Ils se mouillent aux Bains des Pâquis pour recevoir le baptême

ReligionUn pasteur a organisé dimanche des baptêmes aux Bains pour six jeunes. Une première.

Le pasteur Jean-Michel Perret a baptisé des jeunes dans l’eau du lac dimanche matin.

Le pasteur Jean-Michel Perret a baptisé des jeunes dans l’eau du lac dimanche matin. Image: Jean Stern

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ne font pas partie des nageurs de l’aube, des irréductibles qui font leurs longueurs hiver comme été. Pourtant, ces six jeunes s’apprêtent à plonger dans l’eau des Bains des Pâquis. Dimanche à 8 h, Jean-Michel Perret, pasteur à l’Eglise protestante de Genève, a organisé des baptêmes dans le lac. Ses collègues et lui pratiquent des immersions plusieurs fois par an, notamment à Genthod. Mais aux Bains, c’est une première. «Ce mélange entre le religieux et un lieu laïc est intéressant, ça interpelle les gens, explique Jean-Michel Perret. Et c’est un cadre magnifique!»

Après deux ans de catéchisme, voilà donc le grand jour. Ils sont onze sur la rive des Bains; cinq recevront leur confirmation – pour confirmer le baptême reçu enfant – au temple du Petit-Saconnex, les six autres se font baptiser dans le lac. Au moment de se mouiller, ils regrettent peut-être d’avoir choisi l’immersion dans cette eau froide plutôt que l’option «au sec» dans un temple! L’une des catéchumènes manque de finir en combinaison de plongée car la température de l’eau inquiète ses parents. Ils y renoncent finalement quand le pasteur menace de l’affubler de palmes… C’est donc chaussures aux pieds et tout habillés que les jeunes entrent dans le lac. Après des chants et des lectures bibliques, ils expliquent leur motivation. Pour Mathilde, la confirmation est «une manière de demander à Dieu d’être à mes côtés pendant toute ma vie».

Johan, 18 ans, explique pourquoi il se fait baptiser: «C’est une manière de déclarer ma foi de manière officielle et c’est une continuité logique. Ça permet aussi un rituel de passage entre l’adolescence et l’âge adulte et un moment intense de partage avec ceux que j’aime.» Il poursuit: «Mais être baptisé ne change rien dans ma relation avec Dieu, elle est déjà établie. C’est un peu comme passer de la 3G à la 4G, on en parle beaucoup mais finalement le changement n’est pas si grand, le réseau passe juste un peu mieux!» Johan a choisi l’immersion «parce que c’est une expérience forte, c’est comme Jésus qui sort du Jourdain.» Jean-Michel Perret ajoute: «Le rite lui-même ne se suffit plus, il faut lui donner du sens. L’eau dans la Bible est une sorte d’abysse où le Bien et le Mal s’affrontent, il y a une symbolique forte. On entre dans l’eau et on en ressort différent, c’est un passage à une nouvelle vie.» La cérémonie se conclut par un petit-déjeuner aux Bains avec les participants et leurs familles, soit une centaine de personnes.

L’Eglise protestante célèbre chaque année environ 120 confirmations, ainsi que 300 baptêmes et présentations – l’enfant est présenté à la communauté mais les parents lui laissent le choix de demander son baptême plus tard. (TDG)

Créé: 28.09.2015, 19h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

France: une amende de 3,7 milliards d'euros pour UBS
Plus...