Honneur aux filles au skatepark

GenèveDes cours gratuits et une compétition inédite sont organisés samedi à Plainpalais.

Le skatepark de Plainpalais avait déjà été «privatisé» pour les skateuses le 8 mars 2014 et au printemps dernier. (Photo d'archive)

Le skatepark de Plainpalais avait déjà été «privatisé» pour les skateuses le 8 mars 2014 et au printemps dernier. (Photo d'archive) Image: Sebastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elles sont encore rares, trop rares à s’élancer dans les skateparks. Celui de Plainpalais n’y échappe pas. Pour encourager les filles, le Service de la jeunesse de la Ville de Genève, avec l’association Geneva Skate (GVASK8), Swiss Girls Skate et Agenda 21 organise samedi une «Fall Session» qui leur est destinée.

De 10 h à 14 h 30, des cours et une initiation pour les skateuses en herbe sont proposés gratuitement. Place ensuite à un «contest» (une compétition) entre filles, à 14 h 30, et un «Best tricks mixte» (compétition autour des figures). À la clef pour la gagnante, un prix rare: un an de sponsoring par Doodah Skate Shop, le magasin phare de la discipline. La remise de prix a lieu à 18 h. Si l’événement est organisé pour «valoriser la présence des jeunes filles dans les sports urbains et l’espace public», les garçons sont aussi les bienvenus.

Modèles féminins

À Genève, durant les cours de skate du week-end dispensés par GVASK8, on décompte actuellement onze filles sur 45 élèves, toutes âgées entre 9 et 15 ans. «Il n’y a aucune raison pour qu’elles skatent moins. Jeunes, les filles progressent même plus vite que les garçons. Elles ont plus d’équilibre et réfléchissent plus», note Jordan Queijo, directeur de l’association et moniteur. «Genève est encore très en retard en la matière, comparativement à des villes comme Zurich, mais c’est en train d’évoluer, surtout depuis un an.»

La clef, selon lui: avoir des exemples féminins autour d’elles. En embauchant deux monitrices l’année dernière, l’association genevoise a tout de suite vu l’affluence d’élèves skateuses augmenter. «Les personnalités féminines plus âgées qui réussissent dans ce sport sont essentielles, à l’image de Jeanne Lagger, la seule skateuse, à ma connaissance, à être sponsorisée en Suisse romande», poursuit-il.

La Valaisanne de 24 ans a d’ailleurs créé un compte Instagram «swissgirlsskate» pour «montrer que ce sport est aussi accessible aux filles». Et elle aussi a ses modèles: les skateuses Nora Vasconcello et Lizzie Armanto. Jeanne Lagger sera présente samedi, puisqu’elle coorganise le contest, qui lui tient «très à cœur». «Cela peut encore être intimidant pour des filles de commencer à skater, reconnaît-elle. C’est en organisant ce type d’événement qui leur est dédié que l’on peut les encourager, ensuite, cela se fera tout seul!»

Créé: 13.09.2019, 10h00

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...