Le congélateur fait feu de tout bois

AvullyÀ l’entrée du village, un bâtiment géré par des bénévoles abrite des casiers de congélation à louer.

«Ici, on est à -22 degrés», confie Pierre Zaugg, secrétaire de CongelAvully.

«Ici, on est à -22 degrés», confie Pierre Zaugg, secrétaire de CongelAvully. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De prime abord, le bâtiment qui trône à l’entrée du village d’Avully est banal. Un rectangle de béton posé sur la place Charles-Duchemin. Une plaque nous rappelle que cet Avulliote fut conseiller d’État durant deux législatures, de 1957 à 1965. La bâtisse date de cette époque: 1964. Lorsqu’on en franchit le seuil, le bruit sourd d’un compresseur envahit immédiatement l’espace. Et passé un petit sas, un souffle glacial accueille le visiteur. Car ici, la température chute à -22 degrés!

Cette bizarrerie porte un nom: congélateur collectif. «À notre connaissance, c’est le dernier du genre dans la Champagne», glisse Pierre Zaugg, secrétaire et membre fondateur de la société CongelAvully, présidée par Nicole Brun. Il en existe encore ailleurs dans le canton, notamment à Meinier, Jussy et Aïre. «Autrefois Soral, Aire-la-Ville, Satigny, Perly ou Russin avaient le leur, relève le trésorier, Albert Schmid. Ils ont fermé petit à petit, notamment par manque de volontaires pour s’en occuper, parce que ça ne rapporte rien.» De fait, il s’agit plutôt d’un service à la population, assuré par les bénévoles de CongelAvully qui ont repris le flambeau en 1982 à l’initiative de trois conseillers communaux. «Il y avait alors une forte concurrence, car la banque Raiffeisen voulait récupérer le lieu pour en faire une succursale», sourit Pierre Zaugg.

Comment ça marche? Jetons un coup d’œil à l’intérieur du local de congélation. Où s’alignent des rangées de casiers fermés à clé. «Il y en a 118 au total, de trois volumes différents, soit 100, 200 et 300 litres, détaille le secrétaire de CongelAvully. Ils sont tous à louer, le prix variant selon la contenance, respectivement 40, 75 et 100 francs par an.» Plus de 90% sont déjà occupés, mais il en reste encore une dizaine de 100 litres à disposition. Avis aux amateurs.

Et que va-t-on y entreposer? Tout ce qui mérite d’être congelé, évidemment. Dans les rangées apparaissent haricots, petits pois, côtes de bœuf, côtelettes de porc et autres articles de boucherie, mais aussi des fruits rouges ainsi que des boîtes en plastique dont le contenu demeure caché. «Des gens y gardent des sauces, des desserts… relève Pierre Zaugg. La seule chose que nous exigeons, c’est que tout soit bien emballé. Les organisateurs de la Fête des promotions, du 1er Août ou du Gena Festival peuvent aussi y stocker des sacs de glace.»

Mais qui loue ces casiers, alors qu’avoir un congélateur à domicile est assez courant aujourd’hui? «L’avantage est qu’on peut y entreposer de grandes quantités. Cela n’intéresse pas seulement des gens de la région. Parmi nos 108 membres, 55 sont d’Avully. Sinon, on a plusieurs habitants de la ville qui sont sociétaires des jardins familiaux de La Touvière, en contrebas du village. Plutôt que de tout stocker chez eux, ils profitent de mettre leurs produits ici en partant.» Pierre Zaugg renchérit: «Chaque locataire ayant sa clé, il peut venir 24 heures sur 24. Par ailleurs, si un communier a son congélateur qui tombe en panne, il peut stocker ses denrées ici en attendant la réparation ou le remplacement de son appareil.»

La panne, elle guette aussi le congélateur collectif, non? «Bien sûr, mais c’est très rare et nous avons mis en place un système d’alarme, rassure Pierre Zaugg. Dès que la température remonte à -15 degrés, un klaxon se met en marche et, parallèlement, des bénévoles de l’association ainsi qu’une entreprise spécialisée sont reliés à l’alarme via leur téléphone portable. Nous intervenons donc très rapidement.» (TDG)

Créé: 11.07.2018, 17h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

RTS: l'actu ira à Lausanne
Plus...