Le tram de Saint-Julien avance… côté français

TransportsGenève bloque sa contribution tandis que le projet est déclaré d’utilité publique côté français. Le point.

La gare de Saint-Julien constitue le terminus du tram 15. Là doit voir le jour un P+R de 500?places.

La gare de Saint-Julien constitue le terminus du tram 15. Là doit voir le jour un P+R de 500?places. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mise en service du tram de Saint-Julien est envisagée en 2023. Le verbe «envisager» n’est pas choisi au hasard. Le début des travaux ayant été maintes fois repoussé, les tenants du projet demeurent prudents. «Le chantier devait débuter en 2013 puis 2015. Désormais, c’est pour 2017 côté suisse et en 2021 côté français», précise Pierre-Jean Crastes, président de la Communauté de communes du Genevois (CCG).

Un tout nouveau calendrier vient d’être envoyé à l’Etat français. Ce dernier doit donner sa réponse le 3 décembre. Un feu vert très attendu puisqu’à travers lui, c’est la subvention étatique de 4,16 millions d’euros qui attend d’être validée. «Sans elle, on abandonne, lance Pierre-Jean Crastes. On n’aura tout bonnement pas les moyens d’assurer le financement d'une telle infrastructure.»

Pas de contribution spécifique

D’autant qu’il faut d’ores et déjà combler un «trou» de 8,3 millions d’euros correspondant à la somme initialement prévue au titre de la contribution spécifique genevoise. Or Genève a récemment renoncé à financer ce fonds franco-genevois. Une position que François Longchamp, président du Conseil d’Etat, défendait ainsi à la fin de septembre: «Genève ne peut pas bloquer les investissements sur son sol et continuer sur le reste du territoire.»

Ce à quoi Pierre-Jean Crastes répond: «Genève est la première victime de ces reports de calendrier. Les élus se privent d’améliorations de la circulation au sein même du canton. Le principe d’un transport en commun efficace est d’aller chercher les gens au plus proche de leur domicile.»

Un P+R de 500 places

A l’issue de l’enquête publique diligentée cet été, le rapport du commissaire enquêteur précise que l’infrastructure a vocation à desservir l’ensemble du territoire de la CCG (incluant Archamps, Neydens, etc.). Notamment grâce à la construction d’un P+R de 500 places à la gare de Saint-Julien, terminus du tram.

Le tout est jugé comme «une opération très bénéfique pour la collectivité» par le commissaire. D’où la déclaration d’utilité publique (DUP) tombée à la fin d’octobre. Véritable sésame administratif, elle certifie l’intention de concrétiser ce projet. «C’était l’une des conditions exigées par l’Etat français pour maintenir sa subvention», indique Anne Ponchon, responsable Mobilité de la CCG.

Un avis très favorable que partage la Confédération, qui a placé le tram de Saint-Julien dans les projets finançables au titre du projet d’agglomération 2, lui donnant ainsi la priorité sur le tram de Saint-Genis, par exemple.

«On s’était donné comme feuille de route de faire tout ce qui est en notre capacité pour avancer, ce qu’on a fait», conclut Pierre-Jean Crastes, souhaitant qu’un comité de pilotage transfrontalier se réunisse d’ici à la fin de l’année. (TDG)

Créé: 11.11.2015, 08h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...