L'ancien chef de la police du Guatemala sera jugé à Genève pour assassinats

GuatemalaDouble national, Erwin Sperisen attend son procès à Champ-Dollon depuis le 31 août 2012. Il risque entre 10 et 20 ans de réclusion.

Erwin Sperisen a été chef de la police guatémaltèque de 2004 à 2007.

Erwin Sperisen a été chef de la police guatémaltèque de 2004 à 2007.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procureur Yves Bertossa a terminé son instruction. Elle aura duré seize mois, exigé vingt audiences et l'audition de quatorze témoins en provenance de France, d'Espagne et du Guatemala. Au final, Erwin Sperisen, citoyen suisse et guatémaltèque, chef de la police du Guatemala entre juillet 2004 et mars 2007, est renvoyé devant le tribunal criminel pour assassinats. Durant son mandat, il a, selon le Ministère public genevois, organisé, planifié et dirigé des opérations visant à éliminer des détenus.

Les avocats du prévenu contestent les accusations de la justice genevoise. Me Giorgio Campà et Florian Baier se disent confiants dans le fait que le Tribunal criminel de Genève acquittera leur client, tout comme la justice autrichienne a acquitté le bras droit d'Erwin Sperisen, Javier Figueroa, l'automne dernier.

Erwin Sperisen, dont les défenseurs ont plusieurs fois demandé, en vain, au Tribunal fédéral de dessaisir le procureur Bertossa du dossier, en raison de ses relations avec l'association Trial international, sera jugé par trois magistrats assistés de quatre juges assesseurs. Son procès aura lieu vraisemblablement avant l'été et devrait durer une à deux semaines. Le prévenu, aujourd'hui âgé de 43 ans, risque selon l'article 112 du Code pénal suisse de 10 à 20 ans de réclusion.

(A lire: Le récit de cinq ans de lutte de syndicalistes genevois)

Dans son communiqué, le Palais de justice de Genève précise les circonstances des faits qu'il a retenus dans son acte d'accusation. Le 25 septembre 2006, une rébellion de prisonniers est matée par les services de sécurité du Guatemala. Par la suite, Erwin Sperisen, qui dirige la police de ce pays d'Amérique centrale, est accusé d'avoir ordonné l'exécution de sept détenus, tués par des tirs d'arme à feu. M. Sperisen aurait participé de manière décisive à ces exécutions extrajudiciaires. Dans un cas, précise le Ministère public, il aurait de plus agi en qualité d'auteur direct. Des actes qu'il aurait ensuite tenté de dissimiler en modifiant la scène de crime et en prétextant des affrontements entre des policiers et des prisonniers.

Un an avant cette tragique intervention, Erwin Sperisen aurait ordonné l'élimination de trois prisonniers qui avaient réussi, le 3 novembre et le 1er décembre 2005, à s'échapper du pénitencier, mais avaient été repris par la police.

Le pouvoir judiciaire rappelle que «la compétence des autorités genevoises est fondée sur l'art. 7 du Code pénal qui impose de poursuivre des crimes commis à l'étranger par un ressortissant suisse lorsque l'auteur présumé se trouve en Suisse et qu'il ne peut pas être extradé».

Les avocats de Sperisen sont confiants

Les avocats d'Erwin Sperisen, Giorgio Campà et Florian Baier plaideront l'acquittement. Ils indiquent dans un communiqué que leur «client est impatient d’être jugé dans un procès public, où chacun pourra se persuader de l’inanité des accusations formées contre lui. Il va pouvoir enfin démontrer son innocence, à l’instar de son bras droit, M. Javier Figueroa, qui vient d’être acquitté en Autriche. »

Selon les défenseurs de l'ancien chef de la police guatémaltèque, le procès, couvert par la radio autrichienne, a pu établir la réalité d'une résistance armée de détenus lors de la reprise de contrôle de la prison de Pavon par les forces de l'ordre.

Créé: 10.01.2014, 16h48

Articles en relation

Erwin Sperisen veut écarter une plaignante. En vain

justice La Chambre pénale de recours désavoue l’ex-chef de la police guatémaltèque qui contestait le statut de partie plaignante à la mère d’un détenu tué dans une prison en 2006. Plus...

Echec d'une troisième demande de récusation du procureur Bertossa

affaire Sperisen Le Tribunal fédéral a écarté la troisième demande de récusation déposée par Erwin Sperisen contre le procureur Yves Bertossa. Le Tribunal des mesures de contraintes a prolongé mardi de trois mois la détention provisoire du prévenu. Plus...

Sperisen: la justice genevoise va solliciter le Guatemala

Cette nouvelle commission rogatoire sert à justifier la détention de l'ancien chef de la police guatémaltèque, dénoncent ses avocats. Plus...

Sperisen a fini par tomber: le récit de cinq ans de lutte

arrestation Des ONG ont mâché le travail de la justice pour que l’ancien chef de la police du Guatemala soit arrêté à Genève. Plus...

Erwin Sperisen aurait ordonné douze assassinats

justice Arrêté vendredi à Genève, l’ancien chef de la police du Guatemala sera incarcéré au moins trois mois à Champ-Dollon Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...