La mère d’un élève handicapé se heurte aux limites de l’école inclusive

IntégrationElle demande que l’ergothérapeute de son fils puisse venir une heure par semaine dans l’école. Le règlement ne le permet pas.

L’adolescent est élève au Cycle de la Florence, à Conches, dans une «classe intégrée».

L’adolescent est élève au Cycle de la Florence, à Conches, dans une «classe intégrée». Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On ne demande pas la lune, seulement un aménagement pour que notre fils puisse bénéficier de conditions d’apprentissage optimales!» Le fils de Caroline, âgé de 15 ans, souffre d’une maladie génétique orpheline qui se manifeste par un trouble de développement moteur et cognitif. L’adolescent est élève au Cycle de la Florence, à Conches, dans une «classe intégrée» – soit un groupe d’élèves à besoins spécifiques qui ont leur classe dans une école ordinaire au lieu d’être dans une école spécialisée.

En mai, Caroline a pu obtenir qu’un ergothérapeute spécialisé en matériel informatique de dactylographie puisse venir une heure par semaine dans une salle du cycle pour dispenser à son fils des séances avec un logiciel spécial. «À cause de sa maladie, mon fils a énormément de peine à écrire. Grâce à ce programme, il peut enfin prendre des notes et s’exprimer à l’écrit.»

Pourquoi ne se rend-elle pas directement au cabinet de ce spécialiste? «Il est établi aux Pâquis et on perdait beaucoup de temps dans les trajets, alors qu’on enchaîne déjà les rendez-vous de médecins à gauche et à droite», répond cette habitante de Collonge-Bellerive. «Comme l’ergothérapeute intervenait dans un Centre médico-pédagogique voisin de la Florence, il a proposé qu’on organise la séance dans ce périmètre pour nous soulager.»

À la rentrée, la maman espérait que ce soutien pourrait être reconduit. Elle s’est donc adressée au Département de l’instruction publique (DIP). «Mais j’ai essuyé un refus. On m’a dit que cet aménagement avait été accepté à titre exceptionnel et ne pouvait pas être reconduit car il pouvait engendrer d’autres demandes de la part d’autres élèves ainsi que des difficultés d’organisation.»

Leçons dans un café

Depuis la rentrée, son fils et l’ergothérapeute se retrouvent donc une fois par semaine… dans un café à proximité du cycle. «Ce n’est pas du tout un environnement propice à l’apprentissage, mais on n’a rien de mieux.»

Le DIP est pourtant proactif dans l’intégration d’enfants à besoins spécifiques et sa conseillère d’État, Anne Emery-Torracinta, a fait de l’école inclusive l’une de ses priorités. À la rentrée, de nouvelles classes intégrées ont notamment été ouvertes, dont l’une au Cycle de la Golette. Entre autres exemples. Alors pourquoi refuser l’aménagement demandé par Caroline?

Le DIP ne s’exprime pas sur ce cas particulier mais rappelle les contingences liées à ce genre de demandes. Il explique tout d’abord que pour assurer la sécurité des élèves, les personnes étrangères à l’école ne sont pas autorisées à pénétrer dans les locaux scolaires. D’autre part, «ces interventions ne sont en principe pas individuelles, mais s’adressent à une ou plusieurs classes».

Ensuite, le Département indique que les élèves à besoins spécifiques scolarisés dans l’enseignement ordinaire bénéficient déjà de mesures de soutien et d’accompagnement individuelles financées par le DIP. «Il n’est pas envisageable de délivrer dans les locaux des écoles des prestations individuelles et payantes, qu’il s’agisse d’élève de classe régulière, de classe intégrée ou d’élève à besoins spécifiques», indique-t-il. Enfin, le DIP pointe un problème de disponibilité des salles. «En admettant qu’une telle pratique soit admise et généralisée, elle posera un réel problème de locaux.»

Modifier le règlement

La maman ne baisse pas les bras pour autant. «Je veux faire évoluer le règlement. Pour intégrer vraiment ces enfants, il faut ouvrir la discussion et accepter ce genre d’aménagements légers visant à leur autonomie future. C’est d’ailleurs ce qui est demandé par la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées.» (TDG)

Créé: 21.01.2018, 17h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.