Ils usurpent les identités des Genevois afin de les voler

CybercriminalitéDes criminels se procurent des adresses, se font passer pour des clients et dérobent ensuite les colis de marchandise livrés.

Comme d’autres enseignes, la chaîne Globus est victime des malversations des cybercriminels.

Comme d’autres enseignes, la chaîne Globus est victime des malversations des cybercriminels. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Surprise totale. Et très désagréable. Début juillet, Catherine* reçoit une facture de 498 francs pour des parfums qu’elle n’a jamais commandés!

Que s’est-il passé? Un fraudeur s’est procuré son adresse et, en utilisant un faux courriel, a obtenu la livraison de la marchandise au domicile de la Genevoise, dont l’identité a donc été usurpée. Grâce à la traçabilité du colis, le voleur a sans doute attendu que le postier livre le paquet. Malgré l’existence d’un code d’accès, il est parvenu à pénétrer à l’intérieur de l’immeuble avant de dérober le colis. Ce dernier était suffisamment petit pour pouvoir être déposé dans la boîte à lait. Il mesurait 30 centimètres de long, 20 de large et 10 de haut.

Les arnaqueurs ont ciblé dans ce cas le groupe Globus, dont les ventes digitales progressent. «Nous vérifions toutes les adresses des clients, quel que soit le montant de la commande, en utilisant différentes technologies, que nous continuons à développer», indique Marcela Palek, porte-parole de la chaîne de magasins Globus.

Mais comment ce grand commerçant est-il sûr que l’identité de la personne qui effectue la commande correspond aux coordonnées postales qu’elle fournit? Chez Globus, on ne veut pas s’étendre là-dessus: «pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons donner aucune information sur le type d’inspection et les éventuels incidents».

Convaincu de la bonne foi de la Genevoise, l’enseigne a annulé sa facture. Selon nos informations, ces cas sont assez courants. «Une utilisation abusive des données ne peut jamais être complètement exclue», admet Marcela Palek.

Dans ce cas précis, l’existence d’un code d’accès n’a pas suffi à dissuader le voleur. Le postier ne sonne aux portes ou à l’interphone que lorsque le colis est trop imposant pour pouvoir être déposé dans la boîte à lettres ou dans la case située juste à côté. Mais tout colis est tracé et l’heure exacte de distribution figure dans la documentation. Si le commerçant fournit au faux client le code-barres de suivi du colis, ce dernier peut alors connaître l’heure de livraison, ce qui facilite son méfait.

Porte-parole de la Poste Suisse, Nathalie Dérobert Fellay confirme que ces cas sont nombreux. «De manière générale, à l’ère d’internet, les tentatives d’escroquerie et de fraude existent hélas et revêtent plusieurs formes. Ces tentatives peuvent aussi concerner les colis», réagit la porte-parole. Et Nathalie Dérobert Fellay de souligner qu’il s’agit «d’actes criminels, susceptibles d’avoir des conséquences d’ordre pénal. Les clients lésés par de telles tentatives d’escroquerie et de fraude sont priés de déposer une plainte à la police.»

La Poste informe régulièrement ses clients sur les tentatives d’escroquerie et de fraudes à travers son site internet (consultez www.post.ch/fr/pages/footer/protection-des-donnees-et-informations-legales/hameconnage-et-autres-tentatives-d-escroquerie-sur-internet).

De manière générale, l’irruption du digital au sein de l’économie a entraîné, dans son sillage, une forte hausse de la cybercriminalité.

Les usurpations d’identité sont monnaie courante, comme le souligne Valérie Muster, juriste au sein de la Fédération romande des consommateurs (lire ci-dessous). Face à ces risques, il est aussi conseillé d’être prudent. En somme, de retourner le temps d’une transaction commerciale au millénaire précédent. De refuser de répondre aux courriels suspects ou de traiter avec des sites peu connus. Et, pour effectuer ses achats, de se rendre au magasin.

* Prénom d’emprunt. Identité connue de la rédaction


Les cas se multiplient. Que faire?

«Il y a à peine quinze minutes, nous avons été informés d’un nouveau cas.» Valérie Muster n’est pas étonnée par cette affaire. «Des personnes ayant été victimes de ce genre d’arnaque nous appellent tous les deux jours», résume cette juriste à la Fédération romande des consommateurs (FRC).

Comme le commerçant peut soupçonner un abus de la part de ses clients, Valérie Muster conseille de déposer une plainte pénale à la police, afin de prouver sa bonne foi. Même si c’est avant tout l’enseigne en question qui est lésée et qui devrait logiquement entreprendre cette démarche. Mais les commerçants hésitent à déposer une plainte et à se lancer donc dans de longues procédures.

De nombreuses fraudes pourraient cependant être évitées en renonçant à une pratique encore trop répandue, celle de pouvoir commander de la marchandise et ne la payer qu’après réception de la facture. La juriste de la FRC se demande si les commerçants ne devraient pas livrer après paiement, surtout dans le cas de produits non périssables comme des parfums.

La multiplication des cas oblige le législatif à muscler les lois. Cet automne, les Chambres fédérales devraient se saisir de la question de l’usurpation d’identité dans le cadre de la révision de la loi fédérale sur la protection des données. R.R.

Créé: 16.08.2019, 07h04

Articles en relation

Des milliers d’offres frauduleuses passent les filtres de sécurité

Cybercriminalité Malgré des budgets annuels de lutte contre les arnaques conséquents, Anibis et Ricardo ne parviennent pas à détecter les escroqueries les plus sophistiquées. Plus...

Le «money muling»: l’arnaque en vogue sur les sites de petites annonces

Cybercriminalité Parmi les offres frauduleuses qui prolifèrent en ligne, certaines peuvent conduire le lésé à une condamnation pénale. Les pièges à éviter. Plus...

La criminalité sur le web a explosé

Sécurité La cybercriminalité a augmenté dans toute la Suisse. Un indicateur précis doit encore voir le jour. Plus...

La cybercriminalité intéresse de plus en plus les assureurs

Le Matin Dimanche Le créneau de la cybermenace représente des dizaines de millions de francs de primes. Même le TCS s’y est mis. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...