La bataille fiscale n’est pas terminée à Genève

VotationsGenève a suivi le mouvement fédéral en acceptant à plus de 58% l’harmonisation de l’imposition des entreprises. D’autres combats attendent les partis.

Défendue par le Conseil d’État, la réforme cantonale de l’imposition des entreprises a recueilli plus de 58% de oui.

Défendue par le Conseil d’État, la réforme cantonale de l’imposition des entreprises a recueilli plus de 58% de oui. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le score est clair et net. 58% des citoyens ont validé le projet d’harmonisation de la fiscalité des entreprises concoctées par le Conseil d’État soutenu par l’Entente et le MCG.

Une seule commune l’a refusé, Avully… avec cinq voix d’avance. Ailleurs, les oppositions se sont concentrées dans deux arrondissements de Vernier et dans sept des dix-sept de la Ville de Genève, sans faire basculer les communes concernées. Chez les partisans, qui l’emportent enfin après une tentative infructueuse en 2017, le soulagement était palpable dans la Cour de l’Hôtel de Ville.

Agendas contradictoires

Cette votation marque-t-elle une pause dans la lutte incessante à laquelle se livrent la gauche et la droite en matière fiscale? C’était la promesse sous-jacente de la réforme qui, en suspendant le frein aux déficits et en présentant une réforme nantie d’un volet social, prétendait aussi apaiser le climat. Il n’en est rien: «Dès demain, nous allons déposer un projet de loi réclamant une imposition du 100% des dividendes, contre 70% actuellement», annonce le député Jean Batou (EàG). Il dresse la liste d’autres projets: revenir sur la baisse d’impôt de 12% pour les contribuables les plus riches, suspendre le bouclier fiscal.

Espoirs de gagnants

A droite, le député Murat Julian Alder prédit une offensive fédérale en faveur de la baisse de l’imposition sur les personnes physiques via une révision de l’imposition des couples mariés, et des discussions sur la taxe professionnelle. Cyril Aellen (PLR) semble regretter la situation: «La réforme n’a été ni défendue ni soutenue par la gauche. Il n’y aura donc pas de trêve en matière fiscale. Je le regrette, j’aurais préféré que le compromis soit gagnant.» Dans le camp des vainqueurs, le MCG souhaiterait malgré tout une pause, mais tient toujours à supprimer l’impôt sur les chiens… Le Conseil d’État quant à lui compte bien s’opposer à tout bouleversement en matière fiscale, mais comme le souligne la ministre des Finances Nathalie Fontanet: «On ne peut pas empêcher les députés de déposer des projets de loi. Il y a des attentes quant à des baisses de l’imposition des personnes physiques. Le Conseil d’État a indiqué qu’il ne les soutenait pas et j’imagine que nous continuerons dans cette voie au nom de la bonne santé des finances publiques, mais cela ne veut pas dire que ces projets ne pourront pas être adoptés.»

Tout ceci est de la musique d’avenir. Dans la Cour de l’Hôtel de Ville donc, partisans et adversaires analysent la situation présente. Les uns sont ravis, les autres inquiets: «C’est une excellente nouvelle pour le centre droit puisque la gauche a lâché le compromis, expose la PDC Béatrice Hirsch, candidate aux États, présente sur les lieux comme son rival socialiste Carlo Sommaruga. C’est un vote pour la sécurité de l’emploi. Être raisonnable paie.» Murat Julian Alder (PLR) estime qu’il s’agit d’un grand succès pour la ministre des Finances Nathalie Fontanet, «qui a mené une campagne de terrain. Quant aux Genevois, ils ont voté pour maintenir l’attractivité de Genève.»

Dans le camp des vainqueurs, le MCG savoure un bon cru électoral: sur les différents objets cantonaux, le parti n’a perdu que sur l’initiative sur la culture). «Ce vote nous permet d’éviter une crise que nous craignions depuis trois ou quatre ans, explique le député François Baertschi. C’est le succès d’une proposition de compromis malheureusement lâchée à la dernière minute par le PS. Nous avons mis sous toit une baisse fiscale sans dumping.»

Parmi les vaincus, le moral est un peu moins bon, mais pas catastrophique non plus. Nicolas Walder, président des Verts, ne regrette rien: «Nous avons perdu avec tout de même 40% des Genevois. Ce n’est pas rien. Le débat a été difficile sur un sujet dont le sujet principal, la justice fiscale, la redistribution, a été obscurci par des questions qui ne lui étaient pas liées, comme l’assurance maladie.» Représentant de la CGAS et du syndicat SIT, Davide De Filippo se dit déçu, mais pas étonné du résultat. Il explique que la levée du frein au déficit a «reporté l’austérité de quelques années, mais qu’elle viendra. L’acceptation du contre-projet à l’initiative maladie et le vieillissement de la population requièrent des moyens, que le Conseil d’État devra trouver en coupant ailleurs.»

Également dans le camp des perdants, l’UDC-Genève explique par communiqué «prend acte de la décision populaire sur un objet que le Conseil d’État a eu bien du mal à faire passer». Le parti annonce vouloir combattre «le développement de notre canton que nous considérons comme une véritable fuite en avant et l’implantation de nouvelles multinationales s’installant à Genève avec leurs propres employés qui pose inévitablement le problème aigu de la main-d’œuvre locale sacrifiée et d’un chômage anormalement élevé dans notre canton».

Les plaies du PS

Et le PS? Reflétant ses divisions, les avis varient… «C’est la confirmation qu’en matière fiscale, seul un projet de compromis peut passer devant le peuple», souligne le député Romain de Sainte Marie, qui le défendait. «On construit l’avenir sur le compromis, pas sur la compromission.»

Écho inverse de la conseillère administrative d’Onex Carole-Anne Kast, partisane du rejet: «En se prononçant pour le refus, le PS est resté cohérent. Il aurait été bien plus grave pour lui de se retrouver dans le camp des gagnants et de devoir ensuite assumer les conséquences des coupes à venir, qu’on verra probablement se dessiner vers 2021-2022. Je suis consternée de voir certains socialistes brandir la capacité de passer n’importe quel compromis comme l’alpha et l’oméga de notre politique.»

(TDG)

Créé: 19.05.2019, 21h11

Articles en relation

Réforme fiscale: les patrons sont soulagés

Votations Le vote genevois sur la RFFA cantonale était annoncé serré mais, finalement, avec un «oui» à 58%, les chefs d'entreprises sont rassurés. Plus...

Votations genevoises: le fil des événements de l'après-midi

Direct Les Genevois ont accepté la réforme de l'imposition des entreprises. Sur la caisse de pension des fonctionnaires, la version de la gauche l'emporte. Les magasins pourront ouvrir trois dimanches par an. Plus...

À quel parti iront vos voix?

Élections fédérales Dans cinq mois, les citoyens suisses éliront leurs Chambres fédérales. À intervalles réguliers, Tamedia sonde la population pour déterminer l'état de forme des différentes formations politiques. Plus...

Les Genevois veulent des magasins ouverts trois dimanches par an

Commerces Approuvée par 52,5% des votants, la loi est une victoire pour la droite et le patronat, qui salue une mesure salutaire pour Genève. La gauche et les syndicats craignent une détérioration des conditions de travail. Plus...

Nathalie Fontanet: «Genève se positionne dans une vision d’avenir»

Votations La grande argentière revient sur les deux scrutins clés pour les finances du Canton. Elle exclut toute réduction des prestations à la population. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Etude: les Suisses champions du monde pour restituer un portefeuille perdu
Plus...