La famille Obiang aurait-elle racheté ses bolides?

GenèveUn marchand a acquis la moitié des voitures lors d’une vente aux enchères à Nyon dimanche 29 septembre.

La Lamborghini Veneno Roadster 2014 a été vendue pour 8,28 millions de francs.

La Lamborghini Veneno Roadster 2014 a été vendue pour 8,28 millions de francs. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Adjugée au No 40! La Lamborghini Veneno Roadster 2014, star de la vente organisée au golf de Bonmont dimanche par la maison Bonhams, trouve preneur pour 8,28 millions de francs. Jamais une voiture de cette marque n’a été vendue aux enchères à un tel prix. Et c’est à nouveau le N° 40 qui l’obtient. Dans une telle vente, les acheteurs se cachent en général derrière un intermédiaire qui brandit un numéro s’il est intéressé.

Sur les 25 «supercars» – la terminologie de Bonhams – proposées à la vente, environ la moitié est attribuée au N° 40. La couleur a vite été annoncée. Les trois premiers bolides, une Maserati, une Ferrari et une autre Lamborghini, tombent dans son escarcelle. D’autres acheteurs se manifestent. Benjamin de Rothschild obtient par exemple une Bugatti bleue. Le N° 40 craque aussi pour des Bentley, une Ferrari, une McLaren, une Aston Martin, des Rolls-Royce. Et la Koenigsegg One:1, l’autre vedette, vendue pour 4,6 millions.

Dans la salle, une rumeur qui circulait depuis quelques semaines se propage. Et si le N° 40 achetait pour le compte de la famille Obiang? Qui d’autre serait prêt à mettre autant d’argent?

Notre enquête sur la présence de la famille Obiang à Genève

Ce serait un sacré pied de nez à la justice genevoise. Le Ministère public a ouvert en 2016 une instruction à l’encontre de Teodorin Obiang, réputé pour ses frasques et ses goûts luxueux. Les procureurs, qui soupçonnent le fils du président de Guinée équatoriale de blanchiment d’argent, séquestrent 25 voitures. Mais ils ne parviennent pas à prouver leur accusation, notamment parce que les véhicules sont officiellement la propriété d’une société appartenant à l’État de Guinée équatoriale, Ototong. Ils finissent par signer un accord, en février 2019, avec le régime de Malabo.

Lequel accepte que les voitures soient confisquées par le Canton, qui sollicitera plus tard Bonhams pour les mettre aux enchères. Une vente à laquelle la famille Obiang s’opposera, en vain.

Dans l’abbaye de Bonmont, où se déroule la vente du 29 septembre, l’ombre d’Obiang plane donc. Teodorin aurait même trahi sa présence dès le premier lot, une Maserati, rachetée par le N° 40 pour une vingtaine de milliers de francs. Une épave sans valeur, selon plusieurs observateurs. Sinon sentimentale. Or, pour Teodorin Obiang, elle compte beaucoup puisqu’elle lui aurait été jadis offerte en cadeau par sa mère.

Marchand au costume gris

Le N° 40? Représenté par un trentenaire allemand, Simon*, assis au dixième rang. Sa barbe est taillée, ses cheveux gominés. Le marchand porte un costume gris et une oreillette. Sans doute son téléphone est-il resté allumé durant toute la vente. Sur son écran, on peut lire un nom: Zayed*.

Zayed est le nom de famille de deux frères connus dans le milieu de la vente de véhicules de prestige. L’un se trouve aux Émirats arabes unis, l’autre à Munich. À quel frère parle Simon? Nous ne sommes pas en mesure de répondre. Selon son profil LinkedIn, le frère des Émirats est un conseiller du constructeur Pagani Automobili au Moyen-Orient. Il a aussi dirigé une entreprise de voitures d’exception à Abu Dhabi, avant qu’elle ne ferme.

