L’Église protestante ouvre le mariage aux couples homosexuels

EgalitéLa bénédiction sera la même que celle offerte aux hétérosexuels. La décision a été prise à la quasi-unanimité.

Le mariage à l’église ne peut être célébré qu’entre personnes civilement mariées. Il faut donc encore que la Suisse accepte le mariage pour tous.

Le mariage à l’église ne peut être célébré qu’entre personnes civilement mariées. Il faut donc encore que la Suisse accepte le mariage pour tous. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est fait, alléluia!» La pasteure genevoise Carolina Costa s’est fendue d’une réaction pleine d’enthousiasme jeudi sur les réseaux sociaux. Un jour plus tard, elle est toujours sur le coup de l’émotion de la décision de l’Église protestante de Genève (EPG). Après avoir maintes fois balayé la question, l’institution a finalement accepté jeudi d’ouvrir le mariage aux couples homosexuels unis civilement. Le tout sur fond de consensus: la décision a remporté une quasi-unanimité du Consistoire (organe législatif), à 33 voix pour, une contre et trois abstentions. L’EPG va même plus loin que ses homologues cantonaux puisqu’elle propose une bénédiction identique à celle offerte aux hétérosexuels.

Il y a deux ans, poussée par une relève de jeunes pasteurs et les attentes de paroissiens, l’EPG lance une consultation pour revoir sa pastorale et l’adapter «aux nouveaux schémas conjugaux» charriés par l’évolution de la société. Les discussions s’engagent, dans un «travail de convergence, progressif et exigeant, de plusieurs années au sein de la Compagnie des pasteurs et des diacres, sans clivage majeur ni polarisation», résume Blaise Menu, modérateur de la Compagnie, sur les réseaux sociaux.

Le travail a visiblement été constructif, comme en témoigne la quasi-unanimité au vote. «C’est magnifique de voir que des personnes opposées à cette question lorsqu’elle a été abordée en 1992, puis en 2004, ont finalement fait un immense chemin pour l’accepter aujourd’hui», relève Carolina Costa.

Et la pasteure de rappeler aussi l’action décisive de plusieurs générations. «Cette ouverture est le fruit d’un long travail, entrepris par des personnes comme Jean-Paul Guisan (ndlr: fondateur du Groupe C + H/chrétiens et homosexuels), qui ont lutté pour se faire entendre. Ensuite, nous avons créé l’antenne LGBTI et le groupe le LAB (dédié aux 18 à 39 ans à la chapelle du temple de Plainpalais), en se demandant comment tout cela serait accueilli. Mais l’important était de montrer qu’on était là et qu’on ne pouvait plus faire comme s’il n’y avait personne. En devenant visible, on a changé le paradigme dans l’Église: ce n’était plus «il faut avoir une conversation sur» mais «il faut parler avec.» Adrian Stiefel, cofondateur de l’antenne LGBTI, abonde: «Nous avons pu ancrer sur le terrain la réalité des besoins et l’accueil de cette communauté.»

L’EPG aurait pu se contenter, à l’image de la pratique vaudoise, d’offrir une bénédiction différenciée pour les gays. Mais elle a choisi d’aller plus loin, en proposant une pratique identique pour tous. «On a fait le choix de l’égalité entre toutes les formes de couples», se réjouit Carolina Costa. Adrian Stiefel se dit heureux et fier que son Église soit devenue «100% inclusive et je la remercie d’oser être pionnière en termes d’égalité et d’inclusivité dans le secteur ecclésial».

Le mariage à l’église ne peut être célébré qu’entre personnes civilement mariées. À l’heure actuelle, les pasteurs peuvent donc bénir les couples liés par un partenariat enregistré (pacs). Pour le mariage religieux formel, il faudra donc encore attendre que le mariage civil pour tous soit accepté. Une initiative parlementaire demande d’ailleurs cette ouverture. En novembre, la Fédération des Églises protestantes de Suisse s’est prononcée en faveur de ce texte.

Enfin, le Consistoire a également demandé à la Compagnie des pasteurs et des diacres de veiller au renouvellement d’outils liturgiques pour l’accompagnement des nouvelles formes de conjugalité et de configurations familiales, comme les demandes de baptême de la part de familles monoparentales ou non mariées, entre autres.

Créé: 29.11.2019, 18h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...