La Ville accouche d'un budget «ni de gauche, ni de droite»

Finances publiquesLe Conseil municipal a voté samedi le budget 2019. Les hébergements d'urgence pour sans-abri seront ouverts toute l'année.

Le Conseil municipal a siégé samedi 15 décembre en séance extraordinaire pour voter le budget 2019.

Le Conseil municipal a siégé samedi 15 décembre en séance extraordinaire pour voter le budget 2019. Image: TA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La hache de guerre budgétaire est enterrée. Contrairement aux deux années précédentes, la Ville de Genève disposera d’un budget au 1er janvier. Le Conseil municipal s’est entendu samedi, à 22h21 précises, sur un excédent de 180'000 francs pour 2019.

Ce budget, qui épouse globalement la volonté de la droite élargie (PLR, PDC, UDC et MCG) mais avec lequel la gauche «peut vivre», a été accepté par 67 oui, 1 non et 8 abstentions, celles d'Ensemble à Gauche. Il affiche 1,151 milliard de francs de revenus et de charges nets. «Dans l'ensemble, c'est un budget qui n'est pas vraiment de gauche, ni vraiment de droite», a réagi la cheffe du groupe socialiste Albane Schlechten, remarquant que «chaque parti repart avec quelques succès, mais aussi avec quelques couleuvres.»

Indexation des salaires maintenue

La fonction publique municipale s’est retrouvée au cœur des débats. Elle l’avait bien compris puisqu’elle a réservé un petit comité d’accueil incitatif aux conseillers municipaux lors de leur arrivée, à l'aube, à l’Organisation météorologique mondiale, où siège provisoirement le Délibératif.

Consciente que sa tentative de modifier le statut du personnel «avait été annihilée» lors de la séance précédente, la droite a abandonné l’idée d’une baisse de 1% à 0,5% de l’indexation des salaires qu’elle avait imposée en commission des finances. Et elle est allée trouver ailleurs les 3 millions manquants.

Où ça? Dans les crédits réservés aux requalifications des fonctions du personnel. Elles font l’objet de négociations, qui sont toujours en cours ou dans l’impasse, c’est selon. «Cela n’a aucun sens de réserver une somme dont on ne sait pas si elle va être dépensée en 2019», a fait valoir le MCG Daniel Sormanni. L’indépendant Pierre Gauthier lui a répondu que cet amendement «risquait de bloquer encore plus la marge de négociation entre la Ville et ses employés». Face à une droite élargie majoritaire, la gauche a dû plier.

Ouverture des hébergements d'urgence

Mais l'Alternative ne boudera pas le fait que la moitié de cette somme (1,5 million de francs) permettra d'ouvrir toute l'année les hébergements d’urgence pour les sans-abri. La proposition était réclamée de longue date par la magistrate verte Esther Alder. Et c'est finalement sous l'insistance du PLR qu'elle est passée cette année. «Il est indigne que des gens dorment encore dehors dans notre ville», a défendu Simon Brandt.

Le Contrôle financier, auteur d’un rapport dévoilé cette semaine sur les frais professionnels du personnel de la Ville, a obtenu 260'000 francs, de quoi ouvrir des postes supplémentaires. Un signe de la volonté du Municipal de tirer, encore, les conséquences des récentes affaires. «Au vu des audits que nous recevons ces dernières semaines, il y a urgence de renforcer les organes de contrôle», a souligné la conseillère communale PDC Marie Barbey.

Les démocrates-chrétiens ont également réussi à valider la subvention de 100 francs de l’abonnement TPG annuel pour les étudiants du secondaire (coût: 500'000 francs).

Pêche aux subventions

Enfin, le Conseil municipal a procédé à ses traditionnels arbitrages dans la distribution de subventions aux associations. Ont le sourire: Les Créatives, festival en plein essor qui met en avant les femmes artistes (200'000 francs), le Musée des pompiers (5000 francs) ou encore «Resiliam», qui soutient les familles en souffrance (45'000 francs). La gauche est parvenue à réduire à 25'000 francs — la droite voulait 150'000 francs — la subvention du «Refuge Darwin», qui vient au secours des chevaux maltraités ou abandonnés.

En revanche, la subvention pour la solidarité internationale n'a pas été augmentée. Son montant reste donc en-deçà de l'objectif de 0,7% du budget que la Ville ambitionne d'atteindre d'ici 2020.

Créé: 15.12.2018, 23h22

Articles en relation

Subventions, dépenses, revenus: ce qui se cache derrière le budget

Ville de Genève Le budget 2019 est discuté samedi. Explications pour comprendre d’où vient l’argent et comment il est dépensé. Plus...

La moitié des frais du personnel de la Ville sont non conformes

Audit Après le Conseil administratif et la direction, ce sont les dépenses de l’administration municipale qui sont remises en cause. Plus...

Le Municipal sabre dans les indemnités des magistrats

Notes de frais Les allocations forfaitaire et vie chère des conseillers administratifs de la Ville de Genève ont été supprimées. Plus...

Le budget 2019 de la Ville est à l’équilibre. Sera-ce suffisant?

Conseil administratif Sandrine Salerno présente au Conseil municipal un projet de budget sans déficit. Elle espère que la droite élargie entrera en matière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Sommet de l'ONU sur le climat à New-York
Plus...