Le prosélytisme des raéliens demeure autorisé en ville

Espace public et laïcitéLe mouvement tiendra un stand au Molard. La Ville souhaitait interdire toute manifestation religieuse, la justice l’en a empêchée.

Le 8 octobre 2005, Maitraya Rael inaugurait sa vigne à Miège en Valais. L’événement avait réuni 300?personnes.

Le 8 octobre 2005, Maitraya Rael inaugurait sa vigne à Miège en Valais. L’événement avait réuni 300?personnes. Image: Olivier Maire/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nul ne saurait dire si des extraterrestres poseront leurs soucoupes en ville le 2 avril. Mais les raéliens, eux, seront bien présents samedi prochain dans les Rues-Basses. Le temps d’un après-midi, ces disciples de créatures venues de loin installeront leur stand d’information au Molard pour célébrer le «E.T. Embassy Day». Convaincu de l’arrivée prochaine d’une civilisation extraterrestre, le mouvement milite pour la construction d’une ambassade à la hauteur de l’événement.

Plaintes de citoyens

Au-delà des croyances, l’occupation de l’espace public par un mouvement qui se définit comme «une religion athée» ravive la question du prosélytisme dans l’espace public. Car la venue des raéliens fait suite à la polémique qui a secoué le bitume genevois en 2014.

A deux reprises, des plaintes étaient adressées à la Ville de Genève, chargée de délivrer les autorisations pour la tenue de stands. Dans le premier cas, c’est la distribution de Corans à Plainpalais qui a suscité de vives réactions. Dans l’autre, la présence d’un drapeau d’un groupe djihadiste a conduit la Ville à intervenir. «Il s’est avéré que la personne qui avait fait la demande était inconnue au sein de la communauté religieuse qu’elle prétendait représenter», se souvient Antonio Pizzoferrato, chef du Service de la sécurité et de l’espace publics (SEEP).

L’incident allait entraîner une révision des critères d’attribution par la Municipalité. A la fin de 2014, le SEEP décidait ainsi de ne plus mettre l’espace public à disposition des mouvements religieux, toujours plus nombreux à déposer des demandes. Seules exceptions: les manifestations liées au calendrier liturgique.

La Ville désavouée

Mais, dans la foulée du nouveau règlement, plusieurs communautés religieuses, des Témoins de Jéhovah au Réseau évangélique suisse, ont saisi le Tribunal administratif. Et leur recours a été accepté par les juges qui ont condamné la mesure du SEEP, jugée disproportionnée et contraire à la liberté religieuse. Pour le Tribunal, la Ville de Genève ne peut «interdire systématiquement» les stands religieux, sauf «intérêt public supérieur».

En conséquence, son service chargé de délivrer les autorisations est revenu à ses pratiques antérieures, dans l’attente de l’entrée en vigueur de la loi cantonale sur la laïcité. Selon le texte actuellement en consultation, l’autorité devrait appliquer les dispositions relatives aux manifestations sur le domaine public. Peu ou prou, c’est à ce principe que se réfère la Ville de Genève lorsqu’il s’agit de délivrer des autorisations. «Nous pourrions refuser une autorisation en cas de menace à l’ordre public», informe Antonio Pizzoferrato.

Avec les raéliens, ce n’est manifestement pas le cas. Les amis des OVNI (qui n’ont pas répondu à nos appels) pourront donc distribuer leurs tracts et leur vision de l’humanité aux passants. A moins que les tant attendues soucoupes n’arrivent à ce moment-là. Le cas échéant, on imagine qu’ils iront accueillir comme il se doit les extraterrestres qui, selon eux, «ont créé scientifiquement toute forme de vie sur terre.»

(TDG)

Créé: 28.03.2016, 18h02

Mouvement polémique

Dans son dossier consacré au mouvement raélien, le Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC) n’emploie pas le terme de secte. Conformément à sa mission qui consiste à mettre à disposition du public «une information neutre et indépendante sur les offres religieuses, traditionnelles ou nouvelles, peu ou pas réglementées», le CIC décrit une organisation autour de Claude Vorilhon, dit «Raël». Cet ancien chanteur et journaliste sportif assure qu’il a rencontré, en 1973 dans les environs de Clermont-Ferrand, un extraterrestre venu lui livrer un message: toute vie sur terre a été créée scientifiquement par les Elohim, créatures extraterrestres qui souhaitent établir un contact avec les humains. Dans la foulée, Claude Vorilhon s’attribue le titre de «Messie». Il racontera plus tard avoir rencontré Bouddha, Moïse, Jésus et Mahomet lors d’un voyage en soucoupe volante organisé par les Elohim.

Aujourd’hui, le mouvement a son siège international à Genève et dit rassembler 70?000 fidèles. En 2003, les raéliens défraient la chronique en annonçant avoir cloné un enfant, l’information ne sera jamais vérifiée. Auteur de livres, Claude Vorilhon encourage la pratique de «la médiation sensuelle». Ses écrits ont conduit les autorités valaisannes à lui refuser une autorisation de séjour en 2008 en raison de sa description de l’enfant comme «un objet sexuel privilégié». Une décision confirmée par le Tribunal fédéral au motif qu’il «prône théoriquement la pédophilie et l’inceste qui peuvent conduire à des comportements prohibés à l’égard des mineurs».

Articles en relation

La scientologie était derrière la Journée des ONG

Genève internationale La secte fait du prosélytisme jusqu’à l’intérieur du Palais des Nations en se dissimulant derrière des événements culturels. Plus...

Un énorme temple scientologue inauguré sous des jets d’œufs

Religion Le plus grand centre de scientologie de Suisse a ouvert ses portes dans une ambiance tendue à Bâle. Des habitants ont bruyamment manifesté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'initiative anti-burka aboutit
Plus...