Le blaireau, amateur de raisin et grand prédateur des vignes

GenèveEn dix ans, les vignerons genevois ont été indemnisés à hauteur de 106 000 francs pour des dégâts causés par le mustélidé.

Les blaireaux vont parfois jusqu’à s’établir au cœur des domaines viticoles.

Les blaireaux vont parfois jusqu’à s’établir au cœur des domaines viticoles. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a une certaine délicatesse dans sa manière de procéder. Sur son passage, les grappes disparaissent proprement. Les pieds de vignes ne sont pas amochés, la terre n’est pas retournée. Comme si, au moment des vendanges, le blaireau participait à l’effort général de cueillette. Sauf que dans son cas, les raisins ne viennent pas garnir les paniers des saisonniers. L’animal, gourmand, préfère les avaler.

Anecdotique? Pas vraiment. Emilienne Hutin, du domaine du même nom situé à Dardagny, est confrontée au mustélidé depuis quelques années. D’expérience, elle parle de «bouts de lignes vendangées», sans cacher son agacement. Son voisin Guy Ramu, du domaine de Chafalet, parle de «présence importante et problématique» de blaireaux aux abords des vignes. Au point que les dégâts engendrés sont systématiquement communiqués aux autorités cantonales.

Au service des gardes de l’environnement justement, le chef, Alain Rauss, reconnaît un «réel problème dans certains vignobles genevois». Des secteurs sont particulièrement concernés, à commencer par les communes du Mandement – Russin, Dardagny et Satigny. «Les terrains en pente et les sols meubles de la zone en font un lieu d’habitation idéal pour les blaireaux, qui vont parfois jusqu’à s’établir au cœur des domaines viticoles.»

Dans l’ombre des sangliers

Selon les données du service, ces animaux ont coûté à l’Etat quelque 106 000 fr. en dix ans pour leurs seuls dégâts dans les vignes. A titre d’exemple, les indemnisations versées aux agriculteurs s’élevaient à 14 070 fr. en 2015. C’est plus qu’en 2014 (5221 fr.) mais beaucoup moins qu’en 2008 (31 319 fr.)

Si le phénomène n’est finalement pas nouveau, tous les acteurs s’accordent à dire qu’il est aujourd’hui de plus en plus visible. En cause, la bonne gestion du cas des sangliers, dont les traces laissées dans les vignes avaient tendance à masquer celles des blaireaux. De 91 625 fr. d’indemnisation en 2008, la facture des dégâts causés par ces suidés est passée à 595 fr. en 2014 et 0 fr. en 2015. Pour atteindre ce résultat, des bêtes ont dû être tirées (240 en 2015) mais pas seulement. D’autres mesures préventives existent. Les sangliers peuvent par exemple être nourris en amont afin de leur ôter l’envie de rôder dans les vignes.

Trappes antiretour

Des solutions qui pourraient être appliquées au blaireau? Alain Rauss rappelle que «jusqu’à présent, l’animal n’a jamais été tiré» et que «tout est mis en œuvre pour éviter d’en arriver là». Les vignerons sont aidés financièrement pour barricader leurs plantations à l’aide de treillis électrifiés.

Pour le cas des blaireaux résidents des domaines, le Service des gardes de l’environnement encourage le déménagement. Des trappes empêchant leur retour au terrier peuvent être installées, pour une efficacité encore toute relative. «C’est sans compter sur les entrées secondaires et l’attachement au territoire de la bête, analyse François Dunant, spécialiste genevois des mustélidés. La vraie solution consiste à suivre de près la population du secteur et déloger les individus avant qu’ils ne prennent leurs aises dans une zone problématique.»

Créé: 14.10.2016, 18h54

Combien sont-ils?

Pour François Dunant, spécialiste genevois des blaireaux, il est impossible de livrer un chiffre fiable quant à leur population dans le canton. Pour y parvenir, des études et des suivis devraient être mis en place, sachant que l’animal connait plusieurs terriers et peut passer de l’un à l’autre.

En revanche, les observations amènent le spécialiste à penser que les blaireaux «se portent bien» à Genève et que leur nombre est «en légère augmentation».

Du côté du Service des gardes de l’environnement, on précise que le mustélidé, problématique en période de vendanges, peut rendre service à l’agriculture en d’autres circonstances. En effet, il consomme volontiers les vers blancs et autres limaces.

Articles en relation

Dès la nuit tombée, les gardes «tirent» le sanglier

Reportage Entre fin juillet et le mois de mars, les fonctionnaires genevois de l’environnement ont tué 240 bêtes en 2015. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...