«La femme peut aussi dire non»

PréventionSamedi après-midi, l’association Marche des salopes organise une kermesse afin de sensibiliser aux violences sexuelles.

L'année passée, la Marche des Salopes avait déjà bien marché.

L'année passée, la Marche des Salopes avait déjà bien marché. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Notre boulot, c’est de changer le monde.» Chloé de Senarclens, 27 ans, a le sens de la formule et la détermination des combattantes. Samedi après-midi, le collectif de la Marche des salopes – devenu une association ce printemps – organise une kermesse sur la place des Volontaires. «Fête foraine féministe autour des violences sexuelles», détaille le prospectus. Au programme: stage d’autodéfense, stands d’information, débats et expositions. «Il y a les marches, mais la prévention est une autre partie de notre boulot», continue Chloé de Senarclens.

Leur «boulot»? Il consiste à faire éclore une culture du consentement, «où une femme peut considérer sa vie sexuelle comme légitime et où elle peut aussi dire non», définit Coline de Senarclens, la sœur aînée de Chloé, qui termine l’écriture d’un livre sur la stigmatisation. Elle détaille sa réflexion: «Notre société porte un regard complètement faussé sur la sexualité – un regard d’homme en fait – et il se transmet à travers tous les médias possibles: cinéma, littérature ou même art. Il faut investir ses sphères et changer ce regard, dénonce-t-elle. Ce n’est pas parce que les femmes ont tel ou tel comportement que les hommes ont le droit de les violer. Ce n’est pas parce qu’une femme éprouve du désir sexuel que c’est une salope.»

«Salope». Le mot est lancé.

Lisez la suite de l'article dans nos éditions payantes, papier ou électroniques, de ce week-end. (TDG)

Créé: 12.09.2014, 18h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...