Infomaniak, le genevois qui nargue les géants du web

InternetL’entreprise fête ses 25 ans en étoffant ses offres de messagerie. Portrait d’une boîte au patron très atypique.

Les salles de réunions ont été décorées selon les idées loufoques du patron, Boris Siegenthaler.

Les salles de réunions ont été décorées selon les idées loufoques du patron, Boris Siegenthaler.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lundi matin, 8 heures. C’est la reprise du travail, on dirait la rentrée des classes. Dans les bureaux d’Infomaniak, quelques trentenaires, un pistolet à la main, tirent des boulettes en mousse sur leurs collègues. Les projectiles roulent sur la moquette, on échange quelques rires, puis on passe aux choses sérieuses.

Le patron arrive quelques minutes plus tard, presque en direct de la dernière soirée du Paléo. Tenue de travail: tee-shirt, short et tong. Les cheveux en bataille mais l’œil frais et le verbe volubile, Boris Siegenthaler commence par nous faire le tour du propriétaire.

En pleine croissance, Infomaniak a multiplié ses employés par cinq en cinq ans. Ils sont désormais 130. La société vient de s’installer dans des locaux à l’avenue des Acacias. 1600 m2 sur deux niveaux avec, au dernier étage, une vue imprenable sur la Praille. Le bureau du patron? Non, ici, 25 personnes répondent au téléphone. «C’est le support. Ils ont la meilleure place car ce sont eux qui accueillent les clients», explique le boss.

Alternative aux GAFA

Infomaniak est à l’origine ce qu’on appelle un hébergeur. Il héberge des sites internet, gère 170 000 comptes clients, 400 000 domaines et un million d’adresses e-mail. Mais cette activité ne représente plus que 50% d’un chiffre d’affaires de 20 millions de francs en 2018. La société a largement élargi sa panoplie. On peut désormais transférer des images par le biais de son Swiss Transfer ou sauvegarder tous ses fichiers en continu avec Swiss Backup. Toutes ces données sont stockées dans ses propres data centers, qui se trouvent dans le canton. La puissance de ces machines permet d’ailleurs à la société d’accueillir plus de 350 radios ou TV européennes pour leurs activités de streaming.

Pour ses 25 ans, l’entreprise s’apprête aussi à lancer l’équivalent d’un Dropbox. Surtout, elle va proposer une nouvelle version de la panoplie complète de la messagerie, avec agendas et contacts.

De quoi marcher sur les plates-bandes de Google? Boris Siegenthaler ne s’en cache pas. «Beaucoup de gens cherchent une alternative aux GAFA (ndlr: les grands groupes que sont Google, Apple, Facebook et Amazon) . Et nous sommes compétitifs car ces entreprises, après avoir cassé les prix pour s’arroger un monopole, les augmentent fortement.»

Réputation écolo

Infomaniak semble avoir tous les attributs de la start-up américaine. À l’ambiance décontractée s’ajoute un cadre de travail plutôt cool. Toutes les salles de réunion ont été décorées selon les idées assez loufoques du patron. «Il a fallu parfois le retenir», glisse un collaborateur. Les employés phosphorent ainsi sous une tente de camping, dans un manoir disposant d’une entrée secrète, dans une ambiance rock ou un salon du XIXe entouré de vieux portraits.

Mais le rapprochement s’arrête là. «Je suis un patron de gauche», lâche Boris Siegenthaler. «Les employés possèdent 4% de la société, mais je veux arriver à 25%», dit son fondateur. Et pas question de se faire acheter, «même si nous sommes la cible de pas mal de boîtes».

Les quatre cinquièmes des bénéfices sont investis dans la recherche et le développement, le reste financera un nouveau data center. Boris Siegenthaler défend aussi une gestion plutôt horizontale. Son directeur opérationnel, Marc Oehler, confirme: «Nous menons nos projets de manière collégiale. C’est plus lent mais plus stimulant car les collaborateurs sont plus impliqués.»

Si le boss se dit de gauche, il est surtout écolo. Infomaniak s’est taillé une réputation avec ses data centers. Ces installations sont en général d’énormes gouffres à énergie, en raison des besoins de refroidissement. Chez Infomaniak, on a réussi à se passer de la climatisation. Un exploit qui lui a valu plusieurs prix.

La société encourage financièrement ses collaborateurs à venir à vélo et ne propose aucun parking. Elle compense ses émissions de CO2 à 200% et s’est affiliée à une caisse de pensions éthique.

Local et protégé

Mais la vraie marque de fabrique d’Infomaniak, c’est le fait maison et le local. «Beaucoup d’hébergeurs ont fermé car ils se contentaient d’acheter de la technologie, relève Boris Siegenthaler. Nous, nous faisons tout nous-mêmes, de A à Z. Nos logiciels sont développés par nos équipes, en utilisant des technologies open source lorsque cela est nécessaire, et nous n’avons pas de sous-traitant. C’est aussi ce qui nous permet de rester indépendants et compétitifs sur les prix.»

Cet atout du local est un argument de vente pour ses produits. «Contrairement à la concurrence, nous n’analysons pas les mails de nos clients pour connaître leur profil et cibler de la publicité, insiste Boris Siegenthaler. Nous ne faisons aucune exploitation des données. Et le fait que nos data centers soient conçus par nos soins et en Suisse les protège de l’intrusion des autorités américaines.»

Mais le local a ses limites, notamment en matière d’embauche. La société a de la peine à trouver des ingénieurs dans le canton et engage beaucoup en France. «La formation dans les écoles en Suisse n’est pas assez orientée vers les besoins du marché, contrairement à certaines universités en France», déplore Marc Oehler. Pas question toutefois de faire d’Infomaniak un nid d’expatriés. «Nos offres d’emploi sont uniquement publiées sur les sites de recrutement romands et nous n’engageons que des gens qui parlent le français.»

Créé: 09.09.2019, 07h03

Articles en relation

Infomaniak accroît ses effectifs de 50%

Informatique Le pionnier de l'Internet veut offrir une alternative aux services de Google sur le «cloud». Le spécialiste genevois de «l'hébergement» Web recrute 40 collaborateurs. Plus...

Infomaniak est le champion genevois des économies d'énergie

Trophée Négawatt L’hébergeur de sites Web est primé par les SIG pour avoir réduit en un an sa consommation électrique de 20,7%. Plus...

Bienvenue chez les écolos geek

Solutions L’hébergeur Web Infomaniak, très soucieux d'environnement, a rendu ses serveurs informatiques beaucoup moins gourmands en électricité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...