Ils ont enfin trouvé la maison de leurs rêves

ImmobilierAprès plusieurs échecs auprès de courtiers, une famille avait décidé de faire du porte-à-porte pour dénicher son futur logement.

Katharina et Javier avec leurs deux enfants devant leur maison fraîchement acquise à Puplinge.

Katharina et Javier avec leurs deux enfants devant leur maison fraîchement acquise à Puplinge. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Leurs sourires en disent long: «C’est un grand soulagement d’avoir enfin trouvé quelque chose qui nous plaît», confient Katharina et Javier avec leurs deux enfants devant leur maison fraîchement acquise à Puplinge.

Nous avions rencontré ce couple d’enseignants en décembre dans leur appartement de la rue de Lausanne. À l’étroit dans son quatre pièces, la famille cherchait depuis plusieurs années à acheter une villa à Genève.

Après plusieurs échecs, lasse des «prix gonflés» par les agences et des rendez-vous impersonnels avec les courtiers, elle avait décidé de se passer d’intermédiaire et prôner le porte-à-porte.

À chaque quartier sillonné à vélo, Javier, accompagné de Samuel, 4 ans, distribuait une série d’étiquettes maison résumant en une minibande dessinée leur situation et l’objet convoité.

L’originalité de la démarche leur avait valu un article dans la «Tribune de Genève» du 17 décembre 2018. Sitôt paru, le papier a suscité une vague de réactions parmi les lecteurs. Émus par leur histoire, pas moins d’une quinzaine de personnes nous ont écrit pour leur proposer une maison ou simplement leur aide.

«Nous avons été très touchés par cette générosité et avons eu avec chacune d’elles un échange sympathique, relève le couple, reconnaissant. Cela a donné un côté humain et chaleureux à la recherche de bien immobilier qui se résume souvent à un geste commercial.»

«Passage secret»

La famille trouve finalement l’objet de ses rêves par un site web immobilier traditionnel. Il s’agit d’une ancienne étable de 1945 dans le village de Puplinge. «C’était hors budget, mais nous nous sommes tout de même décidés à aller la voir», se souvient Javier.

Sur place, Katharina a un coup de foudre. «J’ai beaucoup aimé le jardin encore un peu sauvage», observe-t-elle. Camille, 9 ans, est fan du «passage secret», un petit chemin qui leur offre un accès privé au terrain de football et à l’école. Javier, lui, est plus hésitant, même si l’objet répond à ses critères: un «vrai jardin» et trois chambres.

Pour affiner son avis, il enfourche sa bécane et arpente le quartier: «Je suis allé sonner aux portes, parler à la Mairie et fréquenter les cafés pour me rendre compte de la vie dans le village.» Le père de famille termine sa balade conquis. «Les gens osent s’approprier l’espace public, c’est un vrai village, pas une cité-dortoir.»

Le clin d’œil des écureuils

Reste la question du prix à négocier. Le couple a un budget de 1,6 million. Même réduite, la somme demandée demeure trop élevée. Heureusement, la maison présente de beaux volumes et abrite un appartement séparé au deuxième étage. Une aubaine. «Comme nous prévoyons de le louer, cela générera une source de revenu. Ainsi nous avons pu acquérir le bien», explique Katharina.

La famille emménagera en juillet. D’ici là, elle prévoit de rafraîchir les sols et les murs. Pas question en revanche de changer le nom de la maison, baptisée «Les écureuils». «C’est un joli clin d’œil à mes parents ouvriers, qui ont amassé suffisamment de noisettes pour nous permettre d’acheter ce bien», observe Javier.

(TDG)

Créé: 25.04.2019, 07h01

Articles en relation

Pour trouver sa maison, une famille genevoise fait du porte-à-porte

Marché du logement Après plusieurs échecs auprès de courtiers, ils tentent de s’adresser directement aux habitants des quartiers de villas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois disent oui à la RFFA
Plus...