La fusion des pompiers de Cointrin et de la Ville échoue

PompiersLe projet «Convergences» tombe à l’eau. Celui de nouvelle caserne reste en suspens.

Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Trop cher, peu concluant. C’est assez sèchement qu’un audit circonstancié réalisé à la demande de Genève Aéroport vient d’évaluer «Convergences», le projet de fusion du Service d’incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS) et du Service de sécurité de l’Aéroport (SSA). Le conseil d’administration de l’Aéroport en a tiré les conclusions: il a informé la Ville qu’il mettait fin aux discussions lancées en 2008 par le conseiller administratif de l’époque, Pierre Maudet, et le président du conseil d’administration de l’Aéroport, François Longchamp. Exit la fusion, et exit a priori la nouvelle caserne qui devait accueillir le nouveau corps dans la halle 7 de Palexpo.

Pourquoi euthanasier le projet? Pour deux raisons: l’audit qualifie d’abord le volet relatif à la fusion des personnels de «coûteux et complexe». L’alignement des conditions de travail du SSA sur celles du SIS reviendrait en effet à 25,7 millions. Cette somme résulte de plusieurs facteurs: la recapitalisation de la caisse de pension des hommes du SSA qui quitteraient la caisse cantonale de la CIA pour rejoindre celle des communes (CAP) et le déblocage de nouveaux moyens pour aligner la couverture retraite du SSA, dont les hommes travaillent jusqu’à 62 ans, sur celle du SIS, dont les employés partent à 57 ans.

Deuxième raison, la construction d’une nouvelle caserne à Palexpo et le maintien d’un dispositif (rampe d’accès, poste avancé) à Cointrin afin de respecter les normes de sécurité de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) seraient «démesurés en termes de coûts et de sophistication». Le tout reviendrait à 65 millions. Cerise sur le gâteau, «pour offrir à Palexpo la possibilité de continuer à exploiter la partie supérieure de la Halle 7, la pose d’une dalle de béton au-dessus de la caserne et le renforcement structurel des piliers du bâtiment» seraient requis. Enfin, «l’interopérabilité» des uns et des autres serait limitée.

D’autres raisons, qui ne sont pas mentionnées dans l’audit, auraient également pesé dans la décision, comme la crainte de Genève Aéroport de perdre «ses» pompiers, bien utiles quand il s’agit de déneiger la piste ou d’acheminer d’urgence des bagages. «Les hommes du SSA ne sont pas désespérés par cette décision, confirme une source interne. Elle a contribué à éviter un débrayage programmé le 2 novembre.»

Du côté des politiques, on joue l’apaisement. «Je prends acte de cette décision, commente ainsi le successeur de Pierre Maudet, Guillaume Barazzone. Elle va permettre à la Ville de se concentrer sur ses discussions avec les autres communes en vue de constituer un établissement public autonome pour accueillir le SIS.» Du côté de l’Aéroport, on réagit avec philosophie: «L’idée de départ était intéressante, souligne le porte-parole Bertrand Stämpfli. Mais examen fait, on s’aperçoit que fusionner coûterait très cher, beaucoup plus que prévu. Il valait mieux arrêter.» Contacté, le conseiller d’Etat Pierre Maudet refuse de s’exprimer, «n’étant plus en charge du dossier depuis un an et demi». Quant à la magistrate Isabel Rochat, présidente de l’AIG, elle souligne qu’après cinq ans, il était temps de trancher. «Ce travail a permis de dégager des synergies utiles entre SIS et SSA. L’objectif de créer à terme une structure intercommunale de droit public regroupant les acteurs du feu demeure.»

«Convergences» est mort. Plusieurs millions ont été dépensés pour des études devenues inutiles, mais la nécessité de trouver l’emplacement pour une nouvelle caserne sur la Rive droite subsiste.

Créé: 05.11.2013, 07h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.