La croissance de l’aéroport a coupé le canton en deux

VotationsL’initiative sur l’aéroport a été approuvée par 56,3% des Genevois, signe d’un ras-le-bol qui s’étend sur la moitié du territoire. Le contre-projet a été rejeté à 54,1%.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Genevois veulent du changement en matière de trafic aérien. Ils ont accepté à une large majorité l’initiative lancée par des associations de riverains et de protection de l’environnement. Le résultat est clair: c’est oui à 56,3% des voix. Il l’est d’autant plus à la lueur du score du contre-projet, défendu par la droite et le Conseil d'État. Le texte est rejeté à une majorité tout aussi confortable de 54,1%.

Ces deux résultats opposés expriment d’une part un ras-le-bol d’une partie de la population, d’autre part un manque de confiance vis-à-vis des autorités pour résoudre le problème.

«Pour autant, ce n’est pas un vote gauche-droite, insiste Thomas Büchi, vice-président du comité d’initiative et membre du Parti libéral-radical. Voyez le score que nous avons obtenu à Genthod ou à Bellevue. C’est un signal fort lancé par les citoyens. Les gens ne veulent plus d’un développement qui génère tant de nuisances. Cela devient un non-sens. Il s’agit de construire un monde meilleur, mais meilleur pour tous et pas en rendant les gens cinglés.»

Cliquer ici pour ouvrir le fichier dans une nouvelle fenêtre.

La lecture de la carte du vote en dit presque plus long que les résultats. Elle montre un canton coupé en deux. La Rive droite et une bonne partie des communes situées à l’ouest ont voté en faveur de l’initiative et forment un territoire homogène. Cela représente en tout 27 communes sur 45.

Scores staliniens

L’initiative décroche des scores quasi-staliniens dans cinq communes où elle dépasse les 70%. Il s’agit de Genthod, Bellevue, Cartigny, Avully et Chancy, auxquels s’ajoute Vernier-Village. Elle obtient encore entre 60 et 70% de oui dans neuf autres communes. À noter que les Suisses de l’étranger se sont alignés sur la majorité des Genevois pour dire oui à l’initiative à 58,8% et non au contre-projet à 54,2%.

Le front du refus se situe du coup sur la Rive gauche, sur un axe allant d’Hermance à Troinex en longeant les bords du lac. Il s’agit des communes qui votent en général à droite, mais qui ne sont pas gênées par les avions.

«C’est une grande victoire pour les associations de riverains et de protection de l'environnement, déclare la Verte Lisa Mazzone, nouvelle conseillère aux États. Mais c’est maintenant que le travail commence réellement.»

Pour les initiants, il s’agit en effet de transformer la victoire en actes concrets. Ce qui n’est pas gagné d'avance puisque l’aviation est surtout régie par des lois fédérales. Ce que ne manque pas de rappeler Vincent Maitre, président d’un PDC dont la base a soutenu l’initiative contre l’avis de sa direction. «Cette initiative est trompeuse car elle ne changera rien. Elle a permis de sentir le pouls de la population, mais les compétences sont de toute manière fédérales.»

«Mais le rapport de force a changé, estime Lisa Mazzone. Outre le signal fort donné à Genève, il y a aussi une nouvelle majorité à Berne, et Simonetta Sommaruga chapeaute désormais l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). Réduire le nombre d’avions le soir, c’est très clairement ce que nous souhaitons.»

«Nous allons nous battre au niveau cantonal et fédéral, annonce le Vert Yvan Rochat, conseiller administratif à Vernier. À Genève, il faudra revoir la courbe du bruit admissible.» Le Vert veut limiter les vols de nuit en imposant des quotas plus stricts que prévu, les faisant démarrer à 21 heures ainsi que dans la tranche matinale de 6 à 7 heures. Il veut aussi restreindre les atterrissages nocturnes, ce que ne prévoit pas l’Aéroport.

«En fait, nous n’inventons rien, nous ne faisons que renforcer les mesures qui ont été mises en place, relève Yvan Rochat. Ces éléments ont été négociés avec l’OFAC. Il suffit simplement d’aller plus loin.» Au niveau fédéral, il estime qu’il faudra s’attaquer à la loi sur l’aviation. «Celle-ci stipule que les aéroports doivent répondre à la demande, et elle admet que les normes de pollution puissent être dépassées aux bords des aéroports. C’est absurde.»

«Diktat du parlement»

Opposé à l’initiative, Vincent Subilia, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie, «prend note d’un résultat» qu’il craignait. «Mais je reste persuadé que c'est une erreur de soumettre un acteur économique au diktat du parlement.» Il regrette un «débat émotionnel où les arguments pragmatiques n’ont pas réussi à percer. La marge de manœuvre est très étroite pour obtenir quelque chose à Berne et qui va décider qu’un vol est utile ou pas?»

Au nom du Conseil d'État, Serge Dal Busco s’est contenté de prendre acte et d’annoncer le dépôt, à une date non déterminée, d’un projet de loi d’application de l’initiative. Alors que le gouvernement était opposé au texte, il a déclaré: «L’objectif de l’initiative consiste à maîtriser le développement de l’Aéroport, chose à laquelle nous adhérons. Nous avons d’ailleurs déjà pris des mesures volontaristes pour limiter le bruit, à la suite d’âpres négociations avec la Confédération.» Tout en insistant sur les compétences de la Confédération en la matière, il n’a pas dit avoir l’intention d'en faire davantage à la suite du vote de ce dimanche.

Créé: 24.11.2019, 21h07

Deux blocs

Les pour Sur les 45 communes que compte le canton, 27 ont voté pour l’initiative, formant un bloc homogène allant de Versoix à Chancy. Sur la partie sud-est du canton, trois communes s’ajoutent à ce bloc: il s’agit de Presinge, Puplinge et Chêne-Bourg. Genthod détient le record de oui avec 76,6% des voix.

Les contre Le camp des contre s’étend d'Hermance à Perly-Certoux et forme lui aussi un ensemble assez homogène. Six communes rejettent l’initiative à plus de 60% des voix. Cologny détient le record de non avec 70,9% des voix. À cela s’ajoute le secteur de Conches à Chêne-Bougeries. L’enclave de Céligny a aussi voté contre.

En Ville La Ville accepte l’initiative à 58,9%. Sur ses dix-sept quartiers, seuls trois la rejettent (Champel, Florissant-Malagnou et Cité-Rive.) À noter que Eaux-Vives-Frontenex, qui vote plutôt à droite, accepte le texte.

Articles en relation

Le déclassement aux Crêts est menacé

Votations du 24 novembre Refusée de peu, la modification de zone fait l'objet d'un recomptage. Plus...

Les Genevois plébiscitent la limitation des pesticides

Votations À 89,41%, la population souhaite que l’État encourage le recours à d’autres méthodes que les produits phytosanitaires. Plus...

Pré-du-Stand: recomptage pour quinze voix d’écart!

Votations Vote très serré au Grand-Saconnex, pour déclasser une zone destinée à des bureaux et à cinq terrains de football. Plus...

La recherche sur les animaux pourra continuer

Votations Par 64,42% des voix, l’initiative visant «un meilleur contrôle de l’expérimentation animale» est rejetée. Plus...

Un canton divisé, mais un signal clair

L’éditorial Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...