«Le meilleur garde-fou contre les charlatans, c’est le bouche à oreille»

Guérisseurs romandsAprès le succès de son livre en 2008, Magali Jenny publie un nouvel ouvrage sur le sujet.

Les guérisseurs font l'objet d'un nouveau livre.

Les guérisseurs font l'objet d'un nouveau livre. Image: Rouèche Alain

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Sans l’intervention d’une rebouteuse quand j’étais toute petite, j’aurais boité toute ma vie» révèle Magali Jenny, qui a voulu rendre hommage à tous les guérisseurs et autres faiseurs de secrets dans les pages d’un livre paru cette semaine. Après son livre «Guérisseurs, rebouteux et faiseurs de secrets en Suisse romande» qui doit principalement son succès à sa liste d’adresses de guérisseurs en Suisse romande, l’auteure, flairant le bon filon, en publie une nouvelle version. Si les 230 nouvelles adresses de guérisseurs contenues dans son nouveau guide devraient satisfaire la demande de ses lecteurs, nombre de ces faiseurs de miracles, trop sollicités, ont pourtant demandé à disparaître de la liste. Comment expliquer le succès de ces guérisseurs?

«Une désillusion vis-à-vis de la médecine»

Pour l’auteure, le succès des guérisseurs répond à «une désillusion» vis-à-vis de la médecine traditionnelle et à une volonté des patients d’être actifs dans le processus de guérison. «Les médecins ne considèrent que les symptômes alors que les guérisseurs offrent une approche globale et une écoute attentive» assure-t-elle. A ses yeux, le monde de la médecine n’est donc pas en concurrence avec l’approche des guérisseurs.

Au contraire, elle plaide pour la complémentarité de ces approches: «Les méthodes des guérisseurs et celles des médecins sont différentes, mais le but est le même : la guérison des patients.» Pour Annie Marie Girard, énergéticienne à Genève, il ne s’agit pas non plus d’être en confrontation avec le corps médical ni même de se prétendre médecin. «Si une personne doit se faire opérer je peux l’accompagner dans ce sens, faire en sorte que tout se passe bien et l’aider à récupérer». En outre, concède Pierre-Alain Schneider, président de l’Association des médecins de Genève, la médecine actuelle ne permet pas d’expliquer tous les symptômes. Dans ce cas, le recours à ces thérapies spirituelles peut être d’une grande utilité».

Un médecin reconnaît l’influence positive

Des listes de guérisseurs existent dans tous les hôpitaux. « Mais ces derniers ne sont appelés que sur demande des patients» reconnaît Chloé Jeunet du service de communication des HUG (Hôpitaux Universitaires Genevois).

Selon Pierre-Alain Schneider, les guérisseurs ne sont pas dangereux. Même s’il craint que des praticiens peu scrupuleux découragent des patients d’êtres soignés «selon les règles», il reconnaît leur influence positive: «L’être humain est très complexe et la force du psychisme peut, par l’intermédiaire de ces thérapies, permettre au patient de contrôler certains symptômes que la médecine ne permet pas d’expliquer». Patrick Lyndenmeyer, coupe-feu et guérisseur à Carouge, est du même avis: «Je n’ai pas d’explication là-dessus, mais ça fonctionne». Cela lui suffit.

Entre 50 et 100 francs

Combien ça coûte? Même s’il existe encore des praticiens qui, selon la tradition, pratiquent gratuitement ou laissent au consultant la possibilité de faire un don, le tarif moyen de ce genre de prestation est facturée entre 50 et 100 francs pour une heure de travail. Au-delà, méfiance, nous dit Magali Jenny. Certains guérisseurs autoproclamés «promettent des miracles et demandent des sommes astronomiques pour un service minimum». Comment se prémunir des abus? «Le meilleur garde-fou contre les charlatans, c’est le bouche à oreille».

(TDG)

Créé: 16.11.2012, 11h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...