La Villa Freundler s’ouvre enfin au quartier

InaugurationLongtemps squattée, la bâtisse a fait l’objet d’une grosse rénovation. Elle offre un espace aux habitants et des logements relais.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les habitants de Plainpalais ont une nouvelle adresse: la Villa Freundler. Coincée entre la rue de Carouge et l’église Saint-François, cette vieille bâtisse vient d’être entièrement rénovée. On imagine que les riverains ne bouderont pas ces lieux pour s’y réunir ou faire des fêtes. Le jardin, qui sera terminé au printemps, s’annonce propice aux piques-niques. Pour la Ville de Genève, propriétaires des lieux, c’est la fin d’une longue saga qui s’est achevée mardi soir par l’inauguration des lieux. Les vieilles maisons de maître représentent souvent un cadeau empoisonné pour les autorités; la Villa Freundler en fait partie. Achetée il y a 28 ans, squattée durant vingt ans, cet ancien pavillon de campagne du XVIIe siècle a eu bien de la peine à trouver sa vocation au cours des multiples débats au Conseil municipal.

C’est aujourd’hui chose faite. Le rez-de-chaussée offre une vaste pièce adossée à une cuisine et couplée d’une superbe véranda. Il sera mis à la disposition des habitants du quartier. Les clés en ont été remises à la Maison de quartier de Plainpalais ainsi qu’à la Croix-Rouge, chargées d’animer ce lieu.

A l’étage, huit chambres individuelles ont été aménagées. Elles serviront de logements relais temporaires pour des jeunes en formation qui traversent une mauvaise passe. On ne parle pas ici de jeunes «en rupture», mais plutôt «en difficulté passagère». A la suite, par exemple, d’un conflit familial. Ces jeunes paieront un loyer d’environ 500 francs, et on ne leur enverra pas de femme de ménage. Il s’agit de les responsabiliser et de favoriser leur insertion. Un travailleur social les encadrera. Ces logements relais tiennent à cœur à la conseillère administrative Ester Alder, qui compte en ouvrir d’autres. «Il s’agit de répondre à une urgence sociale pour des jeunes en formation. On en trouve parfois qui dorment dans des voitures.»

Côté maçonnerie, Rémy Pagani a insisté sur le travail «de dentelle» réalisé par les corps de métier pour restaurer cette bâtisse selon les règles de l’art. Les travaux ont été menés par l’architecte Jean-Marc Comte. Ils ont coûté 3,9 millions. Ester Alder estime que «tous les ingrédients sont réunis pour que la Villa Freundler devienne le cœur du quartier». (TDG)

Créé: 26.11.2013, 21h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.