Nucléaire: la Ville réengage une ex-ministre française

Centrale du BugeyAprès Creys-Malville arrêté fin 1998, les antinucléaires genevois veulent la peau de la centrale sise à 70 km à vol d’oiseau de Genève.

Au palais Eynard, Rémy Pagani (à droite) a annoncé l’engagement par la Ville de l’avocate française Corinne Lepage (à gauche).

Photo: Pierre Abensur/Tamedia

Au palais Eynard, Rémy Pagani (à droite) a annoncé l’engagement par la Ville de l’avocate française Corinne Lepage (à gauche). Photo: Pierre Abensur/Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une ancienne ministre, ni plus ni moins! Pour relancer son combat contre la centrale du Bugey (Ain), la Ville de Genève mise sur l’engagement de l’avocate Corinne Lepage, chargée de l’Environnement dans le gouvernement Juppé de 1995 à 1997 et ex-députée européenne. Après plusieurs recours infructueux contre les projets d’EDF sur ce site situé à 70 kilomètres à vol d’oiseau de Genève, la Ville entend ainsi «passer la vitesse supérieure», selon les termes du conseiller administratif Rémy Pagani, qui brigue un nouveau mandat.

La lutte genevoise contre le nucléaire ne date pas d’hier. Dans les années 90, les antinucléaires genevois s’étaient fortement mobilisés pour la fermeture de Creys-Malville (Isère). A l’époque déjà, une certaine Corinne Lepage avait défendu les intérêts de Genève dans ce dossier (lire ci-contre).

«Une des plus vieilles»

Cette fois, c’est celle du Bugey qui est dans le viseur. Elle comprend cinq réacteurs. Si le numéro 1 est en cours de démantèlement, quatre sont encore en activité. «Nous allons attaquer la demande de prolongation du réacteur 5», annonce Corinne Lepage. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné son aval en janvier pour la poursuite du fonctionnement de ce réacteur, jusqu’au prochain réexamen de sûreté d’ici au 15 juin 2022.

De quoi inquiéter la militante française Elisabeth Brenière, membre de Sortir du nucléaire Bugey, présente aux côtés de Rémy Pagani: «C’est l’une des plus vieilles centrales de France encore en activité. De plus, elle est située sur une zone où les risques sont multiples. Il sont aussi bien sismiques que liés à de possibles inondations, notamment en cas de rupture de barrages, ou encore à la proximité d’une zone industrielle. Sans compter la maintenance qui laisse à désirer.»

Autre dossier jugé inquiétant par les écologistes, l’avocate et ses clients: Iceda. En cours de construction sur ce site, ce centre de stockage de 8000 m2 devrait accueillir les déchets issus du démantèlement de neuf réacteurs, dont Bugey 1. La Ville a déjà déposé plusieurs recours contre ce projet. En vain. Le Conseil d’Etat français a tranché. Corinne Lepage a ainsi été mandatée pour tenter de trouver le moyen juridique de poursuivre l’opposition. Selon elle, «l’intérêt à agir» de la Ville est tout à fait fondé dès lors qu’un accident nucléaire à cette distance pourrait avoir des conséquences jusqu’à Genève.

«Une action électorale»

Dernier point: Rémy Pagani regrette que le Canton ne s’associe pas à la démarche. S’appuyant sur la Constitution genevoise, le conseiller administratif estime que «l’attitude du Conseil d’Etat est contestable. J’espère qu’il reviendra à une résolution plus déterminée».

Interrogé sur ce point, Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé de l’énergie, réagit: «Il n’y a rien de nouveau sur le fond. Les procédures sont en cours. Et l’Etat est impliqué dans ce dossier au même niveau que la Ville.» Et d’ajouter: «Je n’étais pas au courant de la conférence de presse de ce matin (ndlr: jeudi) qui ressemble plus à une action électorale qu’à une démarche antinucléaire.»

Créé: 26.03.2015, 13h03

Sondage

La Ville de Genève engage une ex-ministre française pour lutter contre la centrale nucléaire du Bugey.





Articles en relation

«Pour que la sécurité des habitants de la région et des Genevois soit respectée»

Nucléaire français Après le dossier Centres-villes, Corinne Lepage redevient l’avocate de la Ville de Genève, cette fois contre la centrale du Bugey. Plus...

Genève recourt contre le dépôt nucléaire du Bugey

Sécurité Début janvier, Pierre Vanek avait déploré que «le Conseil d’Etat n’ait pas mis en œuvre l'article 160E de la Constitution. Plus...

Stockage de déchets nucléaires dans l'Ain: recours genevois rejeté

France Le Conseil d'Etat français a rejeté un recours du canton et de la Ville de Genève contre la construction d'un centre de stockage sur le site de Bugey. Plus...

Archive: reportage à Bugey (30.06.2011)

«L’atome à nos portes» (PDF, 644 Ko)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...