Grave dérapage au Municipal de la Ville

GenèveDes propos tenus hier soir par un élu MCG en pleine assemblée du Conseil municipal de la Ville ont conduit à l’arrêt de la séance.

La séance du Conseil municipal de Genève a été suspendue.

La séance du Conseil municipal de Genève a été suspendue. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mais que se passe-t-il donc au Conseil municipal de la Ville de Genève? Alors que le très attendu vote sur l’ultime étape de la rénovation de la plaine de Plainpalais devait passer l’examen du plénum, les déclarations du conseiller municipal MCG Denis Menoud ont suffi à pousser le président de l’assemblée, le socialiste Jean-Charles Rielle, à suspendre la séance. Ses propos? Accuser le groupe socialiste de faire de la «propagande pour les pédophiles». Pour mieux comprendre la fureur des élus de gauche envers le conseiller municipal, il faut revenir un peu plus tôt dans la soirée.

Vendredi se tiendra la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie. A cette occasion, la Ville de Genève et les services de la magistrate socialiste Sandrine Salerno ont décidé de soutenir la campagne d’affichage de l’organisation LGBT Youth Suisse (ndlr: lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres ). Campagne qui «sensibilise le grand public aux stéréotypes» liés à cette question. A ce dessein-là, le groupe socialiste a placé hier soir devant ses pupitres, au cours de la séance, une banderole militante avec l’intitulé «J’Interagis».

Mais voilà, la promotion de l’événement et l’engagement des socialistes ne sont pas du goût de Denis Menoud, qui lâche cette phrase: «Il s’agit de propagande pour les pédophiles.» Fureur des socialistes, qui s’insurgent contre de tels propos. Le président du Municipal suspend alors les débats. Quinze minutes plus tard, les discussions reprennent, mais les esprits ne se sont toujours pas calmés. Les socialistes refusent d’ôter leur banderole. C’en est trop pour Jean-Charles Rielle qui décide de clôturer la séance.

Denis Menoud n’en est pas à son premier dérapage. A lire d’autres déclarations tenues en Commission des finances en avril, l’élu avait déjà fait remarquer que «la Ville soutient les homosexuels, les lesbiennes, les queers et autres transsexuels et zoophiles (…)». Interpellé sur ce dernier terme en lui demandant de le retirer, Denis Menoud avait alors déclaré: «C’est une question d’orientation.»

Contacté à l’issue de l’assemblée, le chef de groupe MCG, Pascal Spuhler, déclare «regretter la provocation de la gauche qui n’a pas souhaité enlever ses banderoles, alors même que le président l’avait demandé».

Ce dérapage n’étonne pas Sandrine Salerno, habituée des réactions «épidermiques et violentes» sur ce «sujet sensible qui anime le Municipal depuis deux ans». «Cela montre la nécessité d’avoir une politique publique en matière de lutte contre les discriminations.»

(TDG)

Créé: 16.05.2013, 06h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...