La pétition aux relents racistes a été supprimée

PolémiqueSi la démarche des pétitionnaires est morte, les oppositions au 1er Août du maire Rémy Pagani continuent.

La polémique n’a pas émoussé l’enthousiasme des groupes suisses et béninois qui répètent avant le jour J. Ici, Lalibela Express et leTout Puissant Orchestre Poly Rythmo de Cotonou
Vidéo: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le message sibyllin est daté du 29 juillet: «Merci d’avoir témoigné votre soutien. Nous allons cependant procéder à la suppression de cette pétition qui entraîne plus de discordes qu’autre chose, ce qui n’était pas notre but.» Ainsi se conclut l’épisode de la pétition lancée il y a un mois contre le 1er Août organisé par le maire de la Ville de Genève, Rémy Pagani. Pour rappel, les pétitionnaires reprochaient à l’élu d’Ensemble à Gauche d’avoir choisi de célébrer la fête nationale suisse aux côtés du Bénin, un pays qui a aussi sa fête nationale le 1er août.

Au final, ce texte anonyme, dont certaines phrases revêtaient de forts relents racistes, a recueilli 489 paraphes et ne sera jamais déposé en Ville de Genève. De quoi réjouir Rémy Pagani. «Je suis soulagé de voir que l’écrasante majorité de la population a compris ma démarche et qu’il y a plus de gens qui sont choqués par ce type de pétition que de signataires», commente-t-il. A ses yeux, «la crainte de poursuites pénales explique aussi très certainement le retrait du texte». Il estime toutefois que la «vindicte populaire qui s’est élevée contre cette pétition est rassurante».

Hébergé aux Etats-Unis

Un avis que partage Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (Cicad). Si la principale mission de la Cicad est de lutter contre l’antisémitisme, l’organisation dispose d’un service de veille qui cherche et analyse les propos racistes ou diffamatoires sur le Net. Et elle suivait la pétition de près. «La base de cette pétition semblait flirter avec le rejet et l’exclusion de l’Autre», souligne le secrétaire général. Pour autant, la Cicad n’envisageait pas d’action en justice. «D’abord parce que pour porter plainte, il faut être directement ciblé», explique Johanne Gurfinkiel. Reste la possibilité de faire appel à la justice en tant que dénonciateur.

Selon les juristes consultés par le maire dans ce dossier, certains passages de la pétition, tels que «jusqu’à preuve du contraire, le Suisse ne descend pas du Béninois», auraient été poursuivis d’office. «Cela relève du dénigrement d’un groupe de personne», ce qui contrevient à l’article 261 bis du Code pénal suisse. Difficile de plus de remonter à la source de cette pétition. «Les services de la Ville ont fait des recherches et sont remontés jusqu’à un site hébergé aux Etats-Unis», indique Rémy Pagani. Dans cette affaire, la justice n’aura de toute façon pas à se prononcer. «Il est tout à fait sain, estime Johanne Gurfinkiel, que ce ne soient pas systématiquement les juge qui règlent les affaires publiques. Dans ce dossier, la dénonciation publique et médiatique a suffi. Heureusement que les consciences des citoyens sont choquées par ce type de propos.»

«Sabotage du 1er Août»

Pour autant, le 1er Août de Rémy Pagani continue à faire des mécontents. Le MCG s’est fendu hier d’un communiqué de presse dénonçant un «sabotage du 1er Août, réalisé par les tenants de la gauche internationaliste, qui par cette action veulent détruire un symbole fort, populaire, qui consiste à dissoudre nos valeurs helvétiques de démocratie et de liberté». Rappelant qu’il s’agit d’une «cocélébration et non d’une fusion», Rémy Pagani rétorque: «Il y a de moins en moins de gens qui viennent au 1er Août. L’entre-soi prôné par la droite ne fonctionne plus! Au point que certaines communes suisses ne l’organisent plus. D’où mon vœu de réactualiser cette journée, de renouveler ces festivités.»

Interrogé sur les ondes de la Première, le député PLR au Grand Conseil genevois Jean Romain reprochait lui aussi vendredi au maire de la ville sa tendance à la mondialisation au détriment de l’identité suisse. «Ce sont des gens qui accueillent des multinationales à bras ouverts en leur faisant des cadeaux fiscaux énormes sur leurs bénéfices – pensons par exemple à RIE III – qui me traitent de mondialiste, c’est un comble!» lâche Rémy Pagani.

Lire l'éditorial: Une pétition pas si bénigne

(TDG)

Créé: 30.07.2017, 21h58

Articles en relation

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...