L’Hôpital se prépare à économiser plus de 35 millions en 2018

SantéLa direction ne remplacerait pas certains départs à la retraite. Les syndicats s’alarment.

Pour les HUG, les prochains budgets seront difficiles.

Pour les HUG, les prochains budgets seront difficiles. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après les plans Victoria en 2007 et Performance en 2012, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) se préparent à de nouvelles mesures d’économie d’envergure. L’institution, dont le budget atteint 1,863 milliard de francs, pourrait perdre plus de 35 millions de francs en 2018.

«Il s’agit d’hypothèses de travail. Rien n’est définitif», avance le directeur, tout en prévenant que «les budgets des années à venir seront difficiles, et pas seulement en 2018. Nous entrons dans une phase critique.»

La réforme Tarmed

Un scénario assez précis se dégage. «Si elle est appliquée comme prévu, la réforme des tarifs médicaux induira une perte de recettes de 20 millions, calcule Bertrand Levrat (lire ci-contre). Si certains centres privés renoncent à pratiquer des opérations jugées plus assez rentables, ces cas afflueront aux HUG. Nous devrons les absorber. Notre activité ambulatoire augmentera, tout en nous rapportant moins.»

S’ajoutent à cela «les mesures d’économie demandées par le Canton chaque année, à hauteur de 1% de la subvention. Cela représente 8,3 millions de francs», poursuit le directeur. Enfin, il faut tenir compte des mécanismes salariaux: «L’Etat ne prend en charge que 55% de ces augmentations. Cela signifie pour nous une charge supplémentaire de 8,2 millions.»

Et si c’était 55 millions?

Cependant, d’autres incertitudes planent sur les finances hospitalières. Selon la planification sanitaire cantonale, l’indemnité accordée aux HUG doit augmenter de 7,1 millions en 2018. «C’est inscrit dans le mandat de prestations voté par le Grand Conseil, mais le montant dépend du vote du budget à la fin de l’année», rappelle Bertrand Levrat. Autre élément incertain: l’ouverture du bâtiment Gustave-Julliard et la rénovation de la Maternité ont nécessité d’embaucher en 2017 (transporteurs, nettoyeurs, soignants). L’exploitation de ces nouveaux bâtiments devrait se traduire par une hausse de 11,5 millions de francs d’indemnité. Mais là aussi, tout dépendra «des arbitrages que feront le Conseil d’Etat cet été et le Grand Conseil cet automne.»

A priori, 55 millions pourraient donc manquer aux HUG l’an prochain. «C’est vrai, mais je me refuse à envisager ce scénario. Les malades sont là. Le principe de réalité doit finir par s’imposer», estime Bertrand Levrat, qui pense «bénéficier d’une oreille attentive» du gouvernement.

«Il n’y a plus de gras»

Contacté, Mauro Poggia, conseiller d’Etat responsable de la Santé, indique ne pas avoir, «à ce jour, le détail des réflexions menées aux HUG, même s’il est clair que les signes donnés par l’Etat ne sont pas de nature à permettre une augmentation des subventions accordées. Néanmoins, les prestations de soins n’ont pas à être touchées, ce qui est l’essentiel.»

C’est bien l’espoir de Bertrand Levrat. Y parviendra-t-il? Alors que 300 départs à la retraite sont prévus à la fin de l’année, la direction songe à ne pas remplacer 90 personnes. De quoi réaliser 10 millions d’économies. «On ne peut pas faire plus. Il n’y a plus de gras. L’institution est déjà sous tension. Nous ne voulons pas sabrer dans les postes de terrain et affecter la qualité des soins.»

Autre piste: «la chasse aux doublons, pour mieux fonctionner à moindre coût.» Un exemple? «Si nous diminuons de 1% le taux d’absentéisme, qui s’élève à plus de 8%, nous économiserions 3 à 4 millions de francs.» Plus généralement, le directeur compte établir «une meilleure politique des ressources humaines pour mieux adapter les postes aux besoins.»

Rappelons qu’en 2007, le plan Victoria visait à économiser 100 millions en trois ans. D’après les HUG, il a permis de réaliser 80 millions de «gains d’efficience». Suivis des 75 millions du plan Performance. Des gains obtenus en jouant tant sur la diminution des charges que l’amélioration des recettes. Ces plans avaient été inspirés par le Boston Consulting Group. A son arrivée en 2013, Bertrand Levrat a arrêté cette collaboration. «Nous avons continué d’économiser 10 à 15 millions par an. Mais pas du tout dans la même philosophie. Je dialogue avec les acteurs de terrain pour cibler les économies plutôt que de les étendre un peu partout.» (TDG)

Créé: 23.06.2017, 16h22

Tarmed en bref

La réforme fédérale des tarifs médicaux (Tarmed) vise à économiser 700 millions de francs par an. En vigueur depuis 2004, le Tarmed serait obsolète: les techniques ont évolué sans que leur prix change. La réforme vise à réduire la rémunération de certains gestes, comme la cataracte. La durée des consultations serait aussi encadrée. Le projet soulève l’opposition des médecins, mais aussi des hôpitaux qui craignent d’alourdir leur déficit dans le secteur ambulatoire. S.D.

Des syndicats très inquiets

Du côté syndical, l’annonce d’une réduction budgétaire de 30 millions ou davantage passe mal, évidemment.

Au nom du Syndicat interprofessionnel des travailleurs (SIT), Mirella Falco rappelle que «l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail a demandé que les HUG se mettent en conformité avec la loi sur le travail. Pour cela, il faut augmenter le nombre de postes. Pas en supprimer. Nous sommes extrêmement inquiets et l’avons dit au conseiller d’Etat Mauro Poggia.»

La syndicaliste craint que des missions d’intérêt général, comme le planning familial ou la guidance infantile, déjà menacées par le passé, ne soient de nouveau mises sur la sellette. «Les gens sont fatigués. Le taux d’absentéisme est déjà élevé. Cette mesure est une petite bombe.»

Au nom du Syndicat des services publics, David Andenmatten souligne que «les besoins en soins augmentent à Genève, où la population grandit et vieillit. Vouloir diminuer le budget représente une vision à court terme. L’absentéisme représente un coût énorme: des centaines de millions de francs! Si on choisissait au contraire d’étoffer le personnel, celui-ci s’épuiserait moins, tomberait moins malade et à la fin, l’Hôpital ferait des économies.»S.D.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Tessin uni derrière Cassis
Plus...