La plus grande distillerie de Genève va disparaître

Saconnex-d’ArveL’institution de 1895 est chargée d’histoire mais vétuste. Les propriétaires du bâtiment ont résilié le bail pour des raisons financières.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils seront bientôt SDF. «Sans distillerie fixe.» En août, les locataires de la distillerie de Saconnex d’Arve devront clouer le bec à leur alambic et plier bagage. Les propriétaires du lieu ont résilié le bail pour des raisons financières.

La distillerie de Saconnex d’Arve est une institution plus que centenaire. Installée depuis 1895 à Plan-les-Ouates, elle occupe son emplacement actuel depuis 1930. On raconte que la williamine serait née dans ce lieu (sujet sensible car les Valaisans revendiquent aussi la paternité du breuvage…) Depuis 2001, Daniel Brenner, viticulteur-œnologue, est locataire de l’endroit et propriétaire de la distillerie. Il cohabite avec trois sous-locataires: René Wanner – ancien inspecteur de la police judiciaire et seul distillateur d’absinthe genevois – et un couple, «Les Givrés», qui produit des liqueurs.

La distillerie est devenue non seulement un lieu de production mais aussi de dégustation et de rencontres – René Wanner a installé un petit bar – ainsi que de culture: la distillerie a accueilli le festival Antigel, des lectures de contes, des expositions, entre autres.

«La fin d’un lieu mythique»

Mais aujourd’hui, elle vit peut-être ses dernières heures. Les propriétaires du bâtiment, la famille Zumbach, ont annoncé aux usagers qu’ils devront libérer les lieux à la fin du mois d’août. Les sous-locataires ont la gueule de bois. «On a investi du temps pour installer notre affaire et aujourd’hui, tout est menacé. Au-delà de notre situation personnelle, cette décision signifie la fin d’un lieu mythique», rapportent «Les Givrés», Sylvia Schibli et Alain Choiral. Daniel Brenner, qui se retire du milieu de la distillerie, va devoir démembrer ses deux alambics. «Je vais tenter d’en vendre un et j’espère que l’autre pourra rester sur place en tant que pièce décorative…»

C’est la fin d’une institution mais aussi la mise en péril d’un savoir-faire: il ne reste plus que deux distilleries à Genève on concrète…»

Développement dans nos éditions payantes du lundi 31 mars 2014 (TDG)

Créé: 30.03.2014, 22h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.