Incendie à Champ-Dollon: deux détenus blessés

PrisonLes avocats demandent de leur côté au syndicat des gardiens de prison de cesser sa grève.

L’établissement pénitentiaire abritait environ 617?personnes lorsqu’un incendie a été déclenché, samedi, dans une cellule.

L’établissement pénitentiaire abritait environ 617?personnes lorsqu’un incendie a été déclenché, samedi, dans une cellule. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Coup de chaleur à la prison de Champ-Dollon, qui abritait 617?personnes vendredi. Vers 18?heures samedi, deux détenus ont déclenché un incendie dans une cellule qui accueillait cinq personnes en tout. «Après avoir menacé leurs codétenus avec des rasoirs, les deux hommes ont mis le feu à leurs matelas et au mobilier», relate le directeur de l’établissement, Constantin Franziskakis. Le personnel est aussitôt intervenu, avec les renforts des SIS, soit environ quinze véhicules. Il a fallu évacuer toute l’aile nord du bâtiment, qui recueille 200?personnes à peu près. Un périmètre de sécurité a été installé.

Brûlures et intoxication

Les incendiaires ont été hospitalisés. L’un est hors de danger. «Il a pu regagner la prison aujourd’hui, à deux heures du matin», nous informait hier le patron de Champ-Dollon. Ce détenu a immédiatement été placé en cellule forte, une sanction qui durera dix jours. L’autre, qui souffre de brûlures et d’une intoxication à la fumée, est «dans un état grave, mais ses jours ne sont pas en danger», explique Constantin Franziskakis. Le directeur ne comprend pas l’acte qu’il qualifie de «complètement irresponsable». Il y a six ans, deux détenus avaient trouvé la mort dans un incendie volontaire à Champ-Dollon.

Les trois autres détenus ont été pour leur part déplacés dans d’autres cellules, la leur étant hors d’usage: «Elle est complètement détruite et devra être refaite.» Exploitant l’occasion, le MCG (Mouvement citoyens genevois) explique dans un communiqué envoyé samedi en début de soirée, qu’il soutient «pleinement la grève du personnel actuellement en cours à Champ-Dollon et le syndicat des gardiens». Et d’ajouter: «Il convient de mettre Isabel Rochat face à ses responsabilités et à son incompétence à gérer les problèmes de sécurité à Genève.»

Il en est d’autres qui goûtent peu à la grève du zèle en cours à Champ-Dollon. Dans un courrier du 25 janvier, que la Tribune de Genève s’est procuré, les avocats genevois demandent au syndicat des gardiens de prison (UPCP) de cesser son action.

Syndicat en action

Ces dernières semaines, le syndicat multiplie les contrôles minutieux des visiteurs de la prison, dont les avocats, afin de protester notamment contre la surpopulation et contre la politique de leur conseillère d’Etat Isabel Rochat.

Résultat: les avocats se plaignent de ne plus pouvoir téléphoner pour prendre rendez-vous avec leurs clients. Ils sont contraints, la plupart du temps depuis le début de l’action au début du mois dernier, de venir sur place.

Travail ralenti

Et sur place, les contrôles ralentissent leur travail. «Il arrive que, lorsqu’un avocat doit rendre visite à plusieurs détenus, les retards lui interdisent de voir tous les clients dont il avait sollicité la venue au parloir», précise le courrier du bâtonnier Me Vincent Spira. Ces mesures, poursuit l’Ordre des avocats (ODA), sont une entrave importante au droit de la défense du justiciable. Ce dernier doit pouvoir préparer les audiences de jugement. Ce qui peut imposer à son avocat de le rencontrer longuement.»

Là encore le directeur de Champ-Dollon tente de calmer le jeu: «L’immense majorité des avocats peut rencontrer ses clients. Et nous nous efforçons de trouver des solutions pragmatiques chaque fois que nous le pouvons.»

Coût pour le contribuable?

D’après l’ODA, cette grève, qui viole la Convention européenne des droits de l’homme, a aussi un coût pour le contribuable, car de nombreux détenus bénéficient de l’assistance juridique: si les actions syndicales causent des retards lors des visites des avocats à Champ-Dollon, cela se répercute sur les honoraires facturés au final à l’Etat.

Le 26 janvier, l’UPCP a répondu par courrier qu’il espérait «pouvoir rapidement proposer à ses membres la levée des actions et retrouver un rythme de travail qui corresponde aux attentes des avocats». Mais en attendant, les avocats vont continuer à patienter… Hier soir encore, l’UPCP nous confirmait, par la voix de son président Eric Schmid, que rien n’avait changé. Et ce dernier de conclure: «Nous n’empêchons pas les avocats de faire correctement leur travail, seule la procédure de prises de rendez-vous a été modifiée. Ce qui ralentit effectivement un peu les activités.» (TDG)

Créé: 05.02.2012, 22h50

Articles en relation

Incendie à Champ-Dollon: deux détenus blessés

Genève Deux détenus ont mis le feu samedi en début de soirée à leur cellule de cinq prisonniers de la prison de Champ- Dollon, à Genève. Un blessé grave. Plus...

Champ-Dollon: les avocats demandent au syndicat des gardiens de cesser leur grève

Prison Le bâtonnier Me Vincent Spira estime que les actions de protestations portent atteinte aux droits des détenus Plus...

Le cap symbolique des 600 détenus est franchi à Champ-Dollon

Prison Le syndicat des gardiens de prison tire la sonnette d'alarme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...