Le suspect est un SDF qui venait d’arriver en Suisse

Meurtre du boulevard Carl-VogtUn proche de la femme tuée chez elle est arrivé sur place après le drame. En prison, un Finlandais conteste le crime reproché.

Selon plusieurs témoins, l’appartement, situé au rez-de-chaussée, était habité par deux jeunes femmes, dont la défunte.

Selon plusieurs témoins, l’appartement, situé au rez-de-chaussée, était habité par deux jeunes femmes, dont la défunte. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qui est l’homme suspecté d’avoir tué à la mi-mars une jeune femme de 26 ans dans son appartement du boulevard Carl-Vogt, à Plainpalais? Selon nos renseignements, il s’agit d’un ressortissant finlandais sans domicile fixe (SDF). D’après les premiers éléments de l’enquête de la Brigade criminelle, le prévenu, âgé de 30 ans, venait d’arriver à Genève.

Selon une source policière, c’est un membre de la famille de la défunte qui a fait la macabre découverte le 14 mars peu avant 13 h. Un cousin, probablement inquiet de ne pas avoir des nouvelles de la jeune médecin, s’est rendu chez elle. Il avait un double des clés de l’appartement, situé en face d’Uni Mail. En ouvrant la porte, il a aperçu des traces de sang. Ni une ni deux, le jeune homme, qui craignait le pire, a alerté les forces de l’ordre, qui ont procédé sur place à l’arrestation du suspect.

Il reste sur place

Ce dernier serait donc resté plusieurs heures dans l’appartement après le meurtre, crime qu’il conteste. Comment est-il rentré chez sa victime? S’agit-il d’une tentative de cambriolage qui a mal tourné? Quelles sont les causes du décès? Le mystère reste entier à ce stade. Dans l’avis mortuaire, la famille de la jeune femme a fait le choix d’écrire noir sur blanc: «Assassinée à son domicile par un inconnu.» La police poursuit ses investigations. La procédure est dirigée par le procureur général, Olivier Jornot. Comme nous l’écrivions dans nos colonnes le jour des faits, une voiture de police est arrivée en trombe après 13 h à hauteur du 93, boulevard Carl-Vogt. Le véhicule à peine garé, un agent s’est engouffré dans l’immeuble. Il en est ressorti aussitôt pour s’équiper d’un masque et de gants. Pendant que le policier disparaissait à nouveau dans le bâtiment, d’autres véhicules sont arrivés en renfort, accompagnés d’une ambulance.

À 13 h 55, trois témoins ont vu «les policiers embarquer un jeune homme menotté aux allures de junkie». Un voisin de la défunte, qui habite au 5e, a indiqué n’avoir jamais vu cet homme dans l’immeuble auparavant. A-t-il entendu ou vu quelque chose? «Non, je n’étais pas là, répond-il. Mais mon coloc, qui était, lui, à la maison, m’a parlé de portes qui claquaient et d’engueulades.» Une voisine du 3e a fait part, elle aussi, de bruits suspects la veille vers 19 h. Selon plusieurs témoins, l’appartement, situé au rez-de-chaussée, était habité par deux jeunes femmes, dont la défunte. «Des filles discrètes et sans histoire, passionnées de musique classique», note un locataire, qui se souvient d’avoir été invité à leur pendaison de crémaillère.

Un autre crime à Plainpalais

Ce n’est pas la première fois qu’un SDF itinérant défraie la chronique à Genève. L’an dernier, un sans domicile fixe danois de 32 ans avait été interpellé en Espagne. Comme nous le révélions à l’époque, il avait été extradé vers Genève l’été dernier pour y répondre d’une tentative de meurtre à Plainpalais datant de 2013. Cette année-là, un soir de novembre, un restaurateur alerté par un ami avait tenté d’arrêter un individu qui fouillait sa voiture dans le quartier des Augustins. Le malfrat s’était retourné avec un couteau, lui avait tranché la veine jugulaire puis s’était enfui. La victime est aujourd’hui handicapée à vie.

L’affaire avait rebondi en France en 2014. L’homme s’en était pris cette fois à des pompiers. Répertorié, son ADN avait permis aux enquêteurs genevois d’identifier ce Danois qui n’avait plus donné de nouvelles à sa famille depuis 2013. La Suisse avait alors lancé un mandat d’arrêt international, en 2015. Arrêté et contrôlé à l’aéroport de Barcelone en mars 2017, il avait reconnu devant le procureur avoir passé quelques jours au bout du lac mais ne s’était pas souvenu des détails de sa rencontre avec le restaurateur. Il sera jugé cette année devant le Tribunal correctionnel.

Créé: 28.03.2018, 09h16

Articles en relation

Une femme retrouvée morte à son domicile boulevard Carl-Vogt

Fait divers La police genevoise a interpellé un suspect. L'enquête est menée par la brigade criminelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus, suite
Plus...