Ildo Moratti croque la vie et sanctifie le vin

PortraitOn plonge dans le livre de l'illustrateur genevois comme dans une odyssée, à travers ses croquis d'orient.

«On n’est jamais seul avec un carnet. Partout, les gens viennent voir ce que je fais, me parlent spontanément et j’en garde des souvenirs lumineux.»

«On n’est jamais seul avec un carnet. Partout, les gens viennent voir ce que je fais, me parlent spontanément et j’en garde des souvenirs lumineux.» Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On plonge dans le livre d’Ildo Moratti comme dans une odyssée. Un de ces beaux ouvrages, dont on caresse les pages au fil des 204 croquis en format carré. Voyages en Orient est une invitation à prendre la route de la soie, sous la plume à encre de Chine du Genevois.

L’objet trône tel un bijou dans la Librairie Jullien de la Vieille-Ville, à l’origine du projet d’édition. «Je suis passé un jour dans cette arcade que je fréquentais adolescent, raconte le dessinateur. Au cours d’une discussion avec le propriétaire, Olivier Junod, est née l’idée de publier quelques dessins.» Le choix s’est rapidement porté sur l’Orient. «J’ai aussi parcouru l’Antarctique, la Patagonie ou l’Europe, mais il y avait une cohérence à réunir ces croquis-là, observe-t-il. Je suis arrivé avec mes cartables et on a entrepris un choix cornélien parmi les milliers de pièces.»

Les émotions au bout du crayon

Le résultat est au-delà des espérances de ce jeune retraité de la finance. La finesse de son trait à la Sempé, l’œil, le cadrage offrent un réalisme confondant. Comment ne pas entendre les cris, les oiseaux, les moteurs dans la frénésie de ce marché de Saigon? On s’envole avec les feuilles de l’arbre surplombant une échoppe de légumes à Karthoum. Des sites historiques, aujourd’hui dévastés par les combats, jaillissent sous l’encre du croqueur.

Deux ou trois jets lui suffisent à capter et transmettre les émotions d’un lieu. Chaque image ouvre la porte d’un univers. «Je ne reprends jamais mes dessins, ils surgissent à un moment précis et je serais incapable de les modifier par la suite. L’émotion naît de l’instant. Le même temple, la même montagne, le même marché se renouvellent à chaque seconde; impossible de repiquer un croquis. La lumière change, les gens bougent, l’atmosphère est différente.» La plupart des aventures, Ildo Moratti les a partagées avec son épouse. «On revisite d’ailleurs nos périples grâce aux dessins. Les souvenirs sont plus forts que sur les photos.»

Le crayon, qui ne le quitte jamais, engendre aussi les rencontres. «On n’est jamais seul avec un carnet. Partout, les gens viennent voir ce que je fais, me parlent spontanément et j’en garde des souvenirs lumineux.» Partager, le mot prend tout son sens dans le récit de ses vies privée, professionnelle et artistique. Transmettre une image à travers son filtre pour la servir au regard de l’autre. «Le dessin m’a donné confiance en moi; ça m’a aidé au sortir de l’adolescence», se souvient-il avec une légère nostalgie. Sa rencontre avec Gaston Rothen, professeur et célèbre critique d’art, a éveillé l’artiste. «Il m’a plongé notamment dans la peinture de la Renaissance, que je reproduisais à l’envi. Depuis, le bloc et le crayon font partie de moi.»

De la banque à la cave

Le partage, ce jeune grand-père de deux adolescentes l’a également décliné tout au long de sa carrière de gestionnaire de fortune chez Hentsch. «On voit les métiers de la banque comme une compulsion de chiffres. Moi, je les ai vécus à travers des rencontres ou des échanges magnifiques et privilégiés.» Mais aucun partage n’a d’égal pour lui que celui du vin. Tombé dans la carafe il y a plus de cinquante ans, il est intarissable sur le sujet. Avec Ildo Moratti, les dégustations virent à l’extase. Des moments de poésie pour le palais, autour d’un cru dont il connaît tous les secrets. Sa cave recèle des trésors choisis avec amour, dans des domaines personnellement visités. Des pièces de musée pour certaines bouteilles qu’il ouvre avec générosité. «Je connais tous les producteurs», insiste ce collectionneur de grands crus, mais aussi de petites cuvées. «Je reste un amateur», précise-t-il en évoquant quelques perles de 1966 ou un Chamberlin 1976. Mais c’est au pinot que le Genevois octroie ses lettres de noblesses. «Ma passion du vin est née en Bourgogne et j’y reste fidèle".

(TDG)

Créé: 12.02.2016, 09h24

Articles en relation

Julie Moulin est épanouie en «Jupe et pantalon»

Portrait A 37 ans, l'auteure gessienne publie son premier roman, aux éditions Alma. Plus...

Xavier Michel, un touche-à-tout boulimique

Portrait Avant de se mettre à chanter et jouer de la guitare, le musicien a fait du violoncelle et de la batterie. Plus...

Jean-Marie Chanove: profession passeur de goût

Portrait C'est avec son fils Hubert que le chef du Refuge des Gourmets à Machilly, a décroché une étoile au Guide Michelin. Plus...

La pasionaria Amélia Christinat fête ses 90 ans

Portrait La militante socialiste, à l’accent chantant comme le patois de son Tessin natal, a souvent fait parler d’elle. Plus...

Alain Werner, le Genevois qui poursuit les criminels de guerre

Justice internationale L’avocat suisse plaide cette semaine à Dakar contre l’ex-dictateur tchadien Hissène Habré. Portrait Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...