Genève innove avec des villas ultraécologiques

ÉnergieDe nouvelles villas produisant plus d’énergie qu’elles n’en consomment se vendent à des prix concurrentiels.

Ces six villas mitoyennes autonomes en énergie ont été inaugurées ce printemps à Thônex. La domotique permet d’optimiser la production et la consommation de l’électricité générée par les panneaux photovoltaïques.

Ces six villas mitoyennes autonomes en énergie ont été inaugurées ce printemps à Thônex. La domotique permet d’optimiser la production et la consommation de l’électricité générée par les panneaux photovoltaïques. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À l’heure où l’urgence climatique est sur toutes les lèvres, il est possible de réduire à zéro ses charges de chauffage et d’électricité. À Thônex, non loin des Communaux d’Ambilly, six villas inaugurées ce printemps produisent plus d’énergie qu’elles n’en ont besoin, grâce à des panneaux solaires. Et cela à des tarifs tout à fait concurrentiels, puisque leur prix est à peu près le même que celui de maisons ordinaires. En prime, les acheteurs reçoivent même une voiture électrique!

Les toits des villas mitoyennes sont recouverts de panneaux photovoltaïques fournissant l’électricité pour tous les usages courants et alimentant des pompes à chaleur qui, couplées à des sondes géothermiques, servent à chauffer les logements en hiver et à les rafraîchir en été. L’isolation labellisée Minergie-P — le standard le plus exigeant en la matière — et la ventilation à double flux, qui préserve la température intérieure, réduisent les besoins thermiques au strict minimum.

La domotique gère tout

Mais la nouveauté n’est pas vraiment là. Des maisons qui produisent plus qu’elles ne consomment, cela existe déjà. La différence, ici, c’est que l’autonomie énergétique est poussée à son paroxysme grâce à la domotique, qui permet d’optimiser la production d’électricité et l’usage qui en est fait. Durant la journée, le courant produit est directement consommé sur place au lieu d’être injecté sur le réseau des Services industriels de Genève (SIG). Les capteurs solaires servent aussi à recharger la voiture électrique, ainsi qu’une batterie de dix kilowatts qui assure l’approvisionnement électrique de la maison durant la nuit. Le surplus d’énergie produite est revendu aux propriétaires des autres villas mitoyennes (au cas où ils en consomment momentanément plus qu’ils n’en génèrent eux-mêmes) ou aux SIG. Tous ces flux peuvent être contrôlés en temps réel sur une tablette numérique, aussi utilisée pour gérer l’éclairage, les stores électriques, la musique, etc.

En hiver, les panneaux photovoltaïques ne produiront pas assez de courant et il faudra en acheter aux SIG. Mais en moyenne annuelle, le solde sera largement bénéficiaire pour les propriétaires des maisons, selon l’initiateur du projet, Sébastien Bouvet: «Chaque maison a besoin en tout de 6000 kilowattheures d’électricité par an, mais elle en produira en moyenne 11 000 à 12 000, grâce au rendement élevé des panneaux solaires en été.» L’entrepreneur se targue d’avoir construit des maisons qui n’émettent pas de CO2, sans contrainte ni perte de confort pour leurs habitants. Les émissions de CO2 liées au chantier seront même compensées par l’achat de crédits carbone. «C’était une équation difficile à résoudre, d’autant que je voulais que ces maisons coûtent le même prix que les autres. Si ça devient un objet de luxe, ça ne sert à rien.»

Chaque villa de cinq pièces s’est vendue pour environ 1,25 million de francs, incluant un budget de 20 000 à 30 000 francs pour acquérir un véhicule 100% électrique.

«Certains acheteurs ont plus été séduits par le prix et l’emplacement des maisons que par l’aspect énergétique», relève Sébastien Bouvet. D’autres, au contraire, ont tout de suite adhéré au concept. «Je voulais vraiment faire partie de ce projet, confie Michel. Il y a une forte plus-value écologique. Le système fonctionne très bien. Mais j’ai aussi été convaincu par le cadre verdoyant et par la localisation et l’architecture des villas.»

«Le prix m’a étonné»

Pour Christophe et Fabienne Benninghoff, le concept énergétique et le prix ont plus pesé dans la balance que l’emplacement. «J’ai été étonné que ces villas soient à un prix abordable, confie Monsieur. Nous avons même soumis le dossier à un architecte, pour nous assurer de la qualité de la construction.» Madame dit avoir été séduite par l’originalité du projet: «Je puise beaucoup de mon énergie dans le soleil, et l’idée que celle-ci puisse chauffer mon thé, laver notre linge et nous permettre de partir en escapade avec notre voiture me ravit. En plus, la maison est très agréable à vivre.»

Dans la même rue, Sébastien Bouvet est en train de construire quatre autres villas du même type, qui se sont vendues en à peine un mois. Il prépare aussi un projet d’immeuble sur le même principe à Anières.

Créé: 18.08.2019, 18h29

Articles en relation

Ce bus électrique aurait pu tout changer

Écologie Vingt «électrobus» roulent à Londres en 1907. Une arnaque fait finalement plonger cette technologie. Plus...

Green Drinks: débattre d’écologie autour d’un verre

Nouvelle vague Un rendez-vous mensuel pour discuter d’écologie dans le cadre informel d’un bar, c’est le principe des Green Drinks. Le concept vient d’être lancé à Genève. Plus...

«Non-information» et écologie des médias

Regard Eco Plus...

Seize idées insolites pour le développement durable

Ecologie Une filature et une casquette contre l’électrosmog font partie des finalistes du concours genevois IDDEA. Plus...

Les syndicats exigent du concret après le 14 juin

Grève des femmes L'USS espère transformer l'énergie de la grève en résultats. Les employeurs publics en particulier seront sous pression. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...