«Il nous faut six mois pour créer une salle de qualité»

Escape GameGian Cla Pinösch, cofondateur de la société Trip Trap, revient sur les secrets de fabrication d'une énigme réussie.

Gian Cla Pinösch, cofondateur de la société Trip Trap.

Gian Cla Pinösch, cofondateur de la société Trip Trap. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En quatre ans d’existence, les Genevois de Trip Trap se sont fait un nom dans le petit monde de l’escape game. Concepteurs d’énigmes reconnus, ils travaillent actuellement à la création de deux nouvelles salles prévues pour septembre dans leur Grand Trip Trap Hotel, un espace de plus de 400 m2 en plein Carouge. Gian Cla Pinösch, cofondateur des lieux, nous a entrouvert ses portes – «On ne peut pas tout montrer, il faut préserver le mystère» – et revient sur quelques secrets de fabrication.


Lire aussi: Les mystères du marché de l'escape game


Quel est le secret d’une énigme réussie?

Les plus à même de répondre à cette question sont les joueurs eux-mêmes. Nous avons effectué une enquête auprès de 12'000 clients. Sur les 2044 réponses, un concept clé ressort très clairement: «l’immersion». Le temps d’une partie, le joueur veut se couper du monde.

Quels sont les ingrédients d’une telle expérience?

Un scénario sans faille et rythmé. Des décors de qualité. Au Grand Trip Trap Hotel, nous avons opté pour une ambiance de vieil établissement d’époque où chaque chambre s’ouvre sur un monde différent. Pour donner cette impression d’authenticité, nous avons chiné une partie du mobilier. La loge du concierge a été trouvée dans une brocante de Lille. Dans un monde hyperconnecté, l’immersion passe aussi par l’absence de digital.

Comment définir le bon niveau de difficulté?

Les escape games ne doivent pas être réservés à un cercle d’initiés. La démocratisation passe par l’accessibilité. Des énigmes trop compliquées peuvent tuer le fun. Si on ne peut réussir à chaque fois, les clients doivent au minimum approcher du but. Si besoin, le maître de jeu est là pour aider et adapter.

Les escape game se multiplient. Comment faire pour se démarquer?

Par la force de proposition, de création. Avec quatre emplois à temps plein dédiés à l’imagination et à la réalisation d’énigmes, nous avons investi massivement dans le secteur. Il faut s’imaginer une équipe de «Peter Pan» brillants, échangeant des journées entières sur les énigmes, les scénarios, avant de leur donner corps. Ils disposent de six mois environ pour réaliser une salle de A à Z. C’est le temps nécessaire à la création d’un produit de qualité.

Allez-vous chercher de l’inspiration à l’extérieur? Chez des concurrents? Nous regardons moins du côté de la concurrence que du côté du monde du spectacle. Je pense notamment aux nouvelles formes de théâtre immersif dans lequel le spectateur est aussi acteur. La compagnie Punchdrunk fait, par exemple, porter des masques au public tout en l’invitant à se déplacer avec les acteurs.

Laquelle de vos créations vous rend-elle le plus fier?

La «Chambre de la Tante Hilda» parce que son scénario rompt avec la linéarité traditionnelle de l’escape game. Plusieurs chemins peuvent mener au but. Et puis le «Coffre Muet», parce que nous avons réussi à faire tenir dans une malle transportable d’un mètre cube l’équivalent de nonante minutes de jeu.

Créé: 06.07.2019, 08h39

Articles en relation

Les mystères du marché de l'escape game

Divertissement Passionnés, entrepreneurs avisés, ou même les deux, ils sont toujours plus nombreux à investir temps et argent dans le marché du jeu collaboratif. Plus...

Un pass pour répertorier toutes les Escape Rooms

Jeux Un financement participatif est lancé pour créer un passeport réunissant les salles romandes où les participants doivent résoudre des énigmes chronomètre en main. Plus...

Les jeux d’évasion grandeur nature cartonnent

«Escape rooms» Le concept – s’échapper d’une pièce en 60 minutes – s’étend à des lieux insolites, comme un fort militaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.