L'inquiétante disparition tourne à la macabre découverte

GenèveUn corps a été retrouvé vendredi matin sur la rive du Rhône en amont de Peney. Il s'agirait du Vaudois de 21 ans disparu dimanche en marge d'une soirée à l'Usine.

Image: Google Map

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La disparition d’un jeune Vaudois le week-end dernier en marge d’une soirée à l’Usine semble avoir trouvé son triste épilogue. Le Ministère public a annoncé la découverte vendredi matin d’un corps à moitié immergé qui serait celui de cet homme de 21 ans. Un témoin a lancé l’alerte vers 9h30 après l’avoir localisé sur la rive droite du Rhône en amont de Peney, dans la zone industrielle du Bois-de-Bay.

«Les vérifications effectuées sur les lieux de la découverte et les premiers éléments récoltés laissent à penser qu’il s’agit de Lucas, écrit le Pouvoir judiciaire. Une identification formelle au moyen de l’ADN devra le confirmer.» Confiée à la brigade des délits contre la personne, sous la houlette du Parquet, l’enquête se poursuit pour déterminer les circonstances du drame. Selon nos sources, rien ne laisse penser pour l’heure à une cause autre qu’accidentelle.

Appels sur les réseaux

Cet habitant de Prangins, près de Nyon, avait été vu pour la dernière fois dimanche vers 4 heures du matin à une soirée électro où il s’était rendu avec des amis au Zoo, la salle qui occupe le premier étage de l’Usine. Ce centre alternatif se trouve au bord du Rhône, mais en ville, plusieurs kilomètres en amont de Peney.

Sa famille et ses amis le recherchaient depuis cette nuit-là. Il n’avait plus donné de signe depuis lors et son téléphone ne répondait pas. Sur les réseaux sociaux, ses proches avaient multiplié les appels au sujet d’éventuelles «afters», ces fêtes de fin de nuit auxquelles il aurait pu se rendre. On évoquait de possibles réunions à Cressy ou Avully. Interrogée par 20 minutes et Le Matin, la mère du disparu excluait tout départ intentionnel alors que tout semblait aller bien dans sa vie.

Le jeune homme, qui a fait ses écoles à Nyon et venait de commencer un stage chez Nestlé dans le cadre de sa dernière année de maturité professionnelle commerciale, semblait bien dans sa peau et sa tête. Il était manifestement très apprécié, à en juger par les témoignages livrés sur la Toile.

Le samedi précédent sa disparition, il avait encore aidé sa mère, qui tient un petit café où elle sert des spécialités de pâtisseries roumaines, à préparer la Fête du village de Prangins. «C’était un jeune sympa, qui bossait aussi parfois au port des Abériaux», note l’épicier Pascal Clivaz, voisin de la famille.

Le petit frère de Lucas avait organisé jeudi après-midi une battue à partir de la pointe de la Jonction, dans l’espoir de le retrouver. Cette démarche était motivée par le fait qu’on savait que «Lucas avait déjà erré après ce genre de soirée et qu’il s’était réveillé plutôt loin de l’Usine».

Interrogée avant l’annonce du décès sur la battue de jeudi, la police genevoise a dit son approbation, nuancée par un bémol. «Il s’agit d’une initiative citoyenne louable et que nous comprenons bien, expliquait Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole des forces de l’ordre. Une telle démarche doit toutefois être menée en coordination avec la police. Le risque existe que des volontaires fassent une horrible découverte et polluent par inexpérience une scène de crime, rendant plus complexes les investigations ultérieures.»

Affreuse incertitude

Joint vendredi soir, un ami proche de Lucas faisait part de son choc. Ce jeune homme se trouvait à l’Usine avec lui le soir de sa disparition et s’est démené depuis pour rechercher son ami.

«C’était affreux de ne pas savoir ce qui lui était arrivé, témoigne-t-il. Maintenant, on a enfin une réponse», Mais d’après lui, sans donner plus d’explications, Lucas ne se serait pas rendu de l’Usine à une soirée «after». (TDG)

Créé: 08.09.2017, 16h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Tessin uni derrière Cassis
Plus...