Le «grand frère» parisien des pompiers genevois

JumelageDepuis 2013, le SIS est lié à la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Son général était en visite à Genève.

A bord de la nacelle, le commandant du SIS Nicolas Schumacher (à g.) pose auprès du général Philippe Boutinaud, commandant de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris.

A bord de la nacelle, le commandant du SIS Nicolas Schumacher (à g.) pose auprès du général Philippe Boutinaud, commandant de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans les couloirs de la caserne de la rue des Bains, les hommes du Service d’incendie et de secours (SIS) sont galvanisés. Deux jours qu’ils le croisent, le côtoient. Un général français, ce n’est pas rien quand même. Alors on en parle. Au détour d’une conversation on apprend que l’individu est «ouvert», «accessible», ou encore qu’il «échange volontiers». Rien d’intimidant donc? «Disons qu’il a 8000 personnes sous ses ordres, ça force le respect.»

Dans le monde des soldats du feu, le général Philippe Boutinaud est une sommité. Le commandant en chef de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). Un homme occupé, dont les services ont dirigé 450 504 interventions en 2015, mais qui a pris le temps de rendre visite aux troupes du commandant Nicolas Schumacher à Genève – 10 000 interventions annuelles – la semaine dernière. «Nos deux villes sont officiellement liées par une convention, un jumelage fort qui nous tient à cœur, explique le Parisien. Cette rencontre est un moyen pour nous de renforcer des liens déjà étroits entre nos deux équipes.»

Un partenariat unique

Jeudi et vendredi donc, Philippe Boutinaud – accompagné de quatre officiers – a pu goûter à la vie du SIS, dans l’esprit de l’accord signé le 7 février 2013 entre les deux parties. Un partenariat unique côté genevois. Et partagé avec les seules villes de Berlin, Santiago du Chili et Pékin, côté parisien. «C’est bien plus qu’un honneur, c’est une nécessité opérationnelle, souligne le commandant Nicolas Schumacher. Nous avons formalisé notre relation il y a maintenant trois ans, mais ça fait déjà huit ans que nos deux villes discutent régulièrement. Ces échanges ont une valeur inestimable.» A l’origine du partenariat en 2008, la BSPP réfléchissait à son organisation dans la lutte contre les incendies de bâtiments et avait dépêché de petites équipes d’observation à Londres, Madrid, Berlin et Genève. Les relations n’ont cessé de grandir depuis.

Au programme de la visite, inspection du matériel, observation de l’organisation des forces en présence et suivi du déploiement des hommes du SIS. Pour le général, l’objectif n’était bien sûr pas de «juger», mais bien de «s’inspirer» de solutions qu’un autre service aurait pu développer face à des problématiques communes. Et Philippe Boutinaud de citer en exemple la stratégie de transport des unités genevoises: «A Paris, les sapeurs-pompiers n’envisagent pas une intervention sans un véhicule muni d’une pompe à eau. Mais une fois sur place, sur cinq engins engagés en moyenne, seuls deux sont effectivement utilisés. L’idée est de nous inspirer du modèle genevois et de son transport de troupes beaucoup plus fonctionnel et économique.»

Dans son bureau, Nicolas Schumacher remercie le général: «Si les sapeurs-pompiers parisiens peuvent s’inspirer du modèle genevois, que dire de l’inverse. La BSPP joue un rôle de grand frère pour nous. Elle partage avec nous son énorme expérience, ses techniques développées et testées pour lutter contre des phénomènes nouveaux. Je pense par exemple aux feux de panneaux photovoltaïques.» Un échange qui ne s’arrête pas là puisqu’avant même la signature de la convention, le SIS et la BSPP avaient décidé de s’ouvrir les portes de leurs formations respectives ( lire ci-contre ).

Les attentats de Paris

Les deux hommes font une pause. Ils souhaitent évoquer un dernier point. «Genève est la première ville étrangère avec qui nous avons partagé notre expérience dans la gestion des attentats de Paris», lance Philippe Boutinaud. Alors que l’état d’urgence était déclaré dans la Cité de Calvin, une délégation du SIS a fait le voyage à Paris. Reçus par leurs partenaires, les représentants ont pu bénéficier de conseils avisés et apporter quelques modifications à leur plan de réponse initiale dès le lendemain.


Exercice en eau froide

La formation est une des pierres angulaires de l’accord signé entre le Service d’incendie et de secours (SIS) et la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). «Une véritable chance», comme le rappelle le commandant du SIS Nicolas Schumacher, qui envoie dans la capitale française un officier par année pour suivre un stage de Commandement des opérations de secours. Une formation d’une durée d’un mois et que les principaux intéressés peuvent suivre gratuitement en vertu de la convention.

Si le SIS bénéficie de formations de haut niveau dans la capitale française, l’échange n’est pas unilatéral. Les Genevois proposent en effet des stages prisés de leurs partenaires parisiens. Depuis 2010, les Genevois ont développé une formation de sauvetage en eau froide, et pour la dernière session en date – celle du 2 février – quatre membres de la BSPP avaient fait le déplacement. L’objectif: connaître les limites de son corps et les risques d’un sauvetage en eau froide sans équipement spécifique. Un exercice développé dans le Léman. La BSPP, qui participait pour la 4e fois à ce stage, a décidé de réaliser un film sur le sujet et pourrait être tentée par une adaptation parisienne de la formation.

Le stage des sapeurs-pompiers parisiens en vidéo

Stage en eau froide à Genève

[#Aguerrisement] Défi physique et mental : stage de sauvetage dans une eau à 7°C à #villedegeneve

Posted by Brigade de sapeurs-pompiers de Paris – BSPP on Thursday, February 18, 2016
(TDG)

Créé: 23.02.2016, 19h31

Articles en relation

Plongée en eau froide pour les futurs pompiers

Formation Les aspirants de l’Ecole latine ont été mis à l’épreuve dans les eaux à 6 °C du lac de Champex (VS). Supplice physique et défi mental. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maintien de Maudet: le PLR convoque une assemblée extraordinaire
Plus...