L’Alternative lutte contre le harcèlement de rue

GenèveLa motion déposée ce jour au Municipal vise à la mise en place de mesures de protection des victimes.

La cheffe de groupe PS Albane Schlechten rappelle que la Ville s’est déjà illustrée dans des campagnes sur cette thématique et plus largement sur l’égalité hommes-femmes.

La cheffe de groupe PS Albane Schlechten rappelle que la Ville s’est déjà illustrée dans des campagnes sur cette thématique et plus largement sur l’égalité hommes-femmes. Image: Maurane di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La date était toute trouvée. A la veille du 8 mars, Journée de la femme, les Verts déposent une motion intitulée «Harcèlement de rue, ça suffit!» Cosigné par les Socialistes et Ensemble à gauche, le texte vise à mettre en place des mesures de protection et de soutien des victimes. Les signataires proposent notamment la création d’une application smartphone permettant de réclamer une aide en urgence ou encore une intensification des campagnes d’information et de sensibilisation.

La cheffe de groupe PS Albane Schlechten rappelle que la Ville s’est déjà illustrée dans des campagnes sur cette thématique et plus largement sur l’égalité hommes-femmes. «On se souvient notamment des affiches «Ça veut dire non!». L’objectif est d’en faire une thématique transversale sur l’ensemble des politiques publiques.» Et de citer, par exemple, la possibilité de former les policiers municipaux pour recueillir ce type de plainte.

De son côté, Marie-Pierre Theubet, à la tête du groupe Verts, signale que cette démarche s’inscrit dans la lignée du projet développé à Lausanne. Une récente étude a en effet révélé que dans la cité vaudoise, 72% des femmes de 16 à 25 ans disent avoir été concernées au moins une fois. «Notre motion fait aussi suite à celle déposée récemment au Grand Conseil par la députée Sarah Klopmann», souligne Marie-Pierre Theubet. Autant d’initiatives parallèles qui pourraient permettre de mener des actions concertées. L’objectif: lutter contre ce «fléau mondial» qui prend la forme de «violence verbale et/ou physique» et qui «provoque un sentiment d’insécurité» chez la victime.

Ce ne sera pas la seule motion d’urgence déposée par les Verts. Soutenu lui aussi par le PS et EàG, mais également par l’UDC, le conseiller municipal Simon Gaberell propose de mettre à disposition un espace d’accueil temporaire pour les enfants sur le site horticole de Beaulieu. Intitulant son texte «(Un) Beaulieu pour les enfants», l’élu rappelle que malgré l’importance du groupe scolaire Cropettes, Grottes et Beaulieu (qui regroupe plus de 1300 enfants en 2014), «le secteur ne dispose aujourd’hui d’aucune structure d’accueil pour les familles». Il insiste sur le dynamisme de l’association Pré-en-bulle et plus largement du collectif Beaulieu, citant les potagers urbains ou le poulailler mobile géré par l’association «Les Galinettes urbaines». Un dynamisme qui, à ses yeux, mériterait d’être récompensé et dopé par «la création de cet espace temporaire en attendant une solution pérenne».

(TDG)

Créé: 06.03.2017, 20h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Trump décrète l'urgence nationale pour construire son mur
Plus...