Le Grand Théâtre, pollué, suscite les convoitises

AmianteLes surcoûts de la rénovation s’annoncent importants. Selon le conseiller administratif Rémy Pagani, «le problème est insurmontable».


La rénovation du bâtiment coûtera beaucoup plus cher que prévu. Des Chinois font une offre inédite pour sauver le bâtiment

La rénovation du bâtiment coûtera beaucoup plus cher que prévu. Des Chinois font une offre inédite pour sauver le bâtiment Image: © Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Grand Théâtre joue son avenir. La vénérable institution de la place Neuve pourrait se transformer en une résidence de luxe. C’est en tout cas l’une des options qui est aujourd’hui examinée avec la plus grande attention, mais aussi dans le plus grand secret. Des investisseurs chinois sont prêts à mobiliser des dizaines de millions pour sauver le bâtiment d’une catastrophe programmée, comme l’a appris la Tribune de Genève.

La rénovation qui vient de débuter coûtera en effet beaucoup plus cher que les 66 millions de francs à disposition. En cause: l’amiante. Elle a été trouvée en quantité importante sous la toiture, et surtout dans la tour de scène, ce grand silo en béton construit dans les années 60 au-dessus du bâtiment. Il était déjà prévu d’en traiter les façades, fortement touchées par la carbonatation. Il faudra désormais la confiner pour l’assainir.

Le conseiller administratif Sami Kanaan, en charge de la Culture, ne peut que confirmer. «C’est une catastrophe. Cette nouvelle nous confronte à un défi financier de taille. Il va falloir trouver des solutions innovantes.»

«Problème insoluble»

Les surcoûts ne sont pas chiffrés mais s’annoncent importants. Et ils vont prolonger durablement les travaux. La démolition de la tour de scène semble inévitable. Or, elle dépasse les gabarits autorisés, ce qui a valu un procès à la Ville lors de son érection. Il est peu probable qu’on puisse la reconstruire à l’identique, ce qui remettrait en cause l’exploitation du théâtre. «Le problème est insurmontable», commente le conseiller administratif Rémy Pagani.

La solution «innovante» viendra peut-être de Chine. Conquis par le théâtre alors qu’ils accompagnaient l’Opéra de Pékin l’année dernière, des investisseurs sont prêts à le reprendre pour en faire des lofts de luxe. La démolition de la salle et de sa scène créerait une vaste cour autour de laquelle s’articuleraient de généreux appartements dans les ailes. «Les Chinois sont friands d’art lyrique, ils achèteraient volontiers dans un lieu si prestigieux, glisse une source anonyme. Imaginez, un loft dans le foyer, avec vue sur la place!»

Un parking sous la place

Pour atténuer les résistances et valoriser les logements, ces Chinois seraient même prêts à financer la création d’un parking souterrain sous la place Neuve, celui-là même que les Genevois ont refusé il y a une dizaine d’années.

Pour la Ville, l’offre est alléchante. Elle économise une très coûteuse rénovation, perçoit une rente pour la location du théâtre sous la forme d’un droit de superficie, et obtient en bonus un parking. De quoi, enfin, piétonniser la place. Surtout, elle évite de s’engager dans une rénovation à l’issue incertaine, non dépourvue de dégâts politiques collatéraux.

Quel lieu, alors, pour l’Opéra? Par chance, la salle provisoire de la place des Nations offre une roue de secours. On pourrait prolonger son utilisation, le temps de réaliser un nouveau théâtre. Reste à savoir où. Une option l’envisage place des Nations, en face de la future Cité de la musique projetée par un consortium privé. Mais le développement de la ville est ailleurs, à l’opposé, c’est-à-dire à la Praille.

L’Opéra à l’Etoile!

Le projet Praille-Acacias-Vernets cherche justement un bâtiment majeur, capable de créer un pôle urbain attractif. Pour l’heure, le seul équipement public projeté est le futur Palais de Justice. Mais il y a mieux que des juges pour animer un quartier, même si certains magistrats aiment beaucoup s’amuser.

Un opéra prendrait alors tout son sens à… l’Etoile, dans le futur quartier des tours. Sa construction permettrait par ailleurs de sortir l’institution du giron de la Ville dans un partage des compétences avec le Canton.

Il semble d’ailleurs que des investisseurs du Golfe soient tentés d’intégrer une grande salle lyrique dans leur projet de gratte-ciel. Impossible d’en savoir plus pour l’heure.

Tout ce scénario est-il réalisable? «Nous ferions ainsi d’une pierre trois coups, résume Rémy Pagani. Et la Ville économiserait aussi dans les coûts de fonctionnement de l’institution. Ce billard à trois bandes me semble difficile à réaliser, mais il vaut le coup d’y réfléchir.» Une chose est certaine. Le choix de l’architecte, retenu par les promoteurs de la mer Rouge, est d’emblée écarté. Il s’agissait du Français Jean Nouvel! (TDG)

Créé: 01.04.2016, 07h29

Articles en relation

Le Grand Théâtre de Genève fait le vide

Culture L’Opéra, qui s’apprête à subir d’importants travaux de rénovation, déménage. Reportage. Plus...

Le Grand Théâtre a été «négocié» à l'huile de vidange

Déprédations L'enveloppe historique du premier bâtiment culturel de Genève est en chantier de ravalement urgent. Quinze tailleurs de pierre traquent les souillures. Certaines sont irréversibles. Plus...

«Vénus et Adonis», au cœur d’un baroque revisité

Opéra L’ensemble Cappella Genevensis redonne vie à une œuvre baroque oubliée en invitant le bédéaste genevois Pierre Wazem. Plus...

Genève s’emballe pour son Opéra

Inauguration La journée porte ouverte de l’Opéra des Nations a remporté un franc succès. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...