Le Conseil des Etats «poubellise» la traversée du lac, Genève prend acte

Grand GenèveMichèle Künzler demandera la priorité pour l'élargissement de l'autoroute de contournement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mardi le Conseil des Etats a décidé de ne pas donner suite à l'initiative du canton de Genève qui demandait l'inscription de la traversée du lac à Genève dans l'arrêté fédéral sur le réseau des routes nationales. Dans un communiqué publié à l'issue de sa séance hebdomadaire, au lendemain de ce classement vertical, le Conseil d'Etat genevois dit «prendre acte de cette décision». «Ce n'est pas une surprise, le conseil fédéral avait déjà en quelque sorte classé cette initiative votée par le Grand Conseil en avril 2011», note Michèle Künzler.

La ministre genevoise de la Mobilité met désormais l'accent sur l'élargissement à trois voies du contournement de Genève de Coppet à Perly. Une option validée le 24 janvier dernier par le Grand Conseil qui a voté le plan directeur du réseau routier 2011-2014. Il en coûterait 1,5 milliard de francs, plus de trois fois moins que la traversée du lac ou une deuxième autoroute dans la campagne genevoise. Michèle Künzler donnera des informations sur l'avancement des études au lendemain de la réunion du 25 mars prochain avec l'Office fédéral des routes (OFROU).

Le gouvernement genevois réaffirme cependant «la nécessité pour le Grand Genève de pouvoir compter sur un contournement autoroutier complet du cœur d'agglomération afin de faire face à l'augmentation du trafic automobile attendue à l'horizon 2030». Michèle Künzler souligne que «la traversée du lac augmentera encore en l'état actuelle des choses les bouchons au Vengeron et dans le tunnel de Vernier». La magistrate verte est désormais convaincue qu'il faut donc commencer par augmenter la capacité de l'A1 actuelle et construire sans tarder une demi-jonction entre le pont sur le Rhône et le tunnel de Vernier ce qui permettra de desservir directement la zone industrielle en extension de Meyrin-Satigny et soulagera le trafic dans le tunnel de Vernier.

Le Conseil national doit encore se prononcer

Mardi le Conseil des Etats a refusé tacitement de donner suite à l'initiative du canton de Genève qui demandait que la réalisation d'un tronçon autoroutier traversant le Léman à l'est de Genève soit intégrée au réseau des routes nationales. Aux yeux du plénum, ce projet ne remplit pas les critères stricts définis par la Confédération et les cantons pour être reclassés. Le National doit encore se prononcer. Sa décision sera sans doute formelle.

Encore des obstacles

Outre le financement de ces projets, de nombreux obstacles devront encore être surmontés avant de voir les bouchons quotidiens sauter sur l'autoroute de contournement de Genève. La demi-jonction de Vernier pourrait être ouverte vers 2018, à moins que l'exigence de la commune de Vernier d'enterrer la nouvelle route ne soit retenue et ne fasse exploser la facture. Dans un très long rapport, actuellement étudié par la commission législative, le Conseil d'Etat a déclaré partiellement irrecevable l'initiative 152 de l'UDC pour une traversée de la rade. On n'imagine pas enfin la construction de deux nouveaux tunnels sous Vernier et sous Confignon passer la rampe sans opposition.

(TDG)

Créé: 20.03.2013, 15h10

Articles en relation

La grande traversée du lac se perd à l’horizon 2050

Transports Le franchissement autoroutier ne se réalisera pas en 2030. Genève devra se contenter d’élargir l’autoroute de contournement. Pour traverser, il faudra attendre… ou s’en payer une toute petite. Plus...

Le Conseil d’Etat genevois ne veut pas d’une traversée de la rade

MOBILITE Le projet de traversée de l’UDC serait en décalage complet avec la politique menée depuis dix ans. Plus...

L'initiative sur la traversée de la rade de l'UDC a abouti

Circulation Le texte vise à décharger le pont du Mont-Blanc d'ici 2020. Le coût de l'ouvrage est estimé à 560 millions de francs. Plus...

Réaction de Feu Vert

Olivier Ballissat, secrétaire de l'association Feu Vert, estime que le problème de la traversée du lac dépend de la clarification que Berne doit apporter dans le financement des infrastructures routières. Pas question pour Feu Vert d'accepter la hausse de la vignette ou de la surtaxe sur les carburants, si ces moyens disparaissent dans d'autres fonds que le fonds pour les infrastructures routières nationales dont la constitution est urgente. Feu Vert soutient l’initiative dire «Vache à lait» qui veut supprimer les financements croisés de la route en faveur des transports publics. L'entretien et le développement des routes nationales incombent désormais entièrement à la Confédération. Il faut que les moyens suivent. (JFM)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maintien de Maudet: le PLR convoque une assemblée extraordinaire
Plus...