L'accident de Cologny assombrit le défilé des motards

PolémiqueSix personnes ont été blessées. La manifestation, avec plus de 2000 participants, doit-elle se tenir en pleine ville?

Lors du défilé, une moto a dérapé. Six personnes ont été blessées.

Lors du défilé, une moto a dérapé. Six personnes ont été blessées. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un accident a assombri, samedi, la dixième «Bénédiction des motards». Lors du défilé qui a réuni plus de 2000 motos en ville, l’une d’elles a dérapé, causant six blessés. De quoi remettre en cause la tenue d’un tel événement en ville?

Selon la police, l’accident s’est produit à 16 h 30 sur le quai de Cologny. Un motard roulant vers la ville a percuté un piéton qui filmait le défilé sur la berme centrale. Celui-ci a été projeté sur la passagère d’une moto. Puis le motard a heurté deux autres motos. Au total, «six blessés, dont un grave». A ce stade, la police ne confirme pas que le motard fautif faisait partie du défilé. «Certains témoignages semblent aller dans ce sens, mais ce sera aux enquêteurs de l’établir», énonce prudemment le porte-parole Silvain Guillaume-Gentil.

«Une grosse bêtise»

Contactés, les organisateurs Jean-François Fert et Claude Keller ne souhaitent pas s’exprimer. Il en va différemment de l’abbé Claude Pauli. Fondateur de l’événement et membre du comité, il a prononcé la bénédiction en début d’après-midi, dans une église Saint-Joseph comble. Il a accompagné le défilé jusqu’à Châtelaine, où la fête s’est poursuivie. Là, il a pu visionner le film de l’accident. «Beaucoup de motards portaient une webcam sur leur casque, il y avait plus d’une centaine de vidéos», explique-t-il.

«J’ai été très ému. Je connais les personnes impliquées. A la fin de la soirée, je me suis rendu aux Urgences, où l’on m’a dit que tout le monde était hors de danger. J’ai pu parler à la personne qui a causé l’accident. Il est d’accord avec moi pour dire que c’était une grosse bêtise. On doit rouler très lentement, à 30 km/h. Il dépassait de deux à trois fois cette vitesse.»

Selon l’abbé, les organisateurs n’ont rien à se reprocher. Fallait-il mieux sécuriser les lieux? Faire en sorte qu’il n’y ait pas de piéton au milieu de la chaussée? «Le risque zéro n’existe pas. Ce piéton n’a pas commis d’imprudence. Sinon, on le lui aurait signifié. Nous avions 60 motards assurant la sécurité et dix gendarmes. Mieux que cela, on ne peut pas faire. Mais la bêtise humaine, vous ne la contrôlez pas.» L’abbé rappelle qu’il avait enjoint aux motards de «ne pas jouer avec le feu». Son conseil et sa bénédiction n’auront pas suffi; l’homme d’Eglise le déplore, mais ne se sent «ni responsable ni coupable».

Repenser la manifestation

Il admet néanmoins qu’il faudra repenser l’organisation de la manifestation. «Il y a dix ans nous étions 50. Aujourd’hui, nous sommes plus de 2000. Dans l’église Saint-Joseph, nous sommes plus qu’à l’étroit. On va devoir se poser des questions, mais sans se focaliser sur cet accident», conclut-il, estimant que l’événement «qui met de la vie en ville» devrait y rester.

C’est aussi l’avis du conseiller d’Etat Luc Barthassat. Participant à titre privé au défilé samedi, il s’est réjoui le soir sur Facebook: «Malgré l’accident sur les quais, la journée fut belle de rencontres et d’amitiés.» De quoi faire bondir le conseiller municipal Sylvain Thévoz. Sur son blog, l’élu reproche au magistrat sa légèreté et met en cause sa responsabilité. «Une ville n’est pas un lieu pour faire des rodéos de motards (…) l’excitation liée à ce genre de rassemblement est une invitation à la catastrophe». Et de s’étonner de l’absence de protections le long des routes samedi.

Contacté, le conseiller d’Etat balaie les critiques. «En pensées avec les proches», il estime que «l’organisation fut impeccable malgré cet accident malheureux. La police ouvrait et fermait le cortège.» Devrait-on déplacer ce genre de manifestations hors de la ville? «J’ai vu un coureur se faire réanimer aujourd’hui: doit-on interdire le marathon? Déplacera-t-on aussi les courses cyclistes et la Critical Mass? Beaucoup de gens aiment les motos, on doit se partager le territoire. Si chaque fois qu’il y a un petit problème, on veut interdire une manifestation, cela devient ridicule. Se servir d’un accident pour faire de la politique est déplorable.»

(TDG)

Créé: 08.05.2016, 19h15

La dixième «Bénédiction des motards» a réuni plus de 2000 participants. (Image: Keystone )

Articles en relation

Un accident au quai de Cologny fait six blessés dont un grave

Genève Samedi après-midi, en marge de la bénédiction des motards, une moto a causé un accident en chaîne en percutant un piéton. Plus...

La bénédiction des motards attire la foule

Genève Cette dixième bénédiction par l'abbé Claude Pauli a pulvérisé tous les records d'affluence. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mugabe démissionne
Plus...