Le raisin protège contre le cancer du poumon

SantéDes scientifiques de l’Université de Genève ont découvert les propriétés étonnantes d’une molécule très connue des chercheurs.

«Le resvératrol jouerait un rôle préventif contre le cancer du poumon», confirme Muriel Cuendet, chercheuse.

«Le resvératrol jouerait un rôle préventif contre le cancer du poumon», confirme Muriel Cuendet, chercheuse. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une molécule présente dans la peau et les graines de raisin peut protéger du cancer du poumon lorsqu’on l’administre par voie nasale. C’est ce que rapportent des chercheurs genevois dans la revue «Scientific Reports». Parmi les cancers, celui du poumon est le plus mortel au monde et 80% des décès qui lui sont imputables sont liés au tabagisme. En complément de la lutte antitabac, des stratégies efficaces de prévention sont donc nécessaires, a indiqué l’Université de Genève (UNIGE) dans un communiqué.

Les chercheurs se sont intéressés à une molécule naturelle bien connue, le resvératrol, notamment présente dans le raisin et que l’on retrouve dans le vin rouge. Si ses propriétés chimiopréventives contre les cancers affectant le tube digestif ont été documentées, il restait jusqu’ici sans effet sur les cancers du poumon.

L’équipe de Muriel Cuendet, professeure associée à la section des sciences pharmaceutiques de l’UNIGE, a tenté sur des souris de prévenir le cancer du poumon induit par un carcinogène de fumée de cigarette. Elle a alors recouru à un nouveau mode d’administration du resvératrol par voie nasale. Quatre groupes de souris ont été constitués pour les besoins de cette étude menée sur 26 semaines. Le premier, le groupe témoin, n’a reçu ni carcinogène ni traitement à base de resvératrol; le second a reçu uniquement le carcinogène; le troisième aussi bien le carcinogène que le traitement; enfin le quatrième a reçu uniquement le traitement.

«Chez les souris traitées, nous avons observé une baisse de la charge tumorale de l’ordre de 45% par souris. Elles ont développé moins de tumeurs et de plus petite taille que les souris sans traitement», détaille Muriel Cuendet, citée dans le communiqué.

Lorsque l’on compare les deux groupes n’ayant pas été exposés au carcinogène, on constate que 63% des souris ayant reçu un traitement n’ont pas développé de cancer, contre seulement 12,5% des souris non traitées. «Le resvératrol jouerait donc un rôle préventif contre le cancer du poumon», poursuit la chercheuse.

Le resvératrol est pourtant une molécule a priori peu adaptée: lorsqu’elle est ingérée, elle est métabolisée et éliminée en quelques minutes, et n’a donc pas le temps d’atteindre les poumons. «Notre défi a été de trouver une formulation permettant de solubiliser le resvératrol en grande quantité, alors que ce dernier n’est que peu soluble dans l’eau, pour permettre une administration par voie nasale. Cette formulation, applicable chez l’homme, permet au composé de parvenir jusqu’aux poumons», relève Aymeric Monteillier, chercheur à l’UNIGE et premier auteur de l’étude.

La concentration de resvératrol dans les poumons obtenue avec cette formulation administrée par voie nasale est 22 fois supérieure à celle que permet une administration orale. Le mécanisme préventif est probablement lié à l’apoptose (processus par lequel les cellules programment leur propre destruction et auquel échappent les cellules cancéreuses). L’équipe genevoise va maintenant chercher un biomarqueur qui pourrait contribuer à la sélection des personnes éligibles à un traitement de prévention.

Le resvératrol étant une molécule très connue, aucune étude toxicologique complémentaire ne serait a priori nécessaire pour permettre sa mise sur le marché comme traitement préventif, conclut l’UNIGE.

(TDG)

Créé: 07.10.2018, 12h22

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...