellé vendredi dernier, deux jours après la découverte du corps de son amie d’enfance Samantha, 19 ans, dans la roselière de la Grande Cariçaie, à Cheyres (FR). «Le jeune homme a d’emblée collaboré et a reconnu être l’auteur de cet homicide», souligne Raphaël Bourquin, le procureur général adjoint en charge de l’affaire. Les investigations se poursuivent, mais la Police communique d’ores et déjà quelques faits établis. Samantha a bien quitté Genève le 22 novembre dernier avec le train de 21 h 47 dans le but d’aller rejoindre le prévenu à Cheyres, où il travaillait depuis plusieurs mois. Il a donc fallu deux mois pour retrouver la dépouille de la jeune femme portée disparue. Cette dernière était complètement entravée, ligotée au niveau des mains et des jambes avec des liens et une corde. Elle n’avait aucune possibilité de se mouvoir, précise la police. «Le bas de son corps était totalement dénudé», souligne le magistrat fribourgeois. Raison pour laquelle l’enquête se poursuit, afin de savoir si cette habitante du Lignon a été victime d’une agression sexuelle.

Frappée à la tête

Le corps de la malheureuse présentait en outre une blessure à la tête, vraisemblablement administrée par un objet contondant. «Nous ne sommes pour l’heure pas en mesure de savoir si c’est ce coup qui lui a été fatal, mais nous n’avons pas découvert d’autres traces de blessures, de coups ou de marques de strangulation», reprend Raphaël Bourquin. Différentes analyses forensiques sont en cours. Elles font suite à l’autopsie pratiquée par le Centre universitaire romand de médecine légale à Lausanne et pourraient permettre d’en savoir plus.

L’enquête vise aussi à établir plus précisément le déroulement et le mobile de ce crime monstrueux. «Au vu des éléments en notre possession, il paraît exclu que le corps ait été déplacé post mortem. Ou tout au plus de quelques mètres», précise le procureur. D’aucuns s’étonnent donc que le corps de Samantha ait été découvert tant de temps après sa disparition. La victime gisait à quelques dizaines de mètres des habitations. Mais en cette saison, le somptueux marais n’est pas aussi attrayant pour les promeneurs qu’en plein été. «Le vent, les chutes de neige et la montée des eaux du lac ont sans doute eu un impact sur le nombre de personnes qui sont passées non loin de la scène de crime», avance Raphaël Bourquin.

Il est vrai qu’en hiver ce coin de nature évoque davantage les abords d’une forêt alluviale lapone qu’un petit coin de paradis lacustre dont les Cheyrois sont fiers d’avril à octobre. Ce n’est pas un hasard si le restaurant situé à quelques dizaines de mètres de la scène de crime s’appelle La Lagune. Un établissement dans les cuisines duquel le prévenu travaillait comme extra depuis quelques mois, ainsi que nous l’a confirmé jeudi son directeur, Philippe Gendre. Tout comme les villageois, ce dernier se serait bien passé de la «publicité» internationale que leur vaut ce drame. L’incompréhension face à la brutalité sauvage du crime se lit dans le regard des habitants croisés sur place, la tristesse s’entend dans leur voix quand on les interroge sur cette sordide affaire. D’autant que depuis le dernier incendie qui a frappé La Lagune il y a trois ans, le petit village broyard avait renoué avec son image de destination touristique estivale prisée, notamment des Suisses alémaniques.

Drôles de rumeurs

La Lagune, un établissement vers lequel se tournent aujourd’hui bien des regards lourds de sous-entendus dans ce village coupé en deux par la ligne de chemin de fer. Une habitante du haut, soit du bourg «historique» de Cheyres composé de maisons campagnardes cossues, glisse d’une voix inquiète: «Il paraît que le meurtrier travaillait à La Lagune.» Un voisin rebondit: «Vous savez, c’est un bistrot où il se passe des choses pas très catholiques…» Et l’homme d’âge mûr de rapporter «des affaires d’échangisme» au sein du personnel. «Enfin, c’est ce qui se dit à voix basse. Mais je ne sais pas du tout où ça se déroule», reprend-il tout en réfutant catégoriquement d’autres rumeurs faisant état de cas de prostitution.

Un endroit louche? Ce n’est pas en bas, dans la zone touristique, faite de résidences secondaires et de petites villas où se sont installés les nouveaux Cheyrois que ces on-dit trouveront du crédit. Non loin du restaurant, des riverains affirment n’en rien savoir. Et préfèrent plutôt souligner les relations de bon voisinage qu’ils entretiennent avec les patrons du restaurant. «Mais déjà au moment des incendies, il y avait eu des rumeurs. Je crois surtout qu’il y a de la jalousie et que certains n’apprécient pas que les patrons aiment faire la fête et vivent comme un couple libre sans vraiment s’en cacher.»


Au Lignon, le souvenir d’un garçon «bien encadré»

«Bien sûr, ici, tout le monde ne parle que de ça.» La découverte du corps a eu lieu à une centaine de kilomètres de là, mais au Lignon, les discussions sont accaparées par la mort de Samantha. La jeune fille retrouvée sans vie le 17 janvier au bord du lac de Neuchâtel habitait dans le quartier. Comme elle, le jeune homme de 21 ans, dont les aveux ont été annoncés par la police jeudi, a grandi là. Tous deux s’étaient connus à l’école. Ils étaient amis d’enfance et avaient rendez-vous à Cheyres (FR) le soir du 22 novembre, date de la disparition de Samantha.

Au pied de la barre d’immeubles, l’incompréhension est totale. «Avant qu’il parte travailler dans le canton de Fribourg, on le voyait souvent par ici. Sa copine vivait également juste là: des jeunes gens discrets, sympas», affirme un concierge. Selon lui, le jeune homme «était en couple avec une jeune fille du quartier qui n’est pas celle retrouvée morte. Je me demande comment cette histoire a pu mal tourner.» Et la victime? L’enquête devra dire pourquoi elle a décidé d’aller rendre visite à son ami d’enfance. Selon L’Illustré , «ce n’était visiblement pas le premier déplacement que Samantha effectuait du côté de Cheyres». Si l’entourage de la défunte semble exclure une histoire amoureuse, une de ses amies témoignait dans nos colonnes le 23 janvier: «Samantha m’avait dit qu’il lui avait fait part des sentiments qu’il avait pour elle. Il y a environ un an, il lui avait avoué qu’il était prêt à quitter sa copine.»

Quelle était la personnalité du jeune homme qui a reconnu avoir tué Samantha? Dans le quartier, cela fait des mois qu’on ne l’a pas vu. «La dernière fois, c’était cet été», lance un voisin devant l’entrée de l’allée où vit sa mère. Plusieurs résidents du Lignon se souviennent avoir vu grandir un «enfant devenu beau garçon, quelqu’un de plutôt calme». Dans le club de football où il a joué quelques années, il fait partie des jeunes qui ont arrêté à l’adolescence. «C’était un gamin bien intégré, encadré par un beau-père qui était toujours là», se souvient un membre du club. Ensuite? Peu de gens connaissent le parcours du présumé meurtrier depuis qu’il a entamé sa formation de cuisinier. Toujours selon L’Illustré, «il possédait un casier judiciaire pour différentes petites infractions dans le canton de Genève». Aujourd’hui, le responsable du restaurant qui l’employait se refuse à tout commentaire. Quant à son avocat, Me Telmo Vicente, il se limite à déclarer que l’enquête avance bien: «Mon client est collaborant.» Luca Di Stefano (TDG)

Créé: 25.01.2018, 21h36

Articles en relation

Le suspect du meurtre de la Genevoise a avoué

Arrêté la semaine dernière, l’auteur présumé du meurtre de la jeune Samantha reconnaît avoir tué son amie d’enfance. Plus...

Genevoise tuée: son amie et sa grand-mère témoignent

Le Lignon Les proches de la victime racontent la dernière journée de la défunte disparue le 22 novembre dans le canton de Fribourg. Plus...

Retrouvée morte et ligotée dans un marais

Cheyres Les membres de la Genevoise de 19 ans retrouvée mercredi étaient entravés. Un suspect sérieux, connaissance de la victime, a été identifié. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...