Le Municipal renvoie son projet de budget en commissions

Finances publiquesLe projet de budget 2014 de la Ville sera finalement étudié par les élus, au grand dam de la droite qui s’opposait à un déficit initial de 25,2 millions de francs.

Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est vers la Commission des finances et des commissions spécialisées que le projet de budget 2014 de la Ville de Genève sera finalement étudié. Par 41 voix contre 34, le Conseil municipal en a décidé ainsi lundi soir, pour le plus grand déplaisir de la droite et du MCG.

Leur grief? L’aspect déficitaire de la copie — pour un montant de 25,2 millions de franc — que lui ont présenté son exécutif et celle qui l’incarne: Sandrine Salerno. Si la cheffe des Finances municipales et candidate au Conseil d’Etat concède que ce déficit est «conséquent», la socialiste ne manque pas de préciser qu’il s’agit là d’une première copie. Et qu’il faut attendre les dernières estimations fiscales que livrera le Canton en octobre pour affiner les projections.

Seulement voilà (et sur fond de campagne électorale), la coalition Entente-UDC-MCG préfère renvoyer ce projet de budget à l’expéditeur plutôt que de l’examiner. Selon elle, la quête d’équilibre budgétaire doit être effectuée par le Conseil administratif, et non pas par le Municipal, faute de «compétences» adéquates. «Cette assemblée n’a pas les moyens d’étudier un budget dans tous ses détails, peste le chef de groupe UDC Eric Bertinat. Surtout quand on sait que la magistrate dispose d’une cinquantaine de fonctionnaires qualifiés. Notre rôle? C’est de se prononcer sur des politiques.» Au libéral-radical Adrien Genecand de menacer déjà de devoir en arriver à des coupes budgétaires «à la hache». Et au démocrate-chrétien Jean-Charles Lathion de conclure: «Ce projet démontre l’absence de priorités du Conseil administratif».

C’en est trop, pour le chef du groupe socialiste Grégoire Carasso qui qualifie la manœuvre de «posture pathétique». «Celle d’un PDC qui dispose pourtant d’un magistrat à l’Exécutif. Celle d’un PLR qui peut se vanter, alors qu’il est majoritaire au Canton, de s’y connaître en budgets déficitaires.»

Qu’importent les balles verbales qui fusent dans l’assemblée, la messe est dite. Si la droite est pourtant théoriquement majoritaire, elle n’était pas assez nombreuse hier soir pour changer l’issue des votes. Des absents dans ses rangs, et un vote défavorable d'au moins deux élus siégeant désormais en indépendants (mais issus d'un sérail de droite) auront fait la différence. (TDG)

Créé: 10.09.2013, 00h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.