Comment le froid et la bise évitent l’asphyxie au lac Léman

PhénomèneLe fond du lac ne s’oxygène qu’en hiver. Une respiration favorisée par les grands froids, et mise à mal par le réchauffement climatique.

Le lac est stratifié en différentes couches. Si leur température devient homogène, les eaux profondes peuvent respirer. Image: archives Cris Blaser

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les températures dépassaient à peine – 3 degrés, hier à Genève. Et ce temps frigorifique fait un bien fou au Léman. «Si le froid et la bise continuent, un brassage complet du lac pourrait se produire. Le dernier remonte à 2012», relève Audrey Klein, secrétaire générale de la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (Cipel).

C’est que ses profondeurs ne «respirent» qu’une fois par an, en hiver. «En été, les eaux profondes sont séparées des eaux de surface, explique Robert Schwefel, spécialiste de la physique des systèmes aquatiques à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Elles ne se mélangent pas parce que la surface du lac est plus chaude et donc plus légère que l’eau en profondeur.» Le brassage des eaux, qui amène de l’oxygène au fond du lac, n’a lieu que sous certaines conditions: «Le lac est stratifié en différentes couches de températures, ajoute Audrey Klein. Lorsque ces couches atteignent une température homogène de 4 °C, de la surface au fond, la bise peut entraîner la masse supérieure d’eau et permettre un brassage complet des eaux.» Cette température correspond à la densité maximale de l’eau douce.

La Cipel mesure la concentration en oxygène du Léman vingt et une fois par an, à différentes profondeurs jusqu’au fond du lac. L’organisme surveille son état depuis 1957. Un de ses objectifs est de maintenir une concentration d’oxygène toujours supérieure à 4 milligrammes d’oxygène par litre d’eau. En 2015, cette concentration était de 2,29 mg par litre.

«Le lac Léman se porte encore relativement bien, commente Robert Schwefel. En revanche, d’autres lacs en Suisse, notamment ceux de Baldegg et de Hallwil, sont mal oxygénés, et par conséquent manquent de nutriments pour la faune aquatique. Ces deux lacs doivent être oxygénés artificiellement, au moyen de bonbonnes d’oxygène, ce qui est très coûteux.»

Dans un article publié en novembre avec trois coauteurs, le chercheur étudie l’impact que le réchauffement pourrait avoir sur l’oxygénation du lac. Selon leurs conclusions, l’«hypoxie» des eaux les plus profondes – un état dans lequel l’oxygène manque au point que cela menace la vie des organismes vivants – augmentera de 25% d’ici à 2100 à cause de la réduction des brassages hivernaux.

Dans combien de temps cette évolution pourrait-elle affecter la faune lacustre? «C’est difficile à dire. Selon notre étude basée sur des scénarios climatiques, la durée entre deux brassages des eaux complets va probablement passer de quelque cinq ans à environ dix ans, poursuit Robert Schwefel. Dans l’intervalle, les conditions empirent pour la faune et la flore lacustre.»

(TDG)

Créé: 26.01.2017, 17h12

Articles en relation

Lac Léman ou Lac de Genève? Le verdict

Sondage La radio des étudiants de l'EPFL, l'UNIL et l'UNIGE a réalisé un live Facebook pour sonder les internautes. La bataille s'est jouée très facilement. Plus...

Plongée dans le fjord du Léman

Découverte Le film du réalisateur Philippe Boucher sera diffusé samedi. Un livre vient aussi de paraître. Plus...

Le «sang des Bourguignons» transparaît dans la glace du lac

Vallée de Joux Des bulles rouges apparaissent sous la couche de glace. Rien de surnaturel. Il s’agit d’algues que favorise le froid. Plus...

Le lac de Joux ouvre son immense patinoire de glace naturelle

Tradition L'épisode de grand froid a permis l'ouverture d'une portion du lac de Joux au public. L'équivalent de 15 terrains de foot. Plus...

Sans-abri: la population incitée à appeler le 144

Alerte grand froid La Ville de Genève invite chacun à signaler toute personne dormant dehors au numéro d'urgence 144 en raison du grand froid. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.