Celui de Munich est connu dans le milieu des «supercars», où son parc fait des envieux. Contacté, il nie tout lien avec la vente de Bonmont, mais il connaît parfaitement le dossier. Hassan* se demande par exemple pourquoi le Canton a refusé de vendre les véhicules avant d’organiser des enchères. Trois candidats au rachat ont en effet fait part de leur intérêt avant la vente, dont un garage à Plan-les-Ouates, selon un document de justice que nous nous sommes procuré. Mais l’État n’est pas entré en matière car aucun d’entre eux n’a fait d’offre chiffrée et parce qu’une mise aux enchères rapporterait davantage.

Durant l’automne 2015, la société d’Hassan vend une Ferrari rouge à Ototong, l’entreprise d’État équato-guinéenne. La voiture transite par Genève avant d’être repeinte en jaune en Italie. Le N° 40 l’a rachetée dimanche pour 2 millions de francs.

Simon travaille régulièrement avec Hassan, selon plusieurs témoins, mais aucun des deux n’aurait les moyens pour de telles dépenses. Avant de lancer sa propre société près du lac de Constance, Simon a été employé pendant plusieurs années par une entreprise familiale allemande de la même région et qui a aussi vendu des voitures à Ototong. Notamment la McLaren P1 qui lui a été adjugée pour plus d’un million à l’abbaye de Bonmont.

Étrange visite présidentielle

En 2016, Teodorin apparaît sur son compte Instagram à la Fête de la bière, à Munich, en bonne compagnie (on dit de lui que c’est un tombeur). Sur ce réseau social, il suit d’ailleurs un nombre incroyable de filles. Mais aussi Simon, le marchand de Bonmont. Et ce dernier suit l’ancien revendeur genevois des voitures d’Obiang.

Le lendemain de la vente de Bonmont, tandis que les voitures retournent dans le garage où elles étaient stockées cet été, un avion de la compagnie de Guinée équatoriale, Ceiba Intercontinental, déposait à Cointrin le président Obiang et son épouse.

L'avion équato-guinéen a passé une nuit à Cointrin, avant de s'envoler le 3 octobre au matin. Photo: Jeremy Denton

Que sont-ils venus faire? Y a-t-il un lien avec les enchères de la veille? La coïncidence serait d’autant plus étonnante que les vols de cet État africain vers Genève, fréquents avant que la justice lance sa procédure contre Teodorin, sont rares ces derniers temps. Le couple présidentiel n’a pas accepté notre demande d’interview. Le Département fédéral des affaires étrangères n’a pas souhaité nous renseigner.

«Bonhams s’engage à mener ses ventes aux enchères de façon juste, transparente et conforme à la loi», indique de son côté une porte-parole de la maison. Quant au Canton, nous lui avons demandé s’il était en mesure de nous prouver que le racheteur des voitures n’a rien à voir avec la famille Obiang, sans obtenir de réponse.

Selon nos informations, les voitures se trouvent toujours à Plan-les-Ouates, le temps que les factures soient réglées. La vente de Bonmont a rapporté 23,4 millions, qui doivent être injectés dans un projet social en Guinée équatoriale.

*Noms d’emprunt.

Créé: 05.10.2019, 08h37

Articles en relation

23,4 millions pour les voitures d’Obiang

Guinée équatoriale Les 25 «hypercars» africaines qui avaient été confisquées par la justice genevoise ont été vendues aux enchères dimanche. Plus...

La vente des voitures d’Obiang aura bien lieu

Justice La Guinée équatoriale a voulu bloquer les enchères de 25 véhicules prévues dimanche près de Nyon. La justice lui donne tort. Plus...

Un séquestre de voitures de luxe vire au casse-tête

Affaire Obiang Des bolides saisis en 2016 par la justice genevoise, mal entretenus, se sont dépréciés. L’instruction contre le vice-président équato-guinéen coûte cher au contribuable. Plus...

La justice genevoise classe l'affaire Obiang

Afrique Le vice-président de Guinée équatoriale, poursuivi pour blanchiment dans le canton, est mis hors de cause. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...