Le Canton veut vider la gare routière de ses autocars

GenèveL’Etat souhaite qu’une partie des bus s’arrêtent à l’aéroport ou à Montbrillant. La Ville est sceptique.

Le Canton veut réorganiser le bal des autobus qui font halte à la gare routière, et ainsi décharger la place Dorcière.

Le Canton veut réorganiser le bal des autobus qui font halte à la gare routière, et ainsi décharger la place Dorcière. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La gare routière de Genève est en passe de se métamorphoser. Pour décharger la place Dorcière et la circulation dans le quartier, le Canton veut réorganiser le bal des autobus qui y font halte. Dès l’arrivée du CEVA, une partie de ces cars pourraient donc finir leur course à l’aéroport et à Montbrillant plutôt qu’en plein centre-ville. Cette stratégie ne satisfait pas la Ville de Genève, qui souhaite moderniser l’esplanade, aujourd’hui passablement sinistre.

Le Canton veut voir diminuer le nombre de cars qui transitent par la place Dorcière. D’une part pour décharger le site, assez exigu, mais également pour fluidifier la circulation dans ce secteur proche de la gare ferroviaire. Aujourd’hui, de nombreux bus se partagent les lieux: quatre lignes interurbaines venant de Haute-Savoie, plusieurs véhicules d’excursions touristiques et diverses liaisons internationales se côtoient sur un site dont la situation n’a rien d’idéale: «La place n’est pas loin de la gare Cornavin, mais elle n’en est pas proche non plus, explique Marion Guillot, cheffe de projet à la Direction générale des transports (DGT). Elle n’est pas facilement accessible compte tenu des conditions de circulation et n’est pas très bien connectée au réseau de transports collectifs.»

A l’aéroport via le CEVA

Pour soulager la place, les services du conseiller d’Etat Luc Barthassat ont élaboré une nouvelle stratégie quant au transit des autobus interurbains, gérés par le Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT). Les lignes en provenance d’Annecy et de Saint-Gervais-les-Bains ne traverseront plus le centre-ville mais se rendront à l’aéroport via l’autoroute de contournement, avec un éventuel arrêt dans certaines gares du CEVA (Léman Express). «Cela permettra aux personnes qui viennent travailler à Genève d’avoir un large choix pour transborder», poursuit la responsable de la DGT. Mais la ligne servira aussi aux voyageurs en provenance de Haute-Savoie souhaitant prendre un avion, qui bénéficieront ainsi d’une connection directe avec l’aéroport. La ligne reliant Evian, la Roche-sur-Foron et Thonon à Genève, elle, terminera sa course à la future gare des Eaux-Vives.

Un autre changement est à l’étude: le Canton souhaite également déplacer les lignes internationales du côté de la poste de Montbrillant, où un terrain serait disponible. Mais, sans ces différentes lignes, que restera-il à la place Dorcière? «Les convois touristiques ainsi que les excursions, précise Marion Guillot. La fonction de la gare routière serait redéfinie.»

Si les finances du Canton et du Conseil général de la Haute-Savoie le permettent, l’aéroport devrait être desservi dès la fin de l’année alors que la gare des Eaux-Vives ne sera quant à elle desservie qu’à la mise en service du CEVA en 2019. Mais le GLCT a déjà dû prendre les devants en lançant un appel d’offres: les contrats passés avec les prestataires de transports collectifs durent effectivement six ans. Ceux-ci détermineront donc une organisation avant et après le CEVA.

«Pas une issue viable»

La Ville de Genève attendait de connaître la stratégie de l’Etat pour lancer son projet de rénovation du kiosque qui accueille aujourd’hui les voyageurs et des WC de la place Dorcière, projet ficelé depuis plusieurs années. Mais le chef du Département municipal des constructions et de l’aménagement, informé il y a peu des velléités cantonales, n’est pas satisfait: «Cette stratégie ne résout rien, ce n’est pas une issue viable, estime Rémy Pagani. Je vais devoir aller devant le Municipal avec un projet. Comment les convaincre avec un site qui n’accueille que quelques bus?»

Le magistrat, qui souhaite que la gare routière demeure au centre-ville, s’apprête donc à mener des études afin de déterminer la rentabilité du projet du Canton. «Suivant les résultats, nous poursuivrons les discussions avec ce dernier.» (TDG)

Créé: 01.09.2015, 23h00

Articles en relation

Barthassat et Pagani vont s'attaquer à la place Dorcière

Gare routière de Genève Des études sont en cours pour réorganiser la place Dorcière et les lignes de cars qui la desservent. Plus...

Les bus savoyards n'accéderont plus au cœur de Genève

Grand Genève Les explications de la Direction de Mobilité à Genève ne calment pas une association d'usagers qui lance une pétition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...