«Johnny avait une histoire avec Genève»

TémoignageDurant de longues années, le chanteur a entretenu une relation d’amitié avec le patron du Griffin’s. Son fils se souvient.

Bernard H. Grobet, fondateur du Griffin's, avec Johnny Hallyday.

Bernard H. Grobet, fondateur du Griffin's, avec Johnny Hallyday. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On entre là dans le Johnny privé, celui des amitiés et de la confidence. «C’était un pote de mon père durant de longues années», raconte Arnaud Grobet. Fils de Bernard H. Grobet, il se remémore l’amitié liant l’icône française à son père, fondateur du Griffin’s en 1964. «Il faut avoir en tête qu’avant de devenir une discothèque, il s’agissait d’un vrai club, avec sa salle de concert et son restaurant.»

Au fil de sa carrière, Johnny prend l’habitude de passer par là. «Il avait une vraie histoire avec Genève. Il y prévoyait toujours une date et après chaque concert, il terminait chez mon père», poursuit Arnaud Grobet. Rapidement, des liens étroits se tissent entre le chanteur et le patron du club. «Mon père faisait partie du cercle restreint qu’il avait en Suisse — 4 ou 5 personnes chez qui il n’était plus une star, mais quelqu’un de normal qui pouvait aussi traverser des moments difficiles.»

Les Genevois réagissent au décès de Johnny

Arnaud Grobet, lui, voit fréquemment des stars débarquer à la maison et dans le club de son père. «C’est trente ans de ma vie», dit-il. S’il ne prétend pas avoir été intime avec Johnny Hallyday, il garde tout de même le souvenir d’un homme doté d’une intelligence émotionnelle hors norme. «Il était très timide, souvent mal à l’aise. Ses grandes qualités se révélaient à deux moments: sur scène et dans le milieu très privé.» Ainsi, le Genevois dépeint un artiste «fidèle en amitié, sensible et fragile».

Autre qualité: Johnny Hallyday ne fuyait pas ses fans dans une ville qu’il appréciait également pour sa discrétion. «Certains l’attendaient durant toute la nuit devant la porte du Griffin’s. Il ne sortait jamais la porte de derrière.» Anecdote matinale: à l’heure de l’installation du marché sur le boulevard Helvétique, il arrivait que Johnny termine sa soirée au moment où les maraîchers installaient leurs étals. «Il a signé des autographes sur des pommes de terre», sourit Arnaud Grobet.

Aujourd’hui, le Griffin’s n’est plus ce qu’il était. Dix-neuf ans avant Johnny Hallyday, c’est Bernard H. Grobet qui s’en est allé. Son fils n’a pas entretenu de relation avec l’entourage du chanteur, mais il garde en mémoire ce concert de 1998 à l’Arena. «Sur scène, Johnny a rendu un bel hommage à mon père.»

Premier concert de Johnny Hallyday en Suisse

Un autre Genevois peut parler du Johnny de la vie privée. L'avocat Dominique Warluzel l'a côtoyé:"Il m'avait confié ses affaires il y a quelques années lorsqu'il pensait s'installer en Suisse, au départ il avait pensé à Genève avant Gstaad. Sous ses dehors tonitruants, il m'avait dit un jour, vous savez je suis un grand timide. C'était quelqu'un d'assez complexe, imprévisible. Je me suis rendu chez lui, je l'ai vu à Paris avec Delon. Il est venu sur mon bateau, c'était terrible de le voir fumer et boire comme il le faisait. Il descendait 3 ou 4 paquets de gitanes sans filtre par jour. Je lui avais dit: on ne les fabrique plus que pour vous!" Dominique Warluzel raconte également avoir été témoin de mariage de son fils David à Monaco. "Le décès de Johnny m'a beaucoup touché (la voix déraille et se casse) surtout après la mort de Mireille Darc qui m'a littéralement fusillé. C'est une année noire."

(TDG)

Créé: 06.12.2017, 11h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les dangers de no Billag
Plus...