«Le Canton se rend enfin compte qu’il a un rôle à jouer!»

Culture et tourismeDans le contexte agité autour des Fêtes de Genève, la Ville souhaite, tout comme l’État, une refonte de la politique touristique.

Le magistrat chargé de la culture, Sami Kanaan, se réjouit des futurs états généraux du tourisme.

Le magistrat chargé de la culture, Sami Kanaan, se réjouit des futurs états généraux du tourisme. Image: Steeve Iunker Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La votation du 4 mars qui déterminera le futur calibrage des Fêtes de Genève approche à grands pas. L’édition 2018 s’annonce, elle, réduite à la portion congrue. Au point que même le feu d’artifice pourrait faire pschitt. Entre ces deux dates, le Canton organisera des états généraux du tourisme le 15 mai. Au milieu de ce vaste débat, le magistrat chargé de la Culture en Ville de Genève, Sami Kanaan, livre son point de vue sur ce dossier clé.

Le conseiller d’État chargé de la Sécurité et de l’Économie, Pierre Maudet, a décidé d’organiser des états généraux du tourisme, qu’en pensez-vous?

Je me réjouis de cette prise de conscience de Pierre Maudet. Genève Tourisme (ndlr: qui pilotait jusqu’à aujourd’hui les Fêtes de Genève) s’est longtemps concentré sur un enjeu à court terme: le nombre de nuitées. C’est important, mais le tourisme ne se limite pas à cela! Cela fait six ans que j’essaie de mettre des choses en place avec la fondation. Il y a eu plusieurs résultats ponctuels, tels que l’amélioration de la promotion des musées sur leur site, Le guide du routard Genève, ville d’art et de culture ou des événements comme Pop in the city (ndlr: un raid urbain 100% féminin avec plus de 500 participantes). Mais cela reste ardu.

Pourquoi?

On a toujours l’impression que l’on doit expliquer que la culture est importante. Historiquement, Genève n’a pas ou peu utilisé cette carte. Le Canton ignore ce qui existe déjà. Il n’a jamais intégré la culture comme un élément fondamental pour la stratégie de positionnement et de rayonnement de l’agglomération. Cela doit pourtant être un des leviers de la politique touristique de Genève.

À ce jour, pourquoi vient-on à Genève?

Genève bénéficie d’une forte attractivité notamment pour les congressistes. Les gens viennent pour des raisons professionnelles ou un événement ponctuel. Nous devons les inciter à rester ou à revenir pour des raisons touristiques.

Quels sont les atouts touristiques de la cité?

Le territoire est petit et l’offre condensée. On bénéficie d’un site naturel exceptionnel. Et il y a de quoi faire en termes de musées, de restaurants, etc. Nous avons tout ce qu’il faut pour faire mieux tous ensemble. À long terme, je rêve d’un véritable festival culturel d’ambition internationale pour remplacer les Fêtes de Genève actuelles.

Pourquoi la Ville n’a-t-elle pas mis en avant tous ces atouts pour attirer les touristes?

Les animations proposées ou soutenues par la Ville, nombreuses durant l’été (Ciné transat, Musiques en été, Fête de la musique, théâtre de l’Orangerie ou animations gratuites à la pointe de la Jonction et dans les parcs…) s’adressent d’abord aux habitants. Tel est le rôle de la Ville. Dans une cité où le taux de rotation de la population est important (12% de renouvellement par an), la culture et le sport doivent aussi permettre aux nouveaux arrivants de trouver leur place.

Quid du rôle du Canton?

Le Canton a, lui, la mission d’attirer les touristes. Mais politiques culturelle et touristique se nourrissent l’une l’autre. D’où l’intérêt de se voir, d’en parler. Et si on parvient à faire évoluer certains de nos événements afin qu’ils touchent aussi les visiteurs, tant mieux! Reste que Genève Tourisme est un organisme relevant d’une loi cantonale, qui fonctionne grâce à une taxe cantonale. Or, le cadre actuel a clairement montré ses limites. Il manque une vision stratégique. C’est au Canton de la donner. Il se rend enfin compte qu’il a un rôle à jouer! Je m’en réjouis, car, jusque-là, j’avais un peu l’impression de crier dans le désert.

C’est un reproche à Pierre Maudet?

Je dis juste que le Canton doit prendre ses responsabilités. Je collabore très bien avec Pierre Maudet, par ailleurs ancien collègue en Ville et partenaire sur de nombreux projets. Il est important de rappeler que le tourisme est un volet capital de la promotion économique. D’où l’intérêt de ces états généraux, auxquels la Ville participera activement.

Qu’en attendez-vous?

Il faut du concret! Nous devons définir nos ambitions, nos priorités, nos publics cibles. Nous devons utiliser le fait que Genève se situe au cœur d’importants réseaux, tant horlogers, numériques que de la Genève internationale.

À plus court terme, l’édition 2018 des Fêtes de Genève s’annonce maigre, la Ville peut-elle pallier cette situation?

Si on parle des Fêtes elles-mêmes, dont le but avoué est de remplir les hôtels, ce n’est pas le métier de la Ville! Il faut de toute façon revoir le concept. Et s’interroger là aussi sur le public cible. Pour ce qui est de cet été, comme je l’ai dit, la Ville propose déjà une belle offre culturelle. Nous allons certainement l’étoffer, notamment en matière de concerts sur la scène Ella Fitzgerald. Et ce, en lien avec mon année de Mairie. Pour les années à venir, attendons le résultat de la votation du 4 mars. (TDG)

Créé: 19.02.2018, 21h17

Articles en relation

L’annulation des Fêtes de Genève 2018 fait de nombreux déçus et quelques heureux

Réactions La décision de Genève Tourisme de renoncer à l’organisation de l’événement semble plutôt impopulaire. Plus...

Pas de Fêtes de Genève en 2018: le feu d'artifice n'est pas garanti

Loisirs Seuls la Grande Roue et son Village suisse sont officiellement au programme. Le financement du feu reste au conditionnel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'affaire Maudet inquiète jusqu'à Berne
Plus...