Genève rêve d’un radar du bruit routier

Pollution sonore Une large majorité se dessine au Grand Conseil pour développer un outil traquant les auteurs de tapage au volant ou au guidon.

Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Risquera-t-on bientôt de se faire flasher, non pas pour avoir roulé trop vite, mais trop bruyamment? L’idée relève encore de la science-fiction, mais peut-être plus pour très longtemps. Genève pourrait se lancer dans la fabrication d’un radar routier spécialisé dans la traque aux excès acoustiques. C’est en tout cas ce qui ressort des débats de la Commission des transports du Grand Conseil au sujet d’une motion proposée par Boris Calame, ancien député Vert.

«La réalisation d’un radar bruit est à la fois technologiquement faisable et en principe pas plus chère qu’un radar vitesse», résume une autre écologiste, la députée Delphine Klopfenstein Broggini, rédactrice du rapport de la commission, sur la base des auditions qui ont conduit ce cénacle à recommander l’approbation du texte par 13 voix, contre une opposition (UDC) et une abstention (MCG).

Quelques constats ont fondé cette démarche. Celui, par exemple, que certains conducteurs engendrent «des nuisances inadmissibles pour les riverains» et qu’il suffit d’un comportement particulier au volant ou au guidon pour que, dans le sillage du véhicule fautif, des habitants soient tirés par centaines de leur sommeil en quelques minutes.

Mais que fait la police? Elle est venue le dire aux députés. S’il existait une brigade antibruit jusqu’en 2000, ses tâches ont été reprises par un groupe transports et environnement rattaché à la police routière. Laquelle sévit: à l’aide de ses sept sonomètres fixes, elle a amendé quelque 650 véhicules en une année (2017). Cette répression ne va pas sans mal. Si elles soupçonnent une défectuosité, les forces de l’ordre doivent contrôler l’engin suspect au poste, auprès du service spécialisé voire à la direction générale des véhicules (l’ancien Service des autos). Il incombe en outre à la police de prouver que, de par leur comportement, les chauffeurs occasionnent un bruit excessif. La direction des véhicules précise que les contrôles dynamiques ne sont pas possibles sur le terrain.

Selon la police, un radar bruit serait fort utile. Mais il n’existe pas, même si, au Département cantonal du territoire, le service de l’air, du bruit et des rayons non ionisants (SABRA) a eu vent d’expériences en ce sens en Allemagne ou au Canada. Un tel outil constituerait un défi à plusieurs titres, selon ce service. Il faudra que l’appareil parvienne à distinguer de quel véhicule émane la nuisance excessive. En outre, les normes juridiques qui existent en matière de nuisances routières portent sur des valeurs diurnes ou nocturnes, soit des décibels enregistrés sur de longues durées. Or les plaintes visent de plus en plus fréquemment des pics de bruit provoqués par le passage tapageur d’un automobiliste ou d’un motard isolé. Il n’en reste pas moins qu’un radar acoustique pourrait s’avérer utile. Il pourrait servir d’aide à la décision pour la police ou alors d’instrument pédagogique, comme il en existe pour la vitesse, en indiquant un excès plutôt que de le réprimer.

Cet outil est-il réalisable? Oui, répond le chef du groupe acoustique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, auditionné par les députés. Un tel développement pourrait se réaliser sur une durée de deux à quatre ans. Un dispositif capable de calculer la vitesse sur la seule base du bruit a par exemple déjà été développé il y a cinq ans. On pourrait donc «imaginer un système qui identifierait le bruit venant de véhicules trafiqués». Quant au SABRA, il s’est déclaré prêt à «être partenaire» d’une telle élaboration.

Mais tout d’abord, c’est le plénum du parlement qui doit encore se prononcer. Pour le moment, seule l’UDC s’est dite opposée à la motion, au motif que les moyens efficaces manquent pour empêcher les nuisances. (TDG)

Créé: 02.01.2019, 16h30

Sondage

Genève veut développer un radar identifiant le bruit excessif des usagers de la route. Une bonne idée?





Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Une nouvelle espèce d'hominidé découverte
Plus...