La Ville occupe son hiver en plantant près de 250 arbres

AménagementLes jardiniers municipaux profitent du repos végétatif pour replanter à tour de troncs. Visite de chantier matinal

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rendez-vous à la rue Saint-Victor. Oui, mais laquelle? La plus populaire est à Carouge; la plus élégante fait la jonction perpendiculaire entre la Vieille-Ville et le boulevard des Tranchées. Les coureurs à pied de l’Escalade en connaissent la perspective fuyante. Les employés du Service des espaces verts (SEVE) également. Les voici aux affaires dans l’un des plus beaux quartiers de leur vaste jardin municipal. Les affaires sont celles annoncées à l’automne par leur magistrat de tutelle. «Cet hiver, on plante», avait lancé Guillaume Barazzone sous les ors du Palais Eynard. L’hiver est là et on plante. Déjà une cinquantaine d’arbres depuis le 17 novembre. «Au total, il y en aura 240 jusqu’en avril 2015», précise Jean-Gabriel Brunet, adjoint de direction du SEVE.

Pins, paulownias, etc.

Où plante-t-on? Parcs, places, préaux et cimetières des deux rives. Saint-Georges vient d’accueillir ses nouveaux chênes et pins; l’école de Sécheron a son cyprès tout beau tout neuf; la basilique Notre-Dame trois paulownias pour remplacer celui, presque centenaire (il datait de 1919), qui a terminé son existence tortueuse sur les lignes aériennes des TPG. L’abattage tardif de ce «Quasimodo végétal» et fugueur s’imposait. Enfin, le parc Saint-Jean a un nouveau magnolia mais toujours pas de toilettes publiques et le Jardin anglais, mieux doté en vespasiennes high-tech, s’est réveillé avec de nouveaux charmes, pins et tilleuls. Quant à Saint-Victor, on lui enlève peu à peu ses érables pour les remplacer par des essences plus résistantes, sans modifier d’un centimètre leur alignement. Commentaire du même responsable: «Nous rencontrons des problèmes avec les érables en ville. Ils souffrent d’échaudures, des coups de soleil à répétition qui font craquer leur écorce. Véritables portes d’entrée pour les parasites et les maladies, les arbres s’affaiblissent et finissent par dépérir prématurément.» La relève arborée vient d’arriver sur un camion-grue, en provenance de la pépinière municipale des Bornaches. Elle porte elle aussi un nom latin, ostrya carpinifolia, charme-houblon si l’on préfère, parfois appelé bois-de-fer. Du solide et du joli, au petit développement, à la charge d’entretien raisonnable, qui se conduit sans chichi durant ses premières années, avant de se limiter à un contrôle visuel et une taille simple.

Tronc livré en motte

On a préparé la creuse, à coups de pelle et de griffe pour le dessouchage. On manutentionne maintenant le tronc livré en motte, avant de le recouvrir avec un terreau maison enrichi de billes d’argile, semblables à du «pop-corn intelligent», sachant garder l’humidité et l’oxygène. C’est André Thorel, dit «Dédé», qui termine la mise en place, un jardinier diablement motivé comme son collègue Bruno avec lequel il fait la paire. Propos de ce dernier, au moment de l’ultime ajustement: «Moi, je n’aime pas quand ce n’est pas droit.»

Droit, ça l’est. Philippe Basting, le chef du secteur arbres au SEVE, salue ses collaborateurs avant de filer sur le chantier suivant. «On a profité à plein de la météo favorable durant les semaines précédant les vacances de Noël. Pas de vent, pas de pluie, pas de gel. Les conditions étaient vraiment idéales», glisse-t-il en sautant sur son vélo. On se reverra. (TDG)

Créé: 28.12.2014, 18h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...