L’État réussit sa première émission d’obligations vertes

Finances publiquesPremière suisse, l’opération a permis de lever 620 millions. Les explications du directeur général des Finances.

Les «green bonds» servent à financer des bâtiments à haute performance énergétique. Parmi ceux-ci, le Gustave Julliard des HUG.

Les «green bonds» servent à financer des bâtiments à haute performance énergétique. Parmi ceux-ci, le Gustave Julliard des HUG. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’État de Genève a peut-être trouvé la solution pour financer sa transition énergétique. La première tentative, dans tous les cas, est réussie. Deux semaines seulement après l’émission d’obligations vertes, l’opération menée par le Département des finances a permis de lever 620 millions de francs. Une première en Suisse, qui pourrait ouvrir la voie à une pratique qui se répand à grande vitesse dans le secteur privé et à l’étranger. Les explications de Pierre Béguet, directeur général des Finances de l’État.

1. Un besoin d’argent frais

Depuis plusieurs mois, l’État avait tablé sur un important besoin d’argent frais en novembre, soit un demi-milliard à emprunter. C’est que trois bâtiments dans le domaine de la santé nécessitaient un refinancement et des dépenses «résiduelles»: le Centre médical universitaire, la Maternité et le nouveau bâtiment Gustave Julliard. Répondant à des standards de haute performance énergétique, ils ont permis l’émission d’obligations vertes.

La décision a été prise suite à une rencontre entre le Département des finances et l’association Sustainable Finance Geneva, dont l’objectif est de faire de la place genevoise un centre de la finance durable. «Nous nous sommes dit: «C’est le bon moment», raconte Pierre Béguet. Première étape: identifier un organisme indépendant capable de certifier de la nature durable des émissions. C’est l’agence internationale Vigeo Eiris qui s’est chargée d’examiner la qualité de l’emprunteur et les trois projets immobiliers genevois. Sur la base du standard d’efficacité énergétique (Minergie) et d’indicateurs environnementaux, elle a délivré «une opinion», à savoir un document garantissant le respect des principes «verts» élaborés à l’échelle internationale.

2. La demande est forte

Si l’État s’est lancé dans une opération de «green bonds», c’est que la demande est bien réelle. En effet, nombre de caisses de pension et de fonds spécialisés, mais aussi des banques et des assurances, ont pour objectif d’augmenter la part de placements «verts» dans leur portefeuille. Du côté de l’État, le lancement d’opérations d’emprunt reste en général confidentiel. Mais en l’occurrence, une campagne de communication organisée quelques jours avant l’émission a permis de laisser le temps aux conseils d’administration des organes qui ne sont pas présents dans les salles de marché (caisses de pension, par exemple) de faire le choix d’acquérir ces obligations.

3. Deux tranches

Le jeudi 9 novembre, deux tranches de 420 millions à 10 ans (coupon à 0,25%) et 200 millions à 14 ans (coupon 0,50%) ont été lancées sur le marché. Pourquoi ont-elles rapidement attiré les investisseurs? «J’y vois quatre raisons, développe Pierre Béguet. Le format d’obligation verte servant à financer des objets précis, sa rareté, le fait que cette opération soit initiée par une collectivité publique suisse et enfin la qualité du crédit du Canton.» En effet, la note AA- délivrée par Standard & Poor’s a également attiré les investisseurs avec un rendement intéressant. Quant au risque de ne pas atteindre les objectifs environnementaux, il est faible étant donné que les immeubles sont déjà construits et partiellement mis en service.

4. Une bonne affaire?

Pourquoi ces 620 millions levés par l’État sont-ils une bonne affaire pour le contribuable? La demande pour ces obligations étant forte, elle a produit un effet sur le taux d’intérêt final. Par exemple, sur la tranche de 420 millions à 10 ans (la plus demandée), la collectivité publique réalise une économie de 800 000 francs, évalue Pierre Béguet. De plus, «le timing était parfait: les taux d’intérêt ont augmenté immédiatement après cette émission», poursuit-il. La dette du Canton, déjà élevée, va-t-elle augmenter en conséquence? «Non, car plusieurs emprunts arrivaient à leur terme, ce refinancement était nécessaire», répond le fonctionnaire.

5. Un modèle d’avenir

Cette première expérience sur le marché des obligations vertes génère un certain enthousiasme dans les rangs de l’administration. «D’autres opérations pourraient venir», annonce le directeur général des Finances. D’une part, la demande pour ces produits financiers ne risque pas de se tarir de sitôt. De l’autre, le Canton projette de réaliser un grand nombre de transformations eu égard au «plan climat» adopté en 2015. Selon Pierre Béguet, «demain, nous pourrons imaginer, par exemple, le financement des projets de mobilité ou des bâtiments dévolus à la formation». En revanche, la pratique a ses exigences, notamment dans le suivi des investissements. De son côté, la Cour des comptes s’est engagée à contrôler le processus. (TDG)

Créé: 24.11.2017, 18h16

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...