Laïcité: des étudiants embarqués dans une polémique

Signes distinctifsUne classe de la HETS est accusée d’organiser une «manifestation contre la laïcité». La direction dément.

La Haute École de travail social.

La Haute École de travail social. Image: PASCAL FRAUTSCHI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À quelques semaines de la votation cantonale sur la laïcité de l’État, une lettre ouverte d’étudiants en travail social ne passe pas inaperçue. Alors qu’une conférence suivie d’un débat public aura lieu les 14 et 15 janvier au sein de leur Haute École de travail social (HETS), Mireille Vallette, coutumière des coups de sang contre ce qu’elle nomme «l’avancée de l’islam», a pris la plume pour s’adresser à la direction de l’école et aux intervenants. Elle a également protesté auprès de la conseillère d’État en charge du Département de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta.

À l’entendre, l’événement organisé par les étudiants serait en fait «une manifestation contre la laïcité». Pour appuyer ses propos, la présidente de l’Association suisse vigilance islam fait référence à une lettre ouverte rédigée par les étudiants en travail social quelques semaines plus tôt.

"Problème déontologique"

Dans cette missive adressée aux directions d’institutions sociales à Genève, les organisateurs du débat de la semaine prochaine se sont publiquement exprimés sur la question de la laïcité. Plus précisément, ils voient dans l’application stricte de l’interdiction faite aux fonctionnaires d’affirmer leurs appartenances religieuses (un volet de la loi sur la laïcité) un problème déontologique, celui du respect du principe de non-discrimination.

«Pourquoi des étudiants de la HETS portant le voile ou donnant des cours de catéchisme rencontrent-ils des difficultés d’engagement dans la plupart des institutions sociales?» questionnent-ils. «Comment pouvons-nous mener notre mission à bien quand, au sein même de nos institutions sociales, des valeurs fondamentales de notre profession comme le respect de la dignité humaine sont parfois mises à l’écart?»

Pamir les 24 étudiants à l’origine de cette lettre ouverte et de l’événement public, Vanessa Moser officie également en tant que porte-parole. Elle assure que la proximité entre la conférence et la votation est un hasard du calendrier. «Ce moment coïncide avec la fin de notre module consacré aux croyances, religions et spiritualité», dit-elle. Cette série de conférences «sert surtout à mettre en avant la parole de jeunes sur la question de la spiritualité. L’objet de la votation sera sans doute soulevé, mais ce n’est pas l’objet principal.»

Quant à la lettre ouverte, elle visait «à faire réfléchir les gens et à les encourager à venir en débattre», soutient l’étudiante.

La directrice soutient ses étudiants

Joëlle Libois, directrice de la HETS, confirme à son tour que l’organisation des conférences et rencontres n’est en aucun cas liée à l’agenda politique. «Les étudiants ont réalisé un travail de terrain durant plusieurs mois, ils ont interrogé des jeunes sur leur rapport à la religion. Le résultat de leur travail figure au programme des rencontres organisées les 14 et 15 janvier.»

Pour la directrice, «la lettre ouverte des étudiants n’est pas une prise de position publique. Ils ont amené des éléments pour s’interroger. Ils ouvrent le débat et favorisent l’expression des différents points de vue.» (TDG)

Créé: 08.01.2019, 18h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